Des radars photo sur les routes de Longueuil et Laval

Québec — Laval et Longueuil adopteront à leur tour les radars photo. Le ministre des Transports, Sylvain Gaudreault, a confirmé, mardi, que ces deux villes, qui bordent Montréal au nord et au sud, se joindront au projet pilote des appareils de surveillance auquel participent déjà Québec et Gatineau.


La première phase de l’implantation des radars photos s’est amorcée en 2009. Le réseau routier compte déjà 15 appareils et 36 nouveaux feront leur apparition. Les nouveaux radars mobiles devraient être en service à la fin de l’année 2013 ou au début de 2014. D’autres appareils de surveillance seront installés aux feux rouges et des radars photo fixes seront mis en service au printemps 2014.


Ces déploiements ne sont qu’un prélude à une offensive planifiée du ministère des Transports pour étendre la présence de ces appareils.


Les régions de la Capitale-Nationale, de la Chaudière-Appalaches, de la Montérégie, de Montréal, de Laval, des Laurentides et de Lanaudière seront bientôt sollicitées pour se joindre au projet pilote des radars photo. Ces régions sont considérées comme des endroits où la concentration d’accidents liés à la vitesse ou au non-respect des feux rouges est plus importante.


Des ajouts à Québec


Des panneaux indicateurs et des avertissements seront affichés afin de prévenir les conducteurs de lever le pied. Les amendes des fautifs seront versées au Fonds de la sécurité routière et serviront entre autre aux victimes de la route.


Pour l’agglomération de Longueuil, les villes de Longueuil, Boucherville, Brossard et Saint-Bruno-de-Montarville sont visées. Le projet de Québec s’agrandira aussi en ajoutant L’Ancienne-Lorette et Saint-Augustin-de-Desmaures qui s’intègreront au projet.

2 commentaires
  • Franklin Bernard - Inscrit 3 juillet 2013 09 h 54

    La charrue devant les boeufs.

    Comme d'habitude. La poussière sous le tapis. Oui, l'excès de vitesse est dangereux, mais est-ce qu'on ne devrait pas plutôt utiliser en priorité ces argents et ces énergies humaines à la réfection des chaussées? L'état lamentable de notre réseau routier est sans aucun doute responsable lui-même de nombres d'accidents, ne serait-ce qu'à cause de l'inattention à la conduite provoquée par la surveillance des trous, des fentes, des bosses... qui implique qu'on doive constamment regarder à 3 mètres devant le capot de sa voiture, au lieu de regarder au loin. Et je ne parle pas de la casse directe ou de l'embardée brutale.

    Je suis pour une sévérité accrue en matière de conduit dangereuse (pas seulement les excès de vitesse, mais aussi les changements de voie sans regarder ni prévenir, le manque d'utilisation des clignotants, l'absence de respect des lignes de démarcation des voies...) mais je ne crois pas une seconde à la «vertu» de ces pièges à contraventions. Je les crois plutôt destinée à renflouer un peu les caisses de l'État. On nous dit que «Les amendes des fautifs seront versées au Fonds de la sécurité routière et serviront entre autre aux victimes de la route.» Je n'y cris pas non pus.

  • Pierrette Renaud - Inscrit 3 juillet 2013 11 h 46

    Ministère des Transports

    maintenant que les stratagèmes de fraudes par les entreprises liées au ministère des transports ont été mis au jour avec la Commission Charbonneau, est-ce que ça veut dire que le ministère cherche a trouver une autre façon de permettre à ces mêmes entreprises de poursuivre leur gavage????