Les contribuables devront payer davantage pour les aînés, prévient Marois

Les Québécois devront payer plus pour les aînés à compter de 2017, a indiqué Pauline Marois en point de presse.
Photo: Pedro Ruiz - Le Devoir Les Québécois devront payer plus pour les aînés à compter de 2017, a indiqué Pauline Marois en point de presse.
Québec — Que ce soit par le biais d'une nouvelle cotisation ou d'une hausse d'impôt, les contribuables québécois devront se résoudre à payer davantage pour le maintien à domicile des aînés.

La première ministre Pauline Marois a été très claire à ce sujet, jeudi, à l'occasion de la présentation du «livre blanc» sur la création d'une assurance autonomie destinée aux personnes âgées en perte d'autonomie.

Peu importe la formule envisagée, les Québécois devront payer plus pour les aînés, a indiqué Mme Marois en point de presse, annonçant du même souffle la tenue à l'automne d'une commission parlementaire sur le projet d'assurance autonomie.

«Il y a une chose qu'on va se dire ensemble: de toute façon, à partir de 2017, on va payer. Comment veut-on payer? On veut prévoir ou attendre qu'on soit là et que ça se passe (en 2017)?», a soulevé la première ministre.

Pour mieux contrôler la hausse des coûts qu'occasionne le vieillissement accéléré de la population, le gouvernement Marois veut prendre «le virage des soins à domicile».

En plus de réduire la pression sur les établissements de santé, le maintien à domicile permet à l'État de dégager des économies considérables. Les soins à domicile coûtent en moyenne 30 000 $ par année contre 90 000 $ en hébergement.

L'assurance autonomie que propose le livre blanc couvrirait le coût de divers services à domicile incluant, par exemple, les soins infirmiers, la préparation des repas, les courses, le lavage et le ménage. Les allocations seraient versées non pas aux personnes admissibles mais aux établissements de santé, entreprises d'économie sociale et groupes communautaires sous contrat avec l'État.

Si tout va comme l'espère le gouvernement du Parti québécois, l'assurance autonomie sera implantée à partir de 2014 pour les personnes âgées, 2015 pour celles avec des déficiences physiques et 2016 pour les déficients intellectuels adultes.

Pour les cinq prochaines années, la caisse sera autofinancée à même les budgets alloués aux soins de longue durée, soit environ 4,4 milliards par année. Mais au terme de l'exercice 2017-2018, compte tenu de l'augmentation de la population vieillissante, il faudra injecter de «150 millions à 200 millions» de plus chaque année pour supporter le coût du programme, a indiqué le ministre de la Santé, Réjean Hébert, aux côtés de Mme Marois.

«À terme, si on se reporte à 2027-2028, dans 15 ans, l'écart va être de 1,3 milliard. Est-ce qu'on prévoit ce financement supplémentaire dès maintenant dans un souci d'équité générationnelle ou non? C'est la question que pose le livre blanc», a dit M. Hébert.

Impôt supplémentaire, cotisation employeur-employé, la table est mise pour le débat sur le financement futur de l'assurance autonomie, a ajouté le ministre.

«Les besoins vont augmenter au cours des 30 prochaines années, c'est la démographie qui le dit, il va en coûter plus cher à l'État. L'assurance autonomie permet de contrôler cette augmentation des coûts [...] mais il y a quand même 1,3 milliard de manque à gagner à partir de 2017-2018 et le débat est ouvert», a-t-il dit.

L'opposition officielle a réagi positivement aux intentions du livre blanc parce qu'il répond au désir d'une majorité d'aînés de vivre dans leur milieu le plus longtemps possible.

«Mais il y a des inquiétudes», a soulevé le député libéral Yves Bolduc, qui entend participer aux travaux de la commission parlementaire.

«Je crois qu'on vise à créer une nouvelle taxe, la taxe pour que les personnes, plus tard, puissent rester encore plus longtemps à domicile», a-t-il dit.

À cela s'ajoute la crainte de voir s'ériger «une grande machine bureaucratique» aux dépens des responsables locaux.

LE COURRIER DE LA COLLINE

Nouvelle infolettre

Chaque jeudi, l'équipe du Devoir à Québec résume l'essentiel de la semaine parlementaire. Retrouvez aussi la note de Michel David, notre chroniqueur politique. Inscrivez-vous, c'est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

4 commentaires
  • Louka Paradis - Inscrit 30 mai 2013 21 h 46

    Où sont les progressistes ?

    On n'entend pas beaucoup d'encouragement à cette mesure qui vise pourtant à mieux prendre soin de nos aînés, et cela sans nous ruiner. À leur éviter le déracinement si nocif tout en économisant. La solidarité, c'est ce qui a permis à nos ancêtres de subsister : ne l'oublions pas ! N'oublions pas non plus que nous serons tous vieux un jour. Curieux, tous ceux qui se disent pour une société équitable sont muets comme des carpes...
    Louka Paradis, Gatineau

  • Marc Bergeron - Inscrit 30 mai 2013 22 h 59

    Devrons sortir dans les rues rien de moins...

    Aucun ménage pour cesser les abus. Madame dit l'autre jour à la télé." on profitera de l'été pour voyager dans différents pays pour faire la promotion de la souveraineté" et bien Madame canceller ces abus S.V.P. de même que canceller les voitures de de fonction. Faites comme vos fonctionnaires qui fournissent leur propre voiture pour travailler au gouvernement. La liste serait longue mais la classe moyenne ne peut plus payer en plus il faut éviter de mettre plus d'argent dans les mains de si mauvais administrateurs. Quand on passe nos journées dans les médias il est certain que la table de travail est inutile. Taxes d'essence pour les municipalités, taxes pour l'autonomie des personnes âgées, augmentation importante des taxes scolaire, augmentation de 17.5% pour les taxes municipale à vous avez tous tomber sur la tête? Dire qu'on est d'accord pour financer de 200 millions pour un stade quand nos écoles et hôpitaux nous lèvent le coeur. Assez!

  • Carroll Roy - Inscrit 31 mai 2013 11 h 15

    Ça n'a plus de bon sens,

    madame marois.

    Il n'y a pas une journée où nos porte-feuilles sont touchés.

    Taxe après taxe.

    Toujours la même classe qui paie...et je commence à avoir mon truck.

    Vos discours ne collent plus. Pourtant, j'avais confiance mais je ne veux pas d'un Québec indépendant avec vous à la tête.

    La prochaine fois que vous ferez des promesses électorales, abstenez vous...

    Vous rêviez d'être première ministre du Québec mais je m'aperçois que votre gouvernement ne nous donne que des rêves en noir et blanc.... et ça c'est vraiment plate.

    Vous êtes bien loin d'obtenir la souveraineté de mon Québec. Pourquoi, parce que je ne sens pas , excusez l'expression anglaise, la «drive» d'un vrai leadership.

    Vous êtes entrain de faire en sorte que le PLQ reviendra au pouvoir, un désastre pour le Québec.

    L'imagination ne se limite pas à lancer des projets et de ne penser qu'augmentations de taxes, compressions ....

    J'ai perdu le goût de rêver, m. marois...

    • Pierre Lefebvre - Inscrit 1 juin 2013 10 h 18

      Faisons la surprise à Aussant, votons tous pour lui ! Dehors tous ces ch... pas de médailles. On clean la place ! On verra après !

      C'est pas que je sois pour lui, mais j'en peux pu des autres !

      Chu pu capabe !