Diane De Courcy se défend de «jouer à la loterie» avec les immigrants

L’opposition libérale a accusé la ministre Diane De Courcy de créer un «bingo» des immigrants.
Photo: Pedro Ruiz - Le Devoir L’opposition libérale a accusé la ministre Diane De Courcy de créer un «bingo» des immigrants.

Québec — Accusée par l’opposition libérale de « jouer à la loterie » avec les nouveaux arrivants, la ministre de l’Immigration et des Communautés culturelles, Diane De Courcy, défend sa nouvelle réglementation. « C’est tronquer la vérité que de dire des choses comme ça ! », s’est indignée la ministre en entrevue au Devoir vendredi.

 

Trois petits mots : tirage au sort. Dans la longue liste des modifications apportées à la réglementation sur l’immigration que le gouvernement vient tout juste d’adopter, ces trois mots ont déclenché un véritable tollé. Le gouvernement a effectivement choisi de lever le moratoire, qui prévalait depuis juin 2012, sur les demandes de certificat de sélection pour la catégorie des immigrants investisseurs. Pendant deux semaines, Québec acceptera donc un maximum de 1750 demandes. Sur son site Web, le ministère écrit que « l’ensemble des demandes reçues fera l’objet d’un tirage au sort ».

 

Pour la porte-parole de l’opposition officielle en matière d’immigration, Filomena Rotiroti, c’est tout simplement le « bingo » des immigrants.

 

« Ça n’a pas de bon sens de jouer avec la vie des gens comme ça, dénonce la députée de Jeanne-Mance -Viger. Derrière ces investisseurs, il y a des gens, des familles qui veulent venir au Québec à quil’on dit : prenez un numéro, si votre numéro est pigé, vous pouvez venir, sinon, vous essayerez l’année prochaine. »

 

La ministre De Courcy s’indigne devant cette interprétation et parle de « mauvaise foi » de la part de l’ancienne chef de cabinet du ministère de l’Immigration, qui siège aujourd’hui dans l’opposition. Elle s’est vue dans l’obligation de publier, en fin de journée, un communiqué pour rétablir les faits. « Certaines personnes ont voulu laisser croire que les nouvelles règles qui s’appliquent aux candidates et candidats immigrants investisseurs revenaient à sélectionner ces personnes à l’aide d’une loterie, écrit la ministre. Ce n’est absolument pas le cas. »

 

Au ministère, on explique qu’on a choisi cette méthode de sélection aléatoire en remplacement du principe généralement utilisé de « premier arrivé, premier servi »,et ce, pour éviter la cohue suivant la levée du moratoire, comme cela s’est vu précédemment. Dans l’arrêté ministériel, publié dans LaGazette officielle, il est clairement stipulé que le tirage au sort permettra de déterminer l’ordre de priorité dans le traitement des dossiers : « Les demandes seront traitées suivant l’ordre établi, par le tirage au sort, et ce, jusqu’à l’atteinte du plafond fixé. »

 

Français

 

Titulaire de la Chaire de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté à l’Université du Québec à Montréal, Micheline Labelle ne comprend pas l’intérêt que suscite la question de la loterie. « Ça ne m’apparaît pas important », affirme-t-elle en entrevue au Devoir, s’interrogeant plutôt sur les conséquences du rehaussement des exigences relatives à la maîtrise du français.

 

Désormais, pour se qualifier, les requérants doivent démontrer qu’ils ont une connaissance du français de niveau intermédiaire avancé. C’est devenu, pour Québec, le « seuil minimal ».

 

« On peut rehausser la connaissance du français pour les nouveaux arrivants, mais si l’on ne règle pas les problèmes d’intégration sur le marché du travail, ça devient complètement futile », estime Micheline Labelle, qui donne l’exemple d’immigrants maghrébins aux prises avec des taux de chômage élevés malgré le fait qu’ils sont francophones. « Ces modifications ne sont valables que si elles s’accompagnent de mesures drastiques d’aide à l’emploi et de lutte contre la discrimination. »

 

La ministre Diane De Courcy donne raison à la spécialiste sur ce point, affirmant qu’elle annoncera, d’ici la fin de l’été, des mesures complémentaires en employabilité.

***

Ce texte a été modifié après publication.

À voir en vidéo