Les Nouvelles-Casernes sortent de leur abandon grâce à Québec

Même si tous les scénarios sont ouverts, on sait que le projet devra avoir une vocation publique.
Photo: Yan Doublet - Le Devoir Même si tous les scénarios sont ouverts, on sait que le projet devra avoir une vocation publique.

Le gouvernement du Québec injecte 20 millions dans la rénovation des Nouvelles-Casernes à Québec. Reste maintenant à trouver une vocation à ce lieu historique à la forme particulière.

 

« J’annonce la renaissance des Nouvelles-Casernes ! », a annoncé vendredi midi la ministre responsable de la Capitale nationale, Agnès Maltais. Parlant d’un « trésor méconnu », la ministre a souligné que c’était le plus long bâtiment à avoir subsisté de la Nouvelle-France et qu’il était abandonné depuis 50 ans.

 

Situées entre l’Hôtel-Dieu et le parc de l’Artillerie, les Nouvelles-Casernes sont probablement le moins connu de tous les vestiges de la Nouvelle-France. Construites à la fin du régime français pour défendre la ville et abriter des militaires, elles longent le cap et sont percées de meurtrières.

 

Par un curieux détour de l’histoire, le bâtiment était jusqu’à tout récemment propriété de l’Hôtel-Dieu, qui ne savait pas quoi en faire et manquait d’argent pour le rénover.

 

Les 20 millions engagés par Québec visent à faire des rénovations de base sur la structure (maçonnerie, toitures, fenêtres, etc.). On prévoit que les travaux débuteront l’an prochain et qu’ils dureront six ans.

 

Quant à la propriété du site, elle incombera à la Commission de la capitale nationale (CCN), qui gère déjà, par exemple, la promenade Samuel-de-Champlain et le domaine Cataraqui.

 

Pourquoi ne pas avoir trouvé un usage avant de commencer à investir ? Mme Maltais dit qu’elle n’avait pas le choix. « Parce que les travaux sont urgents. Parce que c’est important. Le bâtiment est en train de se dégrader. »

 

Pas de condos, pas de rêves en couleurs

 

À cet égard, la présidente de la CCN, Françoise Mercure, n’a pas caché que de nouveaux investissements seraient nécessaires une fois la vocation du lieu identifiée. Architecte spécialisé en patrimoine, Émile Gilbert a d’ailleurs été nommé pour « faire émerger des projets ».

 

Ce dernier se donne six mois pour trouver. « Il faut que ce soit fait assez rapidement, parce qu’il n’y a aucun travail, même en consolidation, qui ne peut pas être influencé par le futur concept. »

 

Même si tous les scénarios sont ouverts, on sait que le projet devra avoir une vocation publique. « Je veux être claire, ce ne sera pas des condos », a résumé en riant Mme Maltais.

 

On tient aussi à ce que le lieu soit vivant et contribue à dynamiser le secteur, qui a tendance à devenir bien tranquille passé 17 h, note M. Gilbert. Interrogé sur une éventuelle vocation artistique, il a dit que ce serait « extraordinaire », mais qu’il ne fallait pas rêver en couleurs. « Si on se met des attentes trop élevées, on risque d’être déçus.»

 

La ministre Maltais croit toujours par ailleurs à son idée de centre de généalogie, qui permettrait aux touristes américains et français de découvrir leurs liens avec la Nouvelle-France. Or, assure-t-elle, cette idée n’est pas favorisée plus qu’une autre. Outre le bâtiment lui-même, les Nouvelles-Casernes sont situées sur un terrain de 2000 m2.

4 commentaires
  • Jean-Marie Francoeur - Inscrit 24 août 2013 17 h 19

    Question

    Le Musee National des Beaux-Arts du Québec ne cherche-t-il pas où s'agrandir ? Cela me paraît l'endroit tout indiqué.

    • lise pelletier - Inscrit 25 août 2013 11 h 09

      Mme Maltais flirte avec l'idée d'un centre de généalogie.

      Quel bel hommage ce serait pour nos ancêtres dont les filles du Roy de renaître dans cet édifice datant de la Nouvelle-France.

  • Claude Jean - Inscrit 24 août 2013 21 h 43

    Visions des Nouvelles-Casernes

    Maintenant en route vers le Musée de la Nouvelle-France et la mise en valeur des casernes des soldats de Montcalm!

    Souhaitons qu'il y aura place pour la mise en valeur relativement à la vocation première de ces Nouvelles Casernes soit le casernement des soldats français, la garnison de Québec ainsi que les troupes de Montcalm!

    Donnons aux Nouvelles Casernes une vision française dans cette ville berceau du fait français en cette terre d'Amérique!

  • Yves Morin - Inscrit 25 août 2013 23 h 02

    Nouvelles-Casernes, un lieu d'histoire

    Il y a un an et demi Parcs-Canada fermait ses portes à Québec en emportant les artéfacts qui appartiennent à l'Histoire de Québec. Quelques 53 000 objets ethnologiques et 5 000 000 de témoins archéolgiques ont ainsi pris le bord d'entrepôts situés à Québec, Gatineau et Kingston, Ont. Les Nouvelles-Casernes seraient le lieu idéal pour reloger un laboratoire de restauration, d'entretien et de reproduction, des locaux pour les historiens et les archéologues, des salles d'exposition pour les visiteurs dans la continuité des fortifications. Un Centre d'interprétation y aurait aussi une place et nous pourrions mettre en valeur notre patrimoine. Québec est la seule ville fortifiée d'Amérique et elle est inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco. Il ne faut pas passer à côté de cette occasion de cohérence entre le bâti et le vécu.