Conservation du territoire nordique - Les groupes écologistes craignent un recul

Mardi, à Chibougamau, le gouvernement Marois procédera au dévoilement de son projet «le Nord pour tous», soit le Plan Nord de Jean Charest revu et corrigé à la sauce PQ.
Photo: - Le Devoir Mardi, à Chibougamau, le gouvernement Marois procédera au dévoilement de son projet «le Nord pour tous», soit le Plan Nord de Jean Charest revu et corrigé à la sauce PQ.

Depuis son élection, le gouvernement Marois n’a pas dit un mot sur les cibles de conservation du territoire. Son silence, combiné à l’absence du ministre de l’Environnement à une importante annonce sur le développement nordique qui aura lieu mardi à Chibougamau, fait craindre le pire aux groupes écologistes.

« Ça regarde mal pour l’environnement », dénonce Suzann Méthot, directrice régionale pour l’Initiative boréale canadienne.


C’est mardi que seront annoncées les « grandes orientations qui guideront le développement du Nord québécois ». Toute une délégation du gouvernement Marois sera à Chibougamau pour procéder au dévoilement du projet « le Nord pour tous », version PQ du Plan Nord de Jean Charest.


La première ministre Pauline Marois, qui procédera à l’annonce, sera entourée de la ministre des Ressources naturelles, Martine Ouellet, du ministre des Transports, Sylvain Gaudreault, du ministre délégué à la Gouvernance souverainiste, Alexandre Cloutier, de la ministre des Affaires autochtones, Élizabeth Larouche, et de l’adjoint parlementaire aux affaires nordiques, Luc Ferland. D’autres députés de la région seront également sur place.


Le grand absent, c’est le ministre du Développement durable, de l’Environnement, de la Faune et des Parcs (MDDEFP), Yves-François Blanchet. Et ce n’est pas une question de conflit d’horaire, a confirmé son attachée de presse, Catherine Salvail, après avoir vérifié son agenda. « Ce n’est pas lui qui est responsable de ce dossier », a-t-elle répondu d’un ton étonné au Devoir.


« C’est la première fois en quatre ans qu’on va parler de développement du Nord sans un ministre de l’Environnement », se désole pour sa part Suzann Méthot, qui y voit beaucoup plus qu’un oubli. « C’est clair qu’ils ne veulent plus parler de cibles de conservation, mais j’espère quand même me tromper. »


Perte de crédibilité


L’an dernier, le gouvernement de Jean Charest s’était engagé à préserver 50 % du territoire du Plan Nord d’ici à 2035 afin de mettre en valeur le patrimoine naturel et la sauvegarde de la biodiversité. De ce territoire, 20 % devait être réservé pour des aires protégées. Un projet de loi, mort au feuilleton, avait même été déposé à l’Assemblée nationale par le ministre de l’Environnement de l’époque, Pierre Arcand.


« À l’époque, le Parti québécois disait que c’était du greenwashing », se souvient Mathew Jacobson, responsable de la campagne internationale pour la conservation boréale du PEW Environmental Group. Ce dernier était aux côtés de Jean Charest pour faire la promotion de ce modèle de développement durable au Sommet de Rio l’été dernier.


« Je ne comprends pas ce qui s’est passé, ajoute l’environnementaliste du Massachusetts en entrevue au Devoir. Si Québec oubliait les cibles que l’ancien gouvernement s’était fixées, ce serait un changement dramatique. Le Plan Nord, que nous défendons et qui a obtenu une reconnaissance internationale en raison de cette approche respectueuse de l’environnement, perdrait beaucoup de crédibilité. »


Pourtant, en campagne électorale, le Parti québécois s’était engagé à respecter ces cibles. En réponse aux questions de Suzann Méthot et de Mathew Jacobson, le directeur du contenu de la campagne électorale, Martin Caillé, prenait « au nom de la chef du PQ, Pauline Marois », des engagements fermes en ce sens.


« Nous nous engageons également à consacrer au moins 50 % du territoire du Nord à la protection de l’environnement et à la sauvegarde de la biodiversité», peut-on lire dans la missive dont Le Devoir a obtenu copie.


Refus de rencontrer les écologistes


Mais depuis, c’est le silence radio, déplore Suzann Méthot. « Le plan de conservation du gouvernement Charest n’était pas parfait, mais, au moins, il y avait une intention claire », affirme celle qui a travaillé en étroite collaboration avec l’ancien gouvernement dans le but d’améliorer le plan de mise en valeur du territoire.


Il y a quelques mois, elle a contacté le bureau du ministre de l’Environnement pour lui demander une rencontre afin de discuter de cibles de conservation. On lui a répondu que le ministre n’avait pas le temps. Elle a tout de même réussi à arracher une rencontre avec des adjoints.


Si elle était déçue de ne pas rencontrer le ministre en personne, elle l’a été encore plus devant ce qu’elle considère comme un manque de connaissances et d’intérêt pour ce dossier au sein du cabinet du ministre de l’Environnement.


« Lorsque je leur ai parlé des cibles de 20 et de 50 %, ils se sont regardés, l’air surpris, et se sont demandé s’ils avaient encore ces cibles-là », raconte, découragée, Suzann Méthot. Lorsqu’on leur a proposé des pistes de réflexion, on nous a répondu : on verra si le ministre trouve que c’est une priorité. »


L’attachée de presse du ministre Blanchet, Catherine Salvail, n’était pas en mesure de préciser dimanche quelles étaient les cibles du gouvernement pour le territoire visé par le nouveau Plan Nord du gouvernement Marois.

À voir en vidéo