Soccer: Marois appuie la fédération québécoise et fustige son pendant canadien

La première ministre a ajouté qu'elle appuyait les «orientations» de l'organisme québécois qui a soulevé la controverse au pays avec sa décision de bannir le port du turban, de patka ou de keski par les jeunes joueurs.
Photo: Pedro Ruiz Le Devoir La première ministre a ajouté qu'elle appuyait les «orientations» de l'organisme québécois qui a soulevé la controverse au pays avec sa décision de bannir le port du turban, de patka ou de keski par les jeunes joueurs.
Le gouvernement Marois s'est élevé mardi contre la suspension infligée par un organisme canadien à la Fédération de soccer du Québec (FSQ) parce qu'elle refuse d'autoriser le port du turban par les joueurs pendant les matchs. En après-midi, la FSQ a toutefois admis que la décision a été prise de façon un peu trop précipitée.

L'Association canadienne de soccer (ACS), qui a annoncé lundi soir la suspension immédiate de la fédération québécoise, s'immisce dans un dossier qui ne la regarde pas, a soutenu la première ministre Pauline Marois lors d'un court point de presse à l'Assemblée nationale.

«Je trouve cela inacceptable. Je crois que la fédération québécoise a le droit d'établir ses propres règlements, elle est autonome, elle n'est pas assujettie à la fédération canadienne et à cet égard, je la supporte dans ses orientations», a-t-elle fait valoir.

L'organisme responsable du ballon rond au Québec a déchaîné les passions au pays avec sa décision de bannir le port du turban, du patka ou du keski sur les terrains de soccer. La mesure a été décriée par de nombreux commentateurs, surtout dans la presse anglophone, comme étant un signe d'intolérance, contraire à l'esprit du multiculturalisme, voire raciste.

Le président de l'Association canadienne de soccer (ACS), Victor Montagliani, a justifié la suspension en expliquant que l'ACS avait demandé la semaine dernière à la fédération québécoise de renverser la décision. Devant «l'inaction» de l'organisme québécois, l'Association canadienne a pris des mesures, a-t-il souligné, afin d'assurer que le soccer «demeure accessible au plus grand nombre de Canadiens».

Ministre responsable des Institutions démocratiques et de la Participation citoyenne, Bernard Drainville a envoyé paître l'ACS qui, selon lui, n'a pas le pouvoir de dicter ses lignes de conduite à la fédération québécoise.

«Ce n'est pas à la fédération canadienne de dire à la fédération québécoise comment gérer les terrains de soccer au Québec. Je ne comprends pas pourquoi l'Association canadienne ne respecte pas l'autonomie de la fédération québécoise, en quoi ça les regarde ce qui se passe sur les terrains de soccer du Québec», a-t-il lancé.

Voilà pour la forme. Sur le fond, M. Drainville est demeuré prudent et a refusé de dire qu'il appuyait la décision de mettre le turban à l'index.

«On respecte l'autonomie de la fédération québécoise de prendre ses décisions», s'est-il limité à dire.

De son côté, la ministre responsable du Sport, Marie Malavoy, a dit s'inquiéter pour le sort des jeunes joueurs de soccer québécois qui risquent de payer le fort prix pour cette suspension à moins de deux mois de la tenue des Jeux du Canada, à Sherbrooke.

«Je serai présente aux Jeux du Canada à Sherbrooke dans peu de temps et je sais qu'il y a des jeunes qui sont parmi les meilleurs et qui rêvent d'y aller. Je souhaite que l'Association canadienne nous laisse tranquilles et nous laisse prendre nos décisions car ce sont des jeunes qui risquent d'en souffrir à très court terme», a-t-elle affirmé.

Quant à lui, le chef parlementaire libéral Jean-Marc Fournier s'est montré soucieux de l'allure du débat qui ne sert, à ses yeux, ni l'intérêt des jeunes ni l'intérêt du sport.

Le dossier ne pourra pas se régler «à coups de bannissement et d'exclusion», a-t-il dit, lançant un appel «à la nuance, la prudence et la patience».

M. Fournier désapprouve la décision de la fédération québécoise d'interdire le turban, du moins tant qu'il ne sera pas démontré que son port présente des risques pour la sécurité des joueurs.

D'ici là, il faut «permettre à tout le monde de jouer et s'il y a des problématiques de sécurité, qu'on les étudie comme il faut et après on verra».

Devant l'ampleur de la controverse, même le président de l'Impact de Montréal, Joey Saputo, a senti le besoin de sauter dans la mêlée.

Même s'il considère que les jeunes ne devraient pas être exclus des matchs de soccer à cause du turban, l'homme d'affaires est néanmoins d'avis que l'Association canadienne a fait une erreur en imposant une suspension à la fédération québécoise.

«La décision de l'Association canadienne de soccer de suspendre la fédération québécoise est exagérée. Toutes les parties devraient consacrer leurs efforts à trouver un terrain d'entente pour le bien du sport», a-t-il déclaré.

M. Saputo concède que la décision de la fédération québécoise est basée sur un règlement de la FIFA qui laisse place à l'interprétation. Par conséquent, il estime que «les accusations de racisme à l'endroit de la fédération québécoise sont déplacées».

Un impact «mal évalué», dit la Fédération

La décision initiale de la Fédération de soccer du Québec (FSQ) d'interdire le port du turban a été prise de façon un peu trop précipitée, selon l'un des participants à la réunion du conseil d'administration qui a ultimement mené à la suspension de l'organisme par l'Association canadienne de soccer (ACS).

«Je pense que ç'a été mal évalué et la façon dont ç'a été présenté, et à la vitesse que ç'a été présenté — c'était, je pense, le dernier point à l'ordre du jour présenté au conseil d'administration —, il y a peut-être des choses dans l'approche [...] qu'il va falloir revoir», a indiqué Richard Gravel, directeur général de l'Association régionale de soccer de l'Outaouais (ARSO), mardi, lors d'un entretien avec La Presse canadienne.

Le dossier du port du turban a été présenté aux membres du conseil d'administration de la FSQ par un membre du comité exécutif. Étant donné le code de fonctionnement de la Fédération, cette personne n'était pas en droit de recommander une décision dans un sens ou dans l'autre. Elle pouvait seulement présenter le dossier de façon neutre.

Selon M. Gravel, c'est peut-être pourquoi les membres du conseil n'ont alors pas saisi tous les enjeux et les conséquences découlant de la décision qu'ils allaient prendre.

«Ce dossier-là n'a pas que des enjeux de soccer, a souligné M. Gravel. Il y a des enjeux politiques et sociaux aussi, qui doivent tenir compte du fait que le Canada — et le Québec aussi — se présente comme une terre d'accueil qui doit placer les gens dans des conditions favorables à l'intégration et l'inclusion.»

M. Gravel prévoyait assister à la réunion du conseil d'administration de la FSQ, mardi soir, qui visait à déterminer s'il y avait lieu de renverser sa décision initiale sur le port du turban. Le directeur général de l'ARSO prévoyait «pousser énergiquement» pour convaincre ses collègues de se rallier à la position de l'ACS, qui a décidé de permettre le port de turbans même en l'absence d'une position claire de la part de la Fédération internationale de football (FIFA).

À voir en vidéo