Jean-Martin Aussant repart pour Londres poursuivre sa carrière dans la haute finance

Jean-Martin Aussant
Photo: Pedro Ruiz - Archives Le Devoir Jean-Martin Aussant

Comme Le Devoir le laissait entendre dans son texte du 3 août dernier, Jean-Martin Aussant, fondateur et ancien chef d'Option nationale, souhaitait retrouver le monde de la finance. Ce lundi, il a annoncé dans son blogue qu'il repart pour Londres, afin de poursuivre sa carrière dans la haute finance. Il retourne chez Morgan Stanley Capital International, où il oeuvrait avant de se lancer en politique, d'abord au PQ.

Aussant a vécu à deux reprises en Angleterre et mentionne qu'«aucune ouverture substantielle n’est venue de Montréal ou du Québec.». Sur son blogue, il s'interroge aussi à savoir si l'absence totale d'offres d'emplois était due à son appartenance au mouvement souverainiste.

M. Aussant retourne travailler pour la firme Morgan Stanley Capital International-Barra à Londres, où il avait été vice-président de 2003 à 2005. Il se joindra à la division de la firme couvrant l'Europe, le Moyen-Orient, l'Afrique et l'Inde

Jean-Martin Aussant a annoncé le 19 juin dernier qu'il démissionnait de ses fonctions de chef du parti Option Nationale. Il avait alors évoqué des raisons familiales, l'ex-député étant père de jumeaux de deux ans.

Agé de 43 ans, M. Aussant était député péquiste de Nicolet depuis 2008, quand il a décidé de claquer la porte du parti dirigé par Pauline Marois, en juin 2011, jugeant qu'il n'était pas assez clair dans sa démarche vers la souveraineté. Il fondait Option nationale en septembre de la même année.

 
25 commentaires
  • Andrée Ferretti - Abonnée 12 août 2013 14 h 41

    Ouf!

    Dire que ON reproche aux députés et ministres du Parti québécois d'être des carriéristes.

    Andrée Ferretti.

    • Yves Gingras - Inscrit 12 août 2013 14 h 57

      On est carriériste parce que on se trouve un bon job ? Plutôt simpliste comme raisonnement.

    • François Ricard - Inscrit 12 août 2013 18 h 51

      Mme Ferretti, je vous ai connue intellectuellement beaucoup plus honnête.
      En vieillissant, peut-être avez-vous perdu la signification de certains mots?
      Je vous suggère d'aller voir la définition de "carrièriste" dans le Larousse. Je suis certain qu'après, vous n'oserez l'attribuer à J-M Aussant.

    • Jacques Boulanger - Inscrit 12 août 2013 21 h 16

      Vous avez tout faux madame Ferretti. Vous devriez plutôt arguer sur le fait qu'il ne puisse pas trouver un bon job au Québec du fait qu'il est souverainiste. Voilà le problème. Mais de cela vous n'avez rien à redire ?

    • André Martin - Inscrit 12 août 2013 22 h 17

      Madame Feretti, il est triste d'avoir laissé tombé Aussant: cet homme-là aurait été quelqu'un de formidable pour le Québec, de la trempe d'un Jacques Parizeau ou de René Lévesque assurément. Mais, s'il vivait encore, ce dernier réaliserait qu'il s'est trompé: on est quelque chose comme un ti-peuple, finalement...

      Harper, Couillard, Marois... c'est pas vrai, pincez-moi quelqu'un!

  • Marc Collin - Inscrit 12 août 2013 14 h 54

    ethique

    une banque où l'éthique est primordiale

  • Pierre Bellefeuille - Inscrit 12 août 2013 16 h 26

    Bonne carrière!

    Je souhaite simplement à monsieur Aussant un excellent retour dans le domaine de la haute finance et qu’il puisse aussi trouver un équilibre travail-famille!

    Ça aurait été bien si on avait pu l’entendre au Débat des chefs lors des dernières élections. Il y a vraiment quelque chose qui ne va pas avec notre démocratie et certains médias au Québec. En politique, on devrait pouvoir entendre les gens qui ont d’excellentes idées. Monsieur Aussant ne manquait pas de ces excellentes idées, mais la porte médiatique lui a été fatalement fermée! Je m’inquiète de ce manque d’ouverture au Québec, trop souvent nous sommes trop près véritable république de bananes. C’est vraiment triste!

    C’est à croire parfois que quelque part plusieurs ont un réflexe de colonisé, comme dans certains pays où les dirigeants politiques ou chefs d’entreprises sont presque tous des étrangers, car là-bas on ne croit pas assez en ses propres ressources. C’est un grand drame que de se renier ! C’est encore un plus grand drame lorsque ce reniement est nourri par des gens de chez nous très bien placés dans certains médias, mis à part Le Devoir.

    Qu’y aurait-il de si mal à ce que nous soyons souverains? Comme le disent les Anglais « nothing wrong there! ». Nous avons tous ce qu’il faut pour réaliser ce magnifique projet, mais on devra cesser d’obéir aux campagnes de peur orchestrées par ceux-là même désirant perpétuer notre asservissement. Ce n’est pas avec un gouvernement Harper tel ce « fou de la Reine » que nous pourrons nous épanouir pleinement.

    • François Ricard - Inscrit 12 août 2013 18 h 56

      C'est , selon plusieurs, à la demande expresse de Mme marois que M. Aussant a été exclu du débat des chefs.
      L'oligarchie qui préside à notre destinée exerce une censure certaine sur tous les propos qu'elle juge trop libérateurs.

    • Pierre Bellefeuille - Inscrit 12 août 2013 21 h 02

      Oh! À la demande de madame Marois! Il me semble qu’on ne va pas en politique si on n’accepte pas les débats d’idées, et ici l’exclusion en dit long sur l’état de la démocratie. Ça m’avait échappé!

      Merci pour la précision, monsieur Ricard.

    • Hélène Thompson - Inscrit 13 août 2013 09 h 15

      M.Ricard, pouvez-vous me donner vos sources? J'ai beau chercher sur google, je n'arrive pas à trouver une seule ligne sur cette accusation très grave. Partir des rumeurs, c'est pas beau. Des ouidires, tout le monde peut en faire.

  • André Michaud - Inscrit 12 août 2013 17 h 05

    bonne chance

    Bonne chance M.Aussant dans votre nouveau travail. Avoir plus de compétences aux niveau économique sera toujours un atout et un jour vous reviendrai peut être nous faire profiter...

    • Claude Lachance - Inscrite 12 août 2013 19 h 43

      Avec le titre de sire?

  • Pierre Bourassa - Inscrit 12 août 2013 17 h 33

    Aussant repart pour Londres

    L'article ne nous dit pas s'il part avec sa famille...