Offensive pour la fluoration de l’eau

Plusieurs groupes demandaient l’interdiction pure et simple de la fluoration. Les élus ont plutôt choisi de maintenir le statu quo et ont recommandé de travailler sur l’acceptabilité sociale de la fluoration de l'eau.
Photo: Canal Z Plusieurs groupes demandaient l’interdiction pure et simple de la fluoration. Les élus ont plutôt choisi de maintenir le statu quo et ont recommandé de travailler sur l’acceptabilité sociale de la fluoration de l'eau.

Québec se lance dans une vaste offensive beaucoup plus énergique dans l’espoir de fluorer l’eau potable pour la moitié de la population d’ici cinq ans. Il s’agit d’une ultime tentative de la Direction de la santé publique qui envisage déjà, si elle venait à échouer, de se tourner vers la fluoration des aliments.

« On va accentuer les activités d’information et réagir à la désinformation qui se fait actuellement par des moyens communicationnels auprès de la population en utilisant les nouvelles technologies, affirme le directeur national de santé publique et sous-ministre adjoint au ministère de la Santé, Horacio Arruda. Il va falloir être aussi présents [que les opposants] sur la place publique. Ce n’est pas pour entrer en guerre, mais pour rétablir les faits tels qu’on les conçoit. » Selon les experts de la santé publique, la fluoration de l’eau est un outil peu coûteux, efficace et sans danger pour combattre la carie dentaire.


De l’aveu même du directeur de la santé publique, la dernière stratégie de promotion de la fluoration de l’eau potable, qui s’échelonnait de 2005 à 2012, a été un véritable « échec ». Le plan national visait à faire passer le taux de pénétration de cette mesure de 7 à 50 %. Il est aujourd’hui sous la barre des 3 %.


Il faut dire que le dernier plan s’est résumé à quelques brochures et subventions octroyées à des agences de santé, a appris Le Devoir. Selon les chiffres du ministère de la Santé et des services sociaux, obtenus en vertu de la Loi d’accès à l’information, la somme totale des montants dépensés pour faire la promotion de la fluoration dans le cadre du programme depuis 2005 totalise à peine plus de 325 000 $.


« Était-ce suffisant ? demande le Dr Arruda. Si on regarde le résultat, la réponse c’est non. Mais ça ne se mesure pas seulement en argent, il est fort probable qu’on a sous-estimé l’effet des opposants. On n’a peut-être pas été assez agressifs dans les opportunités de revenir sur le dossier. »


Il faut aujourd’hui « intensifier les choses » et être « beaucoup plus agressifs » sur le plan communicationnel, estime Horacio Arruda. On mise sur une « approche nouvelle » et on compte utiliser le Web, Twitter et compagnie. Il veut investir les médias et songe même à une campagne de publicité télévisée, un outil promotionnel pour lequel il faut compter un minimum de 500 000 $.


Dans l’ancien plan, les montants étaient accordés au cas par cas. Cette fois-ci, Dr Arruda veut s’assurer que l’argent sera au rendez-vous. « Comme le plan n’est pas complètement terminé, je ne suis pas en mesure de vous donner un chiffre », répond-il, précisant que les besoins seront quantifiés dès que le plan aura été approuvé. « S’il faut investir 500 000 $, on va trouver l’argent à l’intérieur de notre programme. Mais ça va dépendre du plan,les lignes budgétaires ne sont pas prédéterminées. »

 

Objectif 50 % dans cinq ans


La Direction de la santé publique veut développer une acceptabilité sociale, selon les recommandations des élus qui se sont penchés sur cette question en commission parlementaire au printemps dernier. Plusieurs groupes demandaient l’interdiction pure et simple de la fluoration. Les élus ont plutôt choisi de maintenir le statu quo et ont recommandé de travailler sur l’acceptabilité sociale. Le Dr Arruda en a fait sa mission personnelle.


« Si on me demande d’augmenter l’acceptabilité sociale, il faut que je prenne les moyens pour être capable de le faire. Je n’irai pas investir 150 000 $, diluer ça pour que ça ne donne rien. Ça prend un plan qui soit adéquat. »


L’objectif reste le même que pour le précédent plan, soit de fluorer l’eau de la moitié de la population « et même plus », précise le Dr Arruda. « Je me donne un horizon de cinq ans. Ça va être un travail de longue haleine […] Mais si, dans cinq ans, on a 50 %, on va avoir atteint notre objectif. Si on est à 35 %, on réajustera. »

 

Dernière chance


Plutôt que de tenter de convaincre les municipalités de fluorer l’eau, comme c’était le cas ces dernières années, le nouveau plan de promotion se fera d’abord et avant tout auprès des citoyens pour que ces derniers viennent appuyer les démarches des élus municipaux qui peinent à imposer la fluoration en raison de la forte résistance des opposants. Horacio Arruda compte également sur les changements en lien avec les prochaines élections municipales, mais n’a pas l’intention d’en faire un enjeu électoral.


« Ça ne fait pas partie de notre stratégie. De toute façon, je pense qu’il y aurait un risque important dans le contexte où on n’a pas retravaillé le dossier avec la population. En faire un enjeu municipal avec des gens mal informés, les fantômes vont ressortir. Ce ne serait pas une bonne stratégie. »


Il compte également sur les professionnels de la santé, dentistes, hygiénistes dentaires, pharmaciens et médecins qui seront sensibilisés et appelés à se prononcer sur le dossier. « On se rend compte que les programmes de fluoration de l’eau trouvent une certaine acceptabilité sociale, une adhésion de la population quand c’est fortement soutenu par les professionnels de la santé, ce qui n’est pas encore le cas au Québec. »


Il est également conscient que si la Direction de la santé publique intensifie ses efforts, la réponse viendra d’autant plus forte de la part des opposants. « Si, dans un certain temps, on se rend compte que ça bloque, on fera des changements législatifs si c’est nécessaire ou on développera d’autres stratégies pour introduire du fluor dans l’alimentation des individus, avance Horacio Arruda qui précise toutefois que l’introduction de fluor dans l’alimentation s’avère moins efficace que dans l’eau potable. Mais pour le moment, on est dans une dernière chance avec cette population pour intensifier le message. »

158 commentaires
  • serge paris - Inscrit 2 juillet 2013 06 h 57

    Non Merci...

    Premièrement, c'est quoi la fixation de vouloir nous faire ingurgiter du fluor?
    La population se brosse déjà avec du dentifrice au fluor alors pourquoi dans l'eau potable ou même les aliments???
    Le fluor a un effet positif sur les dents et non dans le corps, le fluor est toxique pour l'homme, c'est pas moi qui l'invente c'est sur wikipedia...

    "Toxicité

    Le fluor est toxique pour l’homme :

    < 0,05 mg/kg/jour : n'est d'aucun effet sur la prévention de la carie dentaire
    2 mg/jour : risque de fluorose dentaire ;
    10 à 40 mg/jour : fluorose du squelette ;
    20 à 80 mg/jour : fluorose ankylosante ;
    100 mg/jour : retard de croissance ;
    125 mg/jour : altération rénale ;
    200 à 500 mg/jour : dose létale.

    Des enfants ayant avalé leur dentifrice en se brossant les dents pendant une longue période ou qui ont mangé du dentifrice présentent parfois des intoxications au fluor ; d’où l’intérêt de bien expliquer aux enfants qu’ils doivent recracher le dentifrice et pourquoi ils doivent le faire.

    L'Organisation mondiale de la santé, dans un rapport de novembre 2006, et d'autres 28 attirent l'attention sur les dangers des doses excessives de fluor dans l'alimentation et explique comment fabriquer et utiliser des filtres permettant de neutraliser le fluor dans l'eau de boisson29.

    L'utilisation de fluor dans les camps de concentration a été rapportée par Joseph Borkin dans son livre The Crime and Punishment of I.G. Farben : « La Gestapo avait peu de soucis de l’état de la denture des enfants… leurs scientifiques avaient trouvé que le fluor pouvait rendre stérile et qu’il générait une calme soumission. »

    Depuis, l'association entre le déclin du quotient intellectuel et les concentrations de fluor dans l'eau a été confirmée30. En 2007, la revue Environmental Health Perspectives publiait une mini-monographie soulignant, d'une part, l'absence de recherches en anglais sur l'impact du fluor sur l'intelligence et, d'autre part, le développeme

    • Simon Chamberland - Inscrit 2 juillet 2013 09 h 14

      Il y a une différence entre des sels de fluor et le fluor lui-même...

    • Chantale Desjardins - Abonnée 2 juillet 2013 10 h 49

      Fluorure au lieu du fluor

    • Patrick Tremblay - Inscrit 2 juillet 2013 11 h 30

      @Chantale
      Lire fluorure en place de fluor, c'est une mauvaise traduction voila tout, les chiffre avancés sont bien ceux des fluorures

    • François Laforest - Abonné 2 juillet 2013 13 h 04

      Aussi, il faut se questionner sur l'art et la manière de faire de ce haut personnage de la Santé publique : ''on fera des changements législatifs si c’est nécessaire ou on développera d’autres stratégies pour introduire du fluor dans l’alimentation des individus, avance Horacio Arruda'' ceci d'autant ''qu'il veut investir les médias et songe même à une campagne de publicité télévisée, un outil promotionnel pour lequel il faut compter un minimum de 500 000 $''...Sans doute une campagne virale de type H1N1!
      Mais au fait, que faire depuis les coupes concernant l'accès aux soins de dentisterie pour les enfants? Qu'advient-il de la capacité des usines d'eaux afin de traiter ce nouvel élément relacher dans l'environnement? Y'aurait-il un tout petit début de carie bureaucratique à la Santé publique ??

    • Alexis Lamy-Théberge - Inscrit 2 juillet 2013 13 h 45

      @M. Paris. Tout à fait monsieur, il s'agit d'un complot visant l'assujettissement de la race humaine par le fluorure dans l'eau, comme les Nazis. Oubliez le néo-libéralisme, la vache folle, l'effet de serre, la concentration des médias, l'élection de Maxime Bernier, la menace est beaucoup plus subtile.

      Mais on sait qui est derrière ça : les communisses. Avez-vous déjà vu un Russe se brosser les dents? Les voici à contaminer nos précieux fluides corporels. Nos précieux fluides.

    • Nathalie Trudeau - Inscrite 2 juillet 2013 15 h 59

      À Richmond en Estrie la fluorisation de l'eau se fait depuis longtemps, pourtant, je ne crois pas que les caries dentaires y est été diminuées significativement comparativement aux autres villes où cela n'est pas pratiqué... J'y ai vécu assez longtemps et mes enfants ont eu autant de carries que les autres n'ayant pas la fluorisation... Je ne vois pas l'intérêt d'en rajouter dans l'eau ou bien les aliments. Tous nous avons le droit de refuser n'importe quel traitement et ce même si notre santé peut s'en trouvée affectée, alors expliquer moi comment se fait-il que l'on pourrait nous obliger à avaler du fluorure??? Moi, en tant qu'infirmière aux, je n'ai pas le droit d'obliger un patient à avaler ses pillules, même si elles sont nécéssaires pour prévenir un infarctus ou bien un AVC mais on aurait le droit de nous faire avaler de force du fluorure pour prévenir de simples carries dentaires??? Il est où le problème????

    • Alexis Lamy-Théberge - Inscrit 2 juillet 2013 16 h 56

      @ Mme. Trudeau : on ne fait pas des règlements avec des anecdotes, donc il faudra voir à plus grande échelle que votre famille pour connaître les résultats de la fluoration.

      Ensuite, si elle est vraiment efficace et sans danger, lorsque contrôlée, alors nous discuterons des avantages d'en faire profiter la population, pour diminuer de nombreux problèmes bucco-dentaires, comme on oblige le port de la ceinture de sécurité en voiture, une mesure préventive, non thérapeutique comme la prise de médicament.

      Laissons les dentistes en parler (qu'ils soient en faveur de la fluoration ne paraît-il pas louche, eux qui devraient aimer les caries?), l'OMS, les intervenants au sens large qui ont quelque crédibilité, et voyons par la suite.

    • Nathalie Trudeau - Inscrite 2 juillet 2013 18 h 11

      @M.Lamy-Théberge, je ne prétends pas que le fait que mes enfants aient eu autant de carries que les autres enfants n'ayant pas accès à l'eau fluorée soit en elle même une preuve de son inefficacité mais seulement un constat bien personnel...

      Il y a une différence entre le port de la ceinture obligatoire en voiture et l'ingestion de toutes formes de substances efficaces ou non... Il n'y a pas d'effets secondaires à long terme non connu à cause de la ceinture... Vous allez me dire que le Fluor non plus??? Qu'en savez-vous??? Je ne prétend pas que ce soit un complot ou quoi que ce soit du genre M.Lamy-Théberge... Je dis seulement que si une grande partie de la population est contre, pourquoi vouloir leur imposer? Cela ne devrait jamais être imposé aux gens mais conseillé s'ils veulent le faire. Voilà! Ni plus, ni moins... Personne ne mourra car il n'y a pas d'ajout de fluor dans l'eau potable à ce qu'il me semble...

    • Maxime Dion - Inscrit 2 juillet 2013 22 h 21

      @Alexis Lamy-Théberge

      << Laissons les dentistes en parler (...) en faveur de la fluoration...>>

      Ça serait plutôt du ressort des chimistes de nous en parler, si l’on considère que le fluor est le plus réactif des éléments du tableau périodique...

      Ainsi, avec tous les résidus chimiques que contient l'eau de l'aqueduc, lorsque l'on y rajoutera du fluor je me demande qu’elle sera la nature des composés fluorés qui en résulteront...

    • Francis Cauchon - Inscrit 3 juillet 2013 21 h 51

      @M. Chamberland

      Vous devez bien vous y connaitre en chimie, en fluor, en fluorure et en composés de ce genre, à lire tous vos commentaires, mais d'où vient voir savoir sur le sujet ? Sur quelles données appuyez vous vos dires ??? En avez vous des études qui prouvent que le fluor ou composé fluoré, appelez cela comme bon vous semble, est non toxique, et en quoi a réellement consistée cette étude ??? Elle a été finacée par qui ??? Ce serait agréable d'avoir des vrai faits et surtout les sources qui appuient vos dires. Par exemple, ici, vous dites qu'il y a une différence entre les sels de fluor et le fluor lui-même, ce qui me semble bien évident puisque le fluor est l'élement le plus réactif du tableau périodique, il doit être assez difficile à isoler chimiquement. Mais, une fois ces sels dans l'eau, ne se divisent-ils pas en ions de fluor ??? Et si oui, rendu là, quelle différence cela fait-il que ça ait été des sels ou bien du fluor pur, ce qu'on a c'est des ions de fluor dans une eau "potable", non ???

      Je ne suis pas chimiste, et je le dit ouvertement, je n'ai qu'un certaine base, mais comme vous vous permettez de commenter et discréditer tout le monde, j'en déduis que vous avez une bonne connaissance de cette pratique, alors voila, auriez vous l'obligeance de nous partager vos références, vos sources, qui appuient vos dire ! Car sans cela je ne vous trouve pas plus crédible que toutes ces personnes que vous discréditez !

    • Simon Chamberland - Inscrit 4 juillet 2013 13 h 06

      M. Cauchon,

      Les faits que je mentionne sont accessibles à toute les personnes ayant fait les cours de chimie du niveau secondaire. Ou plutôt, les anciens cours, ça depuis la réforme Marois de l'éducation, la temps d'enseignement des sciences dans la cursus commun a été réduit.

  • Victoria - Inscrite 2 juillet 2013 07 h 28

    Stratégie fluorée

    Le fluor par ingestion ???… n’est pas ce produit qui endommage nos os au fil du temps ?

    • Simon Chamberland - Inscrit 3 juillet 2013 10 h 00

      Non, pas sous cette forme ni à ces doses.

    • Emmanuel Dumont - Inscrit 4 juillet 2013 00 h 50

      Mr Chamberland, qu'est-ce qui vous permet d'être aussi affirmatif alors que des études confirment le lien?

      "Several human epidemiological studies have found an association between fluoride in drinking water and the occurrence of osteosarcoma (bone cancer) in young males. (Bassin 2006; Cohn 1992; Hoover 1991). These studies are consistent with the National Toxicology Program’s (NTP) cancer bioassay which found that fluoride-treated male rats had an dose-dependent increase in osteosarcoma. (Bucher 1991). "

      http://www.fluoridealert.org/studies/cancer05/

      La question est donc loin d'être tranchée. Ne serait-ce que pour cette raison, on devrait s'abstenir. Mais il y a de nombreuses autres conséquences (cerveau, dents, foie, environnement etc...) potentiellement néfastes pour un bénéfice marginal qui lui aussi fait débat.
      Exemple: pas de différences entre les taux de carie dans les populations "fluorées" et les autres d'après les données de l'OMS.

      Çela devrait pour le moins insinuer un petit doute dans votre esprit.

      Sinon, j'en laisse le soin a ces qq milliers de dentistes, médecins, scientifiques, organisations (et incuant même un nobel de médecine).

      http://www.fluoridealert.org/researchers/professio

    • Simon Chamberland - Inscrit 4 juillet 2013 13 h 10

      M. Dumont, les études citées par le groupe militant (obscurantiste) fluoridealert ne s'appliquent pas aux concentrations dont il est question ici, et les autres sont citées partiellement.

      Soyez sceptique envers ce que vous trouvez sur le web. Petit indice : si la source, comme fluoridealert est reprise par infowar, c'est probablement puant de malhonnêteté intellectuelle.

    • Emmanuel Dumont - Inscrit 5 juillet 2013 14 h 13

      M Chamberland
      Obscurantiste, puant, malhonnêteté... J'amagine que ce sont les qualitifs que vous réservez à tout point de vue n'émanant pas de source officielle (où les scandales, la corruption et les conflits d'intérêt ne sont plus à démontrer).
      C'est votre choix et je le respecte, mais il n'y a pire aveugle que celui qui ne veut pas voir.

      Pour votre info, même si je n'apprécie pas Alex Jones, qui est un manipulateur je pense, j'ai au moins l'honnêteté intellectuelle de reconnaître que plusieurs de ses mises en garde se sont avérées justes).

      Est-ce que les milliers de scientifiques se pronnonçant contre la fluoridation sont puants, malhonnêtes et obscurantistes (un prix nobel??) ? Qu'avez vous à leur dire?

      Est-ce que les gouvernements de l'immense majorité des pays qui sont contre le sont aussi?

      La faibless de vos arguments, qui souvent se limitent aux sophisme ou autres attaques fait peine à voir par moment.

    • Emmanuel Dumont - Inscrit 5 juillet 2013 14 h 40

      Puisque vous avez du mal à naviguer sur un site web, je vous mets le lien direct pour vous montrer que ce groupe obscurantiste est composé d'un nombre impressionnant de scientifiques, professeurs, médecins etc...

      http://www.fluoridealert.org/about/team/

      J'imagine que ce qui vous gêne, c'est que ce soit une démarche citoyenne et volontariste.

  • Michelle Lambert - Inscrite 2 juillet 2013 07 h 51

    On veut votre bien et on va l'avoir...

    On va peut-être mourir plus vite, mais on va coûter moins cher de dentiste à l'état! ;-)

    Et regardez bien les compagnies d'eau en bouteille nous vendre de l'eau "Sans fluor".

  • Pascal Laquerre - Inscrit 2 juillet 2013 07 h 58

    ...

    Mais que fait-on du 98% du fluor qui sera rejetté dans les cours d'eau? Cela ne devrais-il pas y avoir un impacte sur la décision de fluorer ou non l'entièreté du système d'aqueduc?

    Dépenser un demi-million pour faire avaler une pillule que la population ne veux pas me très étrange aussi dans un contexte ou le gouvernement est déjà dans le rouge...

    Je suis aussi prêt à parier que si notre fameuse minorité silencieuse fini par gober celle pillule nous verrons simplement exploser la quantité de bouteille d'eau vendus dans les zones affectés, un autre gros loby qui frotte les mains, encore.

    • Marc Donati - Abonné 2 juillet 2013 11 h 06

      Sage commentaire. Incroyable que le volet environnemental soit complètement évacué du débat...

  • Yves Perron - Inscrit 2 juillet 2013 08 h 12

    Encore un traffic ''d'influor''

    INCROYABLE qu'on assiste encore une fois à une tentative de nous faire accepter un poison et à payer pour en plus. Le fluor est déjà présent dans les dentifrices et chez les dentistes, on veut maintenant nous faire croire qu'en ajoutant cette cochonnerie dans l'eau des municipalitées que plus personne ne boit, on améliorera la santé dentaire des individus...
    As-t-on pensé que le cumulatif du fluor dans les cours d'eau sera un véritable désastre? Saviez vous que le fluor qu'on nous force à consommer n'est qu'un résidu des cheminées industrielles surtout des alumineries qui ne savent comment s'en débarrasser, mais qui subventionnent les groupes pros.?

    Encore une fois comme pour beaucoup de soi disant recherches scientifiques, on assiste à un traffic d'influences et à de la désinformation.

    • Simon Chamberland - Inscrit 2 juillet 2013 16 h 26

      Vous êtes chanceux de pouvoir résister à la désinformation des scientifiques. Étrange que ceux qui font la différence entre un élément et un composé ne puissent pas résister à cette désinformation.

      Conclusion, retirons le cours de science de 2ème secondaire, ainsi tous seront en mesure de bien apprécier le traffic d'influence.

    • Djosef Bouteu - Inscrit 2 juillet 2013 20 h 12

      Monsieur Chamberland, commencez par convaincre les promoteurs de cette mesure dangereuse d'arrêter de parler de «fluoration de l'eau» si l'usage du mot «fluor» au lieu de «composés fluorés» vous derrange.

    • Simon Chamberland - Inscrit 2 juillet 2013 21 h 11

      Monsieur Bouteu

      Commencez par prouver que la mesure est dangereuse par des études solides, révisées par des pairs et publiées dans des revues ayant des comité de lecture.

      Ensuite, vous comprendrez pourquoi l'argumentaire reprennant la toxicité de l'élément est ridicule.

    • Johanne St-Amour - Abonnée 3 juillet 2013 08 h 54

      Mireille Guay, Ph. D. en chimie organique avait déjà présenté un mémoire à la Ville de Montréal en 1988 sur les effets néfastes du fluorure. Elle affirmait également que c'était le strontium ou le manganèse qui protégeaient.

      http://www.qve.qc.ca/afq/Articles/Lettre2-Devoir-M

      M. Chamberland, êtes-vous à la solde des autorités en faveur de la fluoration? Vos commentaires semblent l'indiquer. Même que vous réfutez les propos du Dr Louis Gauthier, dentiste, qui s'est opposé à la fluoration de l'eau. Vous prenez ses propos pour de simples préjugés mais vous n'avancez aucune donnée crédible...

    • Simon Chamberland - Inscrit 3 juillet 2013 10 h 05

      Mme St-Amour,

      Non, je ne suis à la solde de personne et je ne suis ni partisan, ni opposant à la fluoration.

      Je suis pour un débat guidé par la science et lettre de Gauthier n'apporte aucun argument scientifique. En fait, lui aussi mélange élément et composé.

    • Simon Chamberland - Inscrit 4 juillet 2013 13 h 12

      Une bonne lecture ? Non, de la grossière manipulation.

    • Emmanuel Dumont - Inscrit 5 juillet 2013 14 h 16

      Encore un argumentaire indéfendable. Je suis scié. Vous avez pas mieux?

      Et si c'était vous le grossier manipulateur? Il me semble vous voir attaquer systématiquement tout commentaire qui ne fait pas votre affaire.