Une rencontre entre Marois et «Rambo» crée la controverse

La première ministre Pauline Marois et la ministre des Ressources naturelles, Martine Ouellet, ont rencontré Bernard « Rambo » Gauthier lors d’un passage à Sept-Îles en début de semaine.


Dans un reportage diffusé sur la chaîne régionale de Radio-Canada, on pouvait voir la première ministre se faire apostropher par un groupe de syndiqués de la FTQ-Construction qui exprimaient leur mécontentement au sujet de la Loi sur le placement syndical.


Une rencontre privée a par la suite eu lieu entre la ministre des Ressources naturelles, Martine Ouellet, et le leader de la section 791, Bernard « Rambo » Gauthier. Une information confirmée par son attachée de presse, Geneviève Héon, qui précise qu’elle a été la « ministre déléguée pour les écouter ».


Lors de la période de questions jeudi matin, les libéraux ont accusé le gouvernement de négocier avec « des bandits ». « Menaces de mort, violence, intimidation, discrimination, collusion, voilà quelques-unes des conclusions décrivant la situation prévalant dans l’industrie de la construction sur la Côte-Nord, a affirmé, en guise d’introduction, le député libéral Guy Ouellette. Quelle instruction la première ministre a-t-elle donnée à sa ministre des Ressources naturelles afin de faciliter le placement à Sept-Îles ? »


Pauline Marois s’est défendue en affirmant que, contrairement à l’ancien gouvernement, elle était à l’écoute des gens. « Il y avait des gens qui manifestaient là. On les a écoutés, on a échangé avec eux. Est-ce que vous allez nous reprocher cela ? »

2 commentaires
  • Pierre Lefebvre - Inscrit 17 mai 2013 06 h 03

    'S'cusez ?

    Attendez que je me souvienne. Qui a «négocié» avec Lasagne et ses sbires masqués et armés déjà ? Hummmm....

    Moi, je commence à en avoir raz le pompon des cris d'offrais et des gesticulations des libéraux. Ça commence à faire ! Ça commence à être répétitif et manque d'un soupçon de «je ne sais quoi» !

    • Simon White - Inscrit 17 mai 2013 20 h 40

      Chacun son tour cher monsieur ...

      Les Libéraux en avaient assez eux aussi l'an dernier.

      Bienvenue au PQ dans la cour des grands !!!