Fluoration de l’eau: le ministre de la Santé en réflexion

Réjean Hébert
Photo: La Presse canadienne (photo) Jacques Boissinot Réjean Hébert

Le ministre de la Santé, Réjean Hébert, attend de voir le nouveau plan de la Direction nationale de santé publique avant de décider s’il injectera les sommes nécessaires pour faire la promotion de la fluoration de l’eau potable et favoriser l’acceptabilité sociale de cette mesure visant à prévenir la carie dentaire, notamment chez les enfants venant de milieux défavorisés. Il faudra voir, dit-il, « si cet investissement va avoir de meilleurs effets que d’autres mesures ». À l’entrée du Conseil des ministres mercredi, il a soutenu qu’il s’apprêtait à rencontrer les autorités de la Santé publique pour faire le point. « Il faut d’abord être bien certain qu’on a pris tous les moyens pour bien informer la population et, une fois qu’on a fait ça, il faut en venir à la conclusion qu’il n’y a pas d’acceptabilité sociale. C’est la réflexion qu’on doit avoir actuellement au Québec. » Selon lui, la commission parlementaire a permis de faire ressortir que « ces perceptions négatives sont exagérées » et que « l’ensemble des études montrent que la fluoration de l’eau n’a pas d’effets néfastes sur la santé et l’environnement ». Le nouveau programme de promotion de la fluoration de la Santé publique, qui veut fluorer l’eau pour la moitié de la population d’ici cinq ans, sera rendu public l’automne prochain.

LE COURRIER DE LA COLLINE

Nouvelle infolettre

Chaque jeudi, l'équipe du Devoir à Québec résume l'essentiel de la semaine parlementaire. Retrouvez aussi la note de Michel David, notre chroniqueur politique. Inscrivez-vous, c'est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

16 commentaires
  • François Laforest - Abonné 4 juillet 2013 03 h 27

    Vers les tablettes...?!

    Projet mal foutu, mal ficelé et... imbuvable. Vivement prioriser les argents, près du demi million ici tout de même, où cela est le plus criant !

  • Stéphanie LeBlanc - Inscrite 4 juillet 2013 07 h 43

    Responsabiliser les citoyens

    Les enfants défavorisés sont aussi capables que les autres d'apprendre à se brosser correctement les dents. De plus on trouve du dentifrice et des brosses à dents (souvent des paquets de trois) dans tout les magasins à 1$.

    Tant qu'à dépenser de l'argent, pourquoi ne pas investir dans une campagne de promotion de l'hygiène buccale? Pourquoi ne pas étendre la gratuité des soins dentaires jusqu'à l'âge de 18 ans?

    Responsabiliser les parents et les enfants vaut mieux que de contraindre toute une population à boire un produit qui ne peut pas avoir d'effet sur des dents qu'il ne touche même pas (vous gargarisez-vous en buvant vous? Moi pas!)

  • Hugo Robillard Auger - Inscrit 4 juillet 2013 08 h 34

    Inutile fluoration

    Lorsque l'on sait qu'une saine alimentation et une bonne hygiène buccale sont la clé pour avoir de belles dents, on se demande pourquoi on veut pratiquement nous fluorer de force... Tant qu'à dépenser, pourquoi ne pas ramener les petits berlingots de lait dans les écoles et prolonger la couverture dentaire des jeunes jusqu'à 14 ans?

  • Bernard Terreault - Abonné 4 juillet 2013 09 h 19

    Rétrograde

    Tous les pays développés pratiquent la fluoration, avec des résultats positifs -- sauf le Québec. A croire qu'on est le tiers monde. Si le peuple refuse la fluoration, eh bien je m'oppose à ce que le gouvernement paye pour les traitements de caries.

    • Patrick Lépine - Inscrit 4 juillet 2013 10 h 19

      Quel beau chantage! Enfin puisque c'est ce que vous préconisez... Économisons!

    • Gérard Côté - Inscrit 4 juillet 2013 10 h 37

      La vielle école ?

      La Santé publique à coup de poing sur table, de peurs et d'anathèmes est d'une autre époque. La généralisation de mesures massues du haut vers le bas comme dans une grande corporation n'a pas de sens. Polluer l'eau pour le bien et pour le principe. Drôle d'idée d'autant que les preuves irréfutables des bienfaits de la fluorisation font défauts. Pendant qu'on s'évertue à faire une agriculture plus saine, à préserver nos eaux des polluants, voilà que nos bons docteurs veulent répandre le fluor sous-produit des alumineries et des fabricants d'engrais.

      Et vous dites que le Québec est rétrograde. Si Arruda mène sa guerre, je crois bien qu'il l'est en effet! Sourions à pleines dents...

    • Sylvain Auclair - Abonné 4 juillet 2013 11 h 00

      Devra-t-on aussi refuser de payer les soins cardiaques de ceux qui mangent gras et ne font pas d'exercice? Ça économiserait encore plus d'argent, non?

    • Sylvain Auclair - Abonné 4 juillet 2013 13 h 07

      Il n'y aurait que 355 millions de personnes dans le monde qui boivent de l'eau fluorurée, plus environ 50 millions qui boivent de l'eau contenant naturellement la dose recommandée de fluorure. Et des centaines de millions d'autres qui boivent de l'eau contenant trop de fluorure.

      Des 355 millions de personnes mentionnées plus haut, plus de 200 millions vivent aux États-Unis et seulement 12 millions en Europe de l'Ouest.

      Parler de TOUS les pays développés est un brin excessif, je crois. Ça me rappelle le débat sur le virage à droite sur feu rouge.

    • Sylvain Auclair - Abonné 4 juillet 2013 13 h 36

      Monsieur Terreault, avec votre formation et votre expérience scientifiques, vous devriez aller jeter un coup d'œil aux études qui prouvaient le lien entre fluor et faible nombre de caries (certains pensent qu'elles souffrent de lacunes importantes) et sur les courbes qui montrent qu'eau fluorée ou pas, dentrifice fluoré ou pas, le nombre de caries a baissé tout au long du XXe siècle, tout en restant plus élevé chez les pauvres que chez les riches.

      Il ne faut rien prendre pour acquis, même si un discours dit se baser sur la science.

    • Jean-Marie Francoeur - Inscrit 4 juillet 2013 13 h 43

      Faux !

      D'où sortez-vous que tous les pays pratiquent la fluoration ? Et qui sont-ils ? Et d'autre part, ce n'est pas parce qu'un troupeau de moutons saute dans un abîme qu'on doit les suivre.

  • Danielle - Inscrit 4 juillet 2013 11 h 19

    Sourd et aveugle!

    Sachez que la Direction de la santé publique de la Montérégie à qui j'ai parlé en décembre 2010 me disait être en accord avec l'exploitation des gaz de schiste!!!
    Il s'agit ici de la même direction de la santé publique sourde, aveugle et pas si scientifique que ça.