Pas de pacte électoral avec le PQ et ON

Le nouveau président de Québec solidaire, Andrés Fontecilla, en compagnie de Françoise David.
Photo: Annik MH de Carufel Le Devoir Le nouveau président de Québec solidaire, Andrés Fontecilla, en compagnie de Françoise David.
« Le débat a été long, ce qui prouve qu’il était important, a précisé Françoise David en point de presse à l’issue du vote dimanche. En ce qui a trait au PQ, je dirais, il nous a fourni lui-même toutes les raisons du monde de ne pas vouloir avoir d’entente électorale avec lui. »
 
Françoise David a rappelé qu’Amir Khadir et elle passaient leurs semaines, à l’Assemblée nationale, à critiquer les politiques du gouvernement qui « est entaché d’allégations très sérieuses de corruption » et qui « n’a plus rien de social-démocrate ».
 
Au dernier conseil général de décembre, les militants avaient donné le mandat à Québec solidaire d’entamer des discussions avec Option nationale. Mais aujourd’hui, il n’en est plus question. « Il n’y aura pas d’échange de circonscription, a précisé Françoise David. Pourquoi nos militants ont-ils voté contre? C’est sûr que ce qui s’est passé à leur dernier congrès, une résolution pour que la lutte contre la pauvreté soir considérée comme une priorité nationale, résolution battue par la plénière, pour QS, c’est impensable. »
 
Nouveau président
 
Québec solidaire s’est également doté d’un nouveau président et porte-parole. Andrés Fontecilla succède à André Frappier, qui occupait le poste par intérim à la suite de l’élection de Françoise David en septembre dernier.
 
Andrés Fontecilla a été chaudement accueilli par les quelque 500 militants réunis en congrès à l’UQAM. Ses premiers mots, dans ses nouvelles fonctions, furent pour les militants. « Camarades, je vous remercie de la confiance que vous m’avez accordée », a lancé le nouveau président de 46 ans à son arrivée sur scène, au bras de Françoise David.
 
Lors de la présentation de sa candidature, vendredi soir, il avait mis ses collègues en garde contre les « raccourcis pour obtenir davantage de sièges à l’Assemblée nationale ».
 
Militant de longue date, Andrés Fontecilla a récolté, aux dernières élections générales, 24 % des votes dans Laurier-Dorion. Originaire du Chili, il est arrivé au Québec en 1981, fuyant avec sa famille la dictature de Pinochet. Depuis 1998, il travaille comme coordonnateur du conseil communautaire Solidarités Villeray, un regroupement d’organismes pour combattre la pauvreté.
61 commentaires
  • Solange Bolduc - Abonnée 5 mai 2013 13 h 39

    Toute une perle rare !!!

    Je crois que Québec Solidaire a bien choisi son homme! En tous les cas, Fontecilla en mène très large à la Maison du Quartier Villeray, il se mêle de tout et de rien, s'est permis de dénoncer une certaine personne à la Ville, mais on ne lui a rien trouvé de répréhensible! Et pourquoi l'a-t-il fait ?

    Il y a deux ou trois ans j'avais téléphoné au deuxième étage où il travaille pour parler à la personne qui s'occupait des assistés sociaux. C'est lui qui a répondu et j'ai demandé : "Est-ce que je peux parler à la personne qui s'occupe des assistés social?" Et il m'a aussitôt répondu : "On dit assistés sociaux!" Et je lui ai répliqué, insultée: "Mais pour qui vous prenez-vous pour me reprendre comme ça, vous ne me connaissez même pas, espèce de prétentieux!" Et j'ai coupé court à la conversation!

    À partir de ce jour j'ai commencé à m'intéresser à ce qu'il fait: Il se mêle de tout, même de ce qui ne le regarde, il ne fait pas l'unanimité, et il y a des gens qui en ont peur: Il veut mener tout le monde, se mêle des élections du CA de la Maison du Quartier, etc...

    On m'a dit qu'il était dans les bonnes grâces de Anie Samson ! Donc, il a ses appuis , semble-t-il.

    Québec Solidaire peut donc dormir tranquille, il fera la job!

    • France Marcotte - Abonnée 5 mai 2013 15 h 23

      Attaques personnelles...

      Êtes-vous allée vérifier si, enfant, il n'aurait pas cassé la poupée de sa petite soeur?

    • Georges Washington - Inscrit 5 mai 2013 16 h 26

      Moi, je me demande qui était le pus prétentieux des deux. Ce n'est pas clair.

    • Solange Bolduc - Abonnée 5 mai 2013 17 h 14

      En effet, Mme Marcotte, je ne parirais pas là-dessus, au cas où je me tromperais !

    • Solange Bolduc - Abonnée 5 mai 2013 18 h 18

      M. Savard, je crois que des gens moins partisans seront capables de juger le fait raconté,et la justesse de ma réaction. Et je pense même que si vous aviez été à ma place vous n'auriez pas réagi si différemment, peut-être même l'auriez-vous envoyé promener, et je vous aurais certainement pas donné tort!

      La partisanerie ou le goût du pouvoir rend souvent aveugle, et on voit bien ce qui s'est passé sous le régime Tremblay, et bien d'autres, avec l'aveuglement volontaire ou non! On savait qu'il existait de la magouille et on craignait de la dénoncer !

    • Carmen Labelle - Abonnée 5 mai 2013 19 h 41

      Tout le monde n'a pas cette réaction exagérée quand on lui fait une simple remarque madame! Il ne vous a pas insulté et attaqué personnellement comme vous le faites!

    • Louka Paradis - Inscrit 5 mai 2013 20 h 45

      Mme Bolduc, vous avez entièrment raison. La réponse que môssieur Fontecilla vous a faite illustre son manque de savoir-vivre et son arrogance. Ce n'est pas de bon augure pour le parti... Par contre, je ne suis pas trop surpris : faire la leçon à tout le monde fait partie de l'ADN de Québec Solidaire. Vous savez, ce parti qui possède la Vérité absolu et qui est absolument irréprochable...
      Louka Paradis, Gatineau

    • Louka Paradis - Inscrit 5 mai 2013 21 h 37

      à Mme Labelle : faire du prêchi-prêcha aux autres semble une façon de faire chez QS, car vous faites exactement la même chose que M. Fontecilla-faites-pas-ci-faites-pas-ça...
      Louka Paradis, Gatineau

    • Mario Jodoin - Abonné 5 mai 2013 21 h 39

      «La partisanerie ou le goût du pouvoir rend souvent aveugle»

      Quel bel exemple de la parabole de la paille et la poutre. Vous devez bien écrire 50 commentaires par jour dans le Devoir pour défendre votre parti ou critiquer QS...

      Moi, oui, je suis partisan, mais je réagi légèrement moins souvent que vous et je parle parfois d'autre chose que du parti que j'appuie...

    • Solange Bolduc - Abonnée 5 mai 2013 21 h 51

      Vous êtes libre de penser ce que vous voulez, mais ma réaction vaut autant que la vôtre, étant donné que vous n'étiez pas à ma place!

      Donc, pourquoi jugez-vous l'autre sans connaître ?

  • Jean Martinez - Inscrit 5 mai 2013 13 h 57

    Le diviseur joyeux

    Lors de la dernière campagne électorale au Québec, j'ai eu l'occasion de discuter politique avec Monsieur Fontecilla. Je l'ai trouvé tout à fait sympathique. Mais pendant la vingtaine de minutes qu'a duré notre conversation, il n'a fait que critiquer le Parti québécois. Il a vraiment tout fait pour voler le vote traditionnel du PQ dans Villeray. Résultat: environ 8000 votes pour QS, 8000 votes pour le PQ...et 10 000 votes pour le Parti libéral, qui a pu compter sur ses électeurs fidèles non-francophones. Donc le candidat le plus éloigné idéologiquement de QS (Gerry Sklavounos du PLQ) a gagné l'élection à cause du travail purement divisif de QS. Pourtant, il faut vraiment être naïf pour penser que QS réalisera un jour son programme beaucoup trop socialisant. Le PQ n'est pas idéologiquement pur pour la gauche rêveuse, mais c'est sans aucun doute le meilleur véhicule de la social-démocratie et du nationalisme québécois quand on sait que la politique est et restera l'art du possible et du compromis.

    • Simon Chamberland - Inscrit 5 mai 2013 14 h 11

      Ce n'est pas pour rien que Charest a apprécié la présence de David au débat. Il savait fort bien que toute montée de ses alliés du QS nuierait au PQ.

    • Rémi-Bernard St-Pierre - Abonné 5 mai 2013 14 h 44

      Je trouve toujours déplorable de lire et d'entendre parler de ces idées de division du vote. Oui il a eu une division du vote disant plus de gauche et je comprend la déception que ça peut représenter pour beaucoup d'électeurs. Notre système est mésadapté et inefficace mais trop peu de citoyens prennent la peine de réclamer un changement. On se dit en démocratie mais on n'ose se l'approprier comme elle devrait l'être, on n'ose exiger d'elle qu'elle soit plus représentative. Curieux phénomène qu'une démocratie où les citoyens, jugeants les résultats non représentatifs , l'accepte sous prétexte que c'est comme ça que ça fonctionne, alors que ça va pleinement en contrariété de ce qu on nomme démocratie...

      Si je ne crois moi non plus que QS prendra le pouvoir un jour, il ne faut pas non plus pour autant , il ne faut pas oublier que les élus, sans être au pouvoir, on du travail tout de même, de l'influence également, et qu'en raison du nombre de vote obtenu par se parti aux élections, méritent d y avoir plus de représentants .

    • Stéphane Thellen - Abonné 5 mai 2013 15 h 40

      Votre point de vue est partisan. On pourrait tout aussi bien dire que considérant les politiques du PQ depuis son élection, M. Fontecilla a eu bien raison. Espérons qu'aux prochaines élections, on cesse de nous rabattre les oreilles avec la division du vote et que Fontecilla soit élu à l'Assemblée nationale!

    • Hubert Morneau - Inscrit 5 mai 2013 16 h 43

      Ne vous inquiétez pas. Comme il le fait depuis qu'il est au pouvoir, le PQ n'a pas eu besoin de QS pour perdre dans Laurier-Dorion. Comme en 2008, le PQ a mené en 2012 une camapagne médiocre, qui est partie en retard, qui n'avait pas d'ancrage dans la communauté. Tout le contraire de QS. Donc s'il veut blâmer les autres pour son échec, le PQ a beau, tout comme le Bloc l'a fait.

      Avec les scandaleux renoncements sur ses positions sociales de la campagne 2012, le PQ doit maintenant s'attendre à pire lors du prochain scrutin. Et le reste du monde devra s'attendre à continuer de se farcir les gérémidades des péquistes déçus.

    • Jean-Sébastien Rozzi - Inscrit 5 mai 2013 20 h 51

      C'est le Parti québécois qui divise le vote progressiste qui devrait retomber de facto au seul parti réellement progressiste du Québec: Québec solidaire.

      Comme le disait Richard Desjardins, si les péquistes se plaignent de la division du vote, ils et elles n'ont qu'à voter QS et le problème sera réglé !

    • Bernard Gervais - Inscrit 5 mai 2013 21 h 26

      Ils me font bien rire ces gens de QS en disant que le PQ a trahi ses engagements sociaux. Est-ce que leur parti aurait fait mieux comme gouvernement minoritaire devant composer avec un déficit beaucoup plus gros que prévu et une opposition fortement à droite ? Facile de jouer les offensés quand on sait on assumera soi-même jamais soit-même la responsabilité du pouvoir !

      Quant à ce M. Fontecilla (candidat QS dans Laurier-Dorion), je suis convaincu que l'un de ses plus grands admirateurs est l'actuel député libéral de cette circonscription, Gerry Sklavounos. Ça fait déjà trois élections que QS divise le vote dans cette même circonscription et permet ainsi au PLQ de continuer à la conserver !

  • Bernard Duplessis - Inscrit 5 mai 2013 15 h 22

    "Si on nous accuse de diviser le vote, le PQ a juste à voter pour nous" - Richard Desjardins

    • Louka Paradis - Inscrit 5 mai 2013 21 h 47

      Pas de pacte pour la secte : c'est écrit depuis longtemps sur l'ardoise de QS. Ces gens disent qu'ils veulent faire de la politique autrement et ils ne cessent de dénigrer le PQ, sont verts de jalousie et de dépit, et n'hésitent pas à faire de la désinformation. Vraiment pas très inspirant de la part de ceux qui se disent progressistes... Ils feront encore élire des libéraux, entravant ainsi la marche du Québec vers sa pleine autonomie. Je n'ai jamais entendu Mme Marois dénigrer F.David : l'inverse est loin d'être le cas ; la co-chef solidaire est souvent hargneuse envers la Première Ministre. La jalousie, c'est pas beau à voir...
      Louka Paradis, Gatineau

  • Pierre Bourassa - Inscrit 5 mai 2013 16 h 22

    Q.S.ferme la porte au P.Q et à O.N.

    Pour ceux et celles qui doutaient à savoir si QS était indépendantiste,voilà la réponse.

    • Benoît Landry - Abonné 5 mai 2013 17 h 33

      Indépendantiste et... progressiste, elle est là la différence avec le PQ.

    • Simon Chamberland - Inscrit 5 mai 2013 19 h 32

      Indépendentiste QS ?

      «L'indépendance si nécessaire mais pas nécessairement l'indépendance»---Amir Khadir.

      Petite phrase à ajouter au dossier fédéraliste de QS, à ranger dans le même rayon que l'appuis au NPD au détriment du Bloc et l'alliance de facto avec le PLQ pour défaire l'encombrant Nicolas Girard.

    • Jean-Sébastien Rozzi - Inscrit 5 mai 2013 20 h 53

      Quelle alliance de facto avec le PLQ pour battre Girard ?
      Vous paranoïez M. Chamberland...
      Françoise David était tout simplement une meilleure candidate, voilà tout!

    • Bernard Gervais - Inscrit 5 mai 2013 22 h 34

      @ Jean-Sébastien Rozzi

      M. Chamberland a au contraire raison. Lors de la campagne électorale, certains anciens ministres de Charest, qui en voulaient à Nicolas Girard d'avoir découvert les magouilles de Tomassi su sujet des garderies, ont même incité les électeurs de Gouin à voter pour F. David afin qu'elle l'emporte contre lui.

      Pourtant, M. Girard méritait tout à fait d'être réélu. Quant à Mme David, comme beaucoup d'autres, je continue de penser qu'elle aurait dû aller se présenter ailleurs !

    • Simon Chamberland - Inscrit 5 mai 2013 22 h 59

      Merci Monsieur Rozzi de me diagnostiquer un trouble mental à la lecture de quelques lignes. Il manque de service en psychiatrie. Vous pourriez offrir votre aide.

      Parce que sur le fond, Charest s'est bel et bien réjouis de la présence de Mme David lors du débat et que le PLQ a envoyé un poteau dans Rosemont.

  • Caroline Langlais - Inscrite 5 mai 2013 16 h 50

    solidaire ?

    Solidaire de quoi ? de qui ?

    • Réal Ouellet - Abonné 5 mai 2013 17 h 39


      Vous posez la bonne question!

    • Simon Chamberland - Inscrit 5 mai 2013 19 h 29

      Une solidarité à sens unique qui méprise ceux qui travaillent fort, innovent, osent et paient taxes et impôts. Du moins, c'est l'impression que j'ai de QS.

    • Carmen Labelle - Abonnée 5 mai 2013 19 h 57

      Solidaire du peuple Madame! La pierre angulaire de Qs est la défense du bien commun ; les autres partis ont abandonné le peuple depuis longtemps! Je vous invite à consulter le programme de Qs;Qs est un parti de gauche, écologiste, féministe,altermondialiste, démocrate, souverainiste, solidaire et pluriel! Qs ne peut renier ces valeurs et l'engagement envers les Québécois et faire des alliances avec les partis actuels qui sont tous à droite.

    • Jean-Sébastien Rozzi - Inscrit 5 mai 2013 20 h 56

      Votre impression est fausse M. Chamberland...

      Des gens comme Khadir et David travaillent fort à l'Assemblée nationale, QS innove en proposant au peuple québécois une véritable alternative au néolibéralisme, QS ose justement faire les choses différemment alors que la solution facile pour les militant-e-s du part aurait été d'aller au PQ se tailler des postes de bureaucrates payés et la trèes grande majorité des militant-e-s QS travaillent dans le communautaire, dans des organisations syndicales, comme enseignant-e-s, commerçant-e-s, etc... et ils et elles payent des taxes (comme tout le monde qui consomme) et des impôts.

    • Francis Lévesque - Inscrit 5 mai 2013 21 h 12

      Québec solidaire s'est inspiré du Manifeste pour un Québec solidaire, et les écrivain du manifeste ont utilisé le terme "solidaire" parce que ça fait référence au développement d'une économie que l'on appele "économie solidaire" ... l'économie classique et néo-classique défend le pole de la liberté, l'économie sociale le pole de l'égalité, le kénésianisme l'intervention de l'État pour l'économie en soi... l'économie solidaire c'est l'intermédiaire entre l'égalité et la liberté ... l'économie solidaire est d'abord francais, et ça fait référence à leur slogan "liberté, égalité, fraternité (solidarité)"

      C'est court pour expliquer l'ensemble du concept de solidarité, mais c'est maintenant à vous de vous instruire, c'est votre devoir en tant que citoyen ...

    • Simon-Pierre Chevarie Cossette - Abonné 5 mai 2013 21 h 19

      Solidaire des plus démunis, des analphabètes (16% au Québec), des malchanceux, des malades... bref solidaires de ce que vous ou moi aurions pu être ou serons peut-être un jour...

      M. Chamberland, d'une part, exiger des plus nantis qu'ils redonnent à la société une partie de ce qu'ils ont obtenu d'elle (la richesse), ce n'est pas les mépriser! Mais comment voulez-vous que la solidarité s'exprime? Voudriez-vous que ce soient les plus pauvres qui donnent aux plus riches?
      D'autre part, attribuer la richesse des gens à leur simple effort, c'est faire abstraction : 1. des riches qui n'ont pas fait d'efforts; 2. des pauvres qui ont fait des efforts. Reconnaître les liens de solidarité naturelle, c'est justement accepter que nous ne devons pas notre place à nos décisions et abnégations personnelles!

    • Solange Bolduc - Abonnée 5 mai 2013 22 h 51

      C'est quoi, c'est qui le peuple, Mme Labelle ?

    • Bernard Gervais - Inscrit 5 mai 2013 23 h 04

      Certains partisans de QS sur cette tribune clament que leur parti est le seul à l'Assemblée nationale à réellement défendre les moins nantis et dénoncer les abus des plus fortunés.

      Si c'est le cas, on ne peut pas dire que Mme David et M. Khadir ont beaucoup appuyé le gouvernement quand celui-ci a songé, dans son premier budget, à taxer davantage certains revenus de placement, une mesure fortement critiquée par l'opposition majoritaire et fortement de droite et finalement mise de côté.

      Non. Les deux députés de QS ont préféré rester cois afin de mieux pouvoir dire par la suite que le PQ n'avait pas respecté ses engagements sociaux ! Dire que Mme David prétendait qu'elle allait faire de la politique autrement !

    • Simon Chamberland - Inscrit 5 mai 2013 23 h 11

      'est bien M. Chevarie Cossette de répartir les richesses.

      Mais avant de dire que la richesse est obtenue de la société, vous auriez avantage à vous renseigner sur le parcourt des entrepreneurs qui ont travaillé de nombreuses heures supplémentaires et économisé beaucoup pour réunir les capitaux requis au lancement d'une entreprise. Par la suite, vous pourriez aller voir quel sorte de salaire ils se versent (souvent en dessous du salaire minimum) durant les premières années et les risques financiers qu'ils prennent.

      Lire les propositions et déclarations de QS me laisse l'impression que les efforts et sacrifices sont des preuves de culpabilité, et que le privé est un adversaire à abattre. Rien pour valoriser l'esprit d'entrepreneuriat.

      Ne vous méprenez pas, je suis en faveur de l'égalité des chances et de l'aide envers les plus faibles. Mais en retour, je demande simplement ne pas être décrit comme un voleur à abattre.

      M. Rozzi, les «innovations» de QS, ça date de longtemps ou alors on retrouve ça ailleurs, soit chez ON ou au PQ.

    • Carmen Labelle - Abonnée 5 mai 2013 23 h 24

      @M.Bernard Gervais: Qs reste coi sans appuyer les décisions du gouvernement, dites-vous? Voici quelques déclarations de Qs qui démontrent le contraire:

      24 avril 2013 :«Monsieur le Président, Il nous fait plaisir aujourd’hui d’appuyer la motion présentée par la ministre déléguée aux Affaires autochtones au sujet de la Commission de vérité et de réconciliation relative aux pensionnats indiens.» F David

      1er nov 2012:Québec solidaire, accueille positivement les projets de loi, n° 1 et n° 190, visant à lutter contre la corruption déposés aujourd’hui respectivement par le gouvernement et la Coalition avenir Québec.

      20 sept 2012:«Québec solidaire salue l’annulation de la hausse des frais de scolarité et l’abrogation des dispositions de la loi 12 touchant le droit de manifester annoncée à la suite du premier conseil des ministres du Gouvernement Marois.
      De plus, les Solidaires accueillent positivement la volonté énoncée par la Première ministre de procéder à la fermeture de la centrale nucléaire Gentilly 2 et d’investir dans un fonds de diversification économique pour la région»