Québec veut empêcher la venue de conférenciers islamistes

Québec appelle Ottawa à agir pour empêcher la venue d’islamistes lors de la « Conférence 1ndépendance », destinée aux jeunes musulmans, qui se tiendra au début septembre au Palais des congrès de Montréal. Selon les informations obtenues dans les médias et sur Internet, la ministre responsable de la Condition féminine, Agnès Maltais, affirme que ces conférenciers sont « des prédicateurs radicaux » et qu’ils ont tenu dans le passé des propos qualifiés d’offensants à l’égard des femmes.

 

Dans une lettre qu’elle a fait parvenir à son homologue fédérale de la Condition féminine, la ministre Maltais demande « de prendre les mesures nécessaires pour éviter la propagation de propos inacceptables pour les femmes du Québec »,en faisant référence à une motion adoptée à l’Assemblée nationale en octobre 2011.

 

Sans l’écrire explicitement, elle demande à Ottawa, qui est responsable des frontières, d’empêcher les conférenciers qualifiés de « prédicateurs radicaux » de venir au pays pour la Conférence, mais aucun nom n’est indiqué dans la lettre. Il est seulement écrit : « Ces prédicateurs véhiculent des valeurs qui vont totalement à l’encontre des principes d’égalité entre les hommes et les femmes défendus au Québec. »

 

Le Devoir a tenté de joindre les organisateurs de la « Conférence 1ndépendance » pour obtenir plus d’informations, mais sans succès. Un collaborateur et participant, qui préfère garder l’anonymat, a confié qu’il ne connaissait pas ces quatre conférenciers. Il a toutefois tenu à dire que « si jamais il y avait un type radical, ce ne serait pas bienvenu. »« Personnellement, je n’ai jamais rencontré quelqu’un qui pose un danger à la sécurité, qu’elle soit mentale, sociale ou même physique, et si jamais c’était le cas, je serais le premier à le dénoncer, parce que ce ne sont pas nos valeurs en tant que musulmans d’accepter ce genre de chose », a-t-il confié.

À voir en vidéo