Québec solidaire propose son chantier économique: le Plan vert

Pour Françoise David, son parti peut prouver qu'il n'est pas seulement axé sur des politiques de justice sociale, mais qu'il possède un programme économique et de création d'emplois.
Photo: Pedro Ruiz - Le Devoir Pour Françoise David, son parti peut prouver qu'il n'est pas seulement axé sur des politiques de justice sociale, mais qu'il possède un programme économique et de création d'emplois.

Jean Charest a eu son Plan Nord, François Legault son Plan Saint-Laurent. Québec solidaire (QS), qui veut redéfinir son discours économique pour gagner en crédibilité, propose à son tour son Plan vert, un chantier d'économie qui se base sur l'électrification des transports.

Le Plan vert de Québec solidaire, c'est un projet économique de dix milliards de dollars sur cinq ans qui vise à «sortir le Québec du pétrole» tout en permettant la création de 166 000 emplois. Il est question d'investissements d'un milliard par année pour les cinq prochaines années en transport collectif, avec notamment un lien haute vitesse entre Québec et Montréal.

La formation de Françoise David et d'Amir Khadir compte également lancer un vaste chantier d'efficacité énergétique en améliorant l'isolation et la performance des bâtiments publics. QS souhaite aussi redonner un «rôle central» à la Caisse de dépôt et placement du Québec, afin de stimuler les coopératives et entreprises collectives et «consolider les services publics» pour assurer de bons emplois aux femmes qui sont majoritaires dans ces secteurs d'emplois.

Les dix milliards nécessaires à ces réalisations seront puisés à même les impôts perçus chez les grandes entreprises. «Il faut mettre fin à la culture des subventions massives aux grandes entreprises privées», a soutenu le député de Mercier, Amir Khadir, en conférence de presse samedi matin, en marge du congrès de QS qui se tient toute la fin de semaine à l'UQAM. «Même François Legault en est venu à la conclusion qu'il fallait couper dans la crème.»

Outre la lutte à l'évasion fiscale, c'est surtout dans les redevances minières que QS entend aller chercher des revenus supplémentaires, deux milliards de plus pour le gouvernement en redevances sur cinq ans. Est-ce que ça ne fera pas fuir les minières? «Ça, c'est du chantage!», s'exclame Françoise David. Amir Khadir parle même d'une «réappropriation de nos ressources naturelles», avec une participation majoritaire de l'état dans certaines entreprises minières, voire même une nationalisation de certains métaux.

Pour la députée de Gouin, ce Plan vert est tout à fait réaliste. «Ce n'est pas irréconciliable du tout [avec la réalité] sauf pour certains économistes de droite, pour l'Institut économique de Montréal, le conseil du patronat et les chambres de commerce […] Ils sont en désaccord avec nos propositions, mais pas parce que nos propositions sont déraisonnables ou qu'on risque de perdre des emplois, mais tout simplement parce qu'on atteint au profit excessif d'un certain nombre de grandes entreprises et de multinationales, de banques et de mines.»

 
42 commentaires
  • Rock Lemieux - Inscrit 4 mai 2013 13 h 13

    N'importe quoi ce parti

    Dans l'art de voler des idées aux autres partis, QS est champion. C'est n'importe quoi ce parti. Tout le monde sait que l'électrification des transports était clairement inscrite dans le programme électoral du PQ aux dernières élections. Le PQ achève son ménage et maintenant le vrai travail commence pour remettre le Québec sur ses rails et recommencer à avancer comme nation. Nous commencons déjà à voir les résultats positifs de leurs gestes...

    Vive mon pays, le Québec!! :)

    • Christian Montmarquette - Abonné 4 mai 2013 15 h 36

      «Dans l'art de voler des idées aux autres partis, QS est champion»-Rock Lemieux

      - Alors.. Que dites-vous du PQ qui poursuit le Plan Nord de Jean Charest?

      - CM

    • Marc Donati - Abonné 4 mai 2013 16 h 25

      ''L'électrification des transports était clairement inscrite dans le programme électoral du PQ aux dernières élections.''

      Et c'est bien la seule chose qui s'est produite, inscrire quelque chose au programme, puisque, bien sûr, jusqu'à maintenant, le PQ n'a rien fait. Dans son plan d'aide aux infrastructures, le PQ veut consacrer, en 10 ans, 24% de 92 milliards de dollars aux infrastructures routières (dont d'insensés prolongement d'autoroute), contre un maigre 7% en transport collectif. Des investissements à peine plus ambitieux que les promesses des libéraux.

      Vraiment, qui croit encore le PQ quand il prétend vouloir électrifier les transports?

    • Kevin Charron - Inscrit 4 mai 2013 20 h 08

      À les partisans de QS, ils détestent tellement le PQ qu'ils sont incapables de voir les bons coups du PQ, et pire, ils ne réalisent pas que leur projet est à toute fin pratique le même que le PQ.

      L'électrification des transport est une idée qui est proposé par le PQ depuis déjà quelques années. Et contrairement, à ce qu'affirme éhontément M. Marc Donati, le PQ entreprend des actions en ce sens, les dernières en lice étant l'annonce du prolongement de ligne Bleue et le SLR sur le Pont Champlain.

      QS est de plus en plus hypocrite et ressemble de plus en plus à un vieux parti électoraliste prêt à tous pour gruger des votes ici et là. Si au moins ils perdaient moins d'énergie à taper sur le PQ pour leur prendre des votes et canaliserait leur force pour démolir les arguments insipides de la CAQ et le PLQ.

      J'aime bien les idées de QS, mais ce parti est peuplé d'idéologues déconnectés respirant la mauvaise foi, l'aveuglement volontaire et la démagogie.

    • Réal Ouellet - Inscrit 4 mai 2013 20 h 43

      On parle des idées ici. Et l'électification des transports, c'est dans le plan du PQ. Peut--être pas réalisée mais l'idée est là et c'est là que QS l'a prise. Quant à sa réalisation par QS faudra être patient...

    • Andres Fontecilla Québec Solidaire - Inscrit 4 mai 2013 21 h 29

      Il était clairement écrit dans la plate-forme de QS aussi aux élections de 2012, et même avant.

    • Éric Cyr - Inscrit 5 mai 2013 21 h 22

      À Rock Lemieux
      Le PQ n'est plus que l'ombre de lui-même. Il se comporte exactement comme les autres partis au service des multinationales et des banques qui ne cessent d'appauvrir tous les pays du monde tour à tour. L'équilibre est illusoire, la diminution de l'État se poursuit de plus belle ayant pour conséquence que la seule protection qui reste contre le capitalisme sauvage globalitaire fond à vue d'oeil.La DETTE est une arnaque bancaire et doit être dénoncée.
      Il n'y a que Québec-Solidaire qui ose parler des vrais enjeux.

  • Jérémie Bourdages-Duclot - Inscrit 4 mai 2013 13 h 28

    Merci, QS !

    J'aime bien féliciter les idées mises de l'avant par QS et ON par des commentaires qui paraîtront insignifiants dans la gigantesque sphère médiatique d'aujourd'hui, mais je suis persuadé que, pour Mme la députée de Gouin, ou même pour un simple bénévole de Québec Solidaire, des félicitations et des remerciements feront toujours chaud au coeur.
    Alors merci, Mme David, M. Kadir et M. Aussant (malheureusement absent de la tribune parlementaire), pour votre courage. Vous affirmez haut et fort ce que beaucoup pensent tout bas. Avec les mots justes, vous mettez de l'avant une réalité plus importante que toutes les autres, à savoir le besoin urgent d'un projet social et environnemental. À l'heure où on annonce que les bouleversements climatiques deviendront irréversibles d'ici la fin du mois, vous êtes les seuls (c'est tout de même incroyable) à rappeler la priorité qu'incarne le développement durable. Ceux qui attaquent votre crédibilité en revendiquant le peu de réalisme porté par vos projets devraient constater l'ironie de leurs propos : la réalité, la vraie, ce sont les conséquences de notre inaction que nos enfants auront à endurer.

    • Marc Donati - Abonné 4 mai 2013 16 h 34

      Merci beaucoup. Ça fait effectivement chaud au coeur.

      -un militant

  • Christian Montmarquette - Abonné 4 mai 2013 15 h 10

    Plus Québec Solidaire progresse.. ...

    ...et plus nos adversaires se comportent comme des chats de ruelle.

    Ce qui est bien la preuve que nous progressons, en plus de dévoiler leurs vrais visages.

    Aucune classe.

    Christian Montmarquette
    QS-Montréal

    .

    • Jean-Pierre Marcoux - Abonné 4 mai 2013 17 h 38

      Avec votre commentaire, vous avez de la classe à dire que vos « adversaires se comportent comme des chats de ruelle » ?

      Plus vous parlez, moins vous aidez votre cause. Alors, continuez!

    • Christian Montmarquette - Abonné 5 mai 2013 07 h 15

      À Jean-Pierre Marcoux,

      Québec Solidaire vient de grimper à «11%» des instensions de vote.

      J'imagine que ça nuit énormément..

      - CM

  • Alain Larouche - Inscrit 4 mai 2013 15 h 57

    Revenez sur terre s.v.p

    Je suis pourtant quelqu'un de gauche mais là ça ne marche plus. Comme on dit si bien, QS est un parti de pelleteux de nuages. Les paroles qui sortent de leur bouche est comme une imprimant à argent. Taxons ceci, taxons cela et voilà nous créons le paradis au Québec. Le PQ fait le ménage des finances publiques avec toutes les contraintes que les québécois subissent pour en arriver à un équilibre budgétaire et madame la députée de Gouin, d'un coup de bagette magique, est prête à faire toutes sortes de promesses qui dans le contexte actuel n'est pas du tout approprié. Un peu de réalisme serait très utile pour cette formation politique et leur donnerait un peu plus de crédibilité.

    • Marc Donati - Abonné 4 mai 2013 16 h 33

      J'aimerais que vous m'expliquiez, vous qui êtes de gauche, ce que la population en général a à gagner à ''faire le ménage'' des finances publiques (autrement dit à atteindre le déficit zéro à tout prix). J'aimerais que vous m'expliquiez ce que le Québec a gagné dans les années 1990, lorsque le PQ de Lucien Bouchard concourrait au même ménage.

      Enfin, j'aimerais comprendre comment vous pouvez prétendre être de gauche, alors que des organisations néo-libérales comme le FMI et la Banque Mondiale remettent elles-mêmes la stratégie du ''ménage des finances publiques'' en question.

    • Christian Montmarquette - Abonné 4 mai 2013 16 h 45

      .

      « Les paroles qui sortent de leur bouche est comme une imprimant à argent. »-Alain Larouche

      Que faites-vous des 30 milliards par année de perdus dans les paradis fiscaux.?

      Et des entreprises qui ne contribuent plus que pour 12% de l'effort fiscal au Québec?

      Et que dire des 800 millions non taxés pour les banques et les institutions financières?

      Que dire aussi des 2 milliards récurents perdus parce que le PQ a refusé la proposition de Pharma-Québec de Québec Solidaire pour .économiser sur les médicaments?

      Pour faire ça, ça ne prend pas un coup de baguette magique comme vous dites.. Mais une simple volonté politique.

      Christian Montmarquette
      Québec Solidaire
      Montréal


      .

    • Mario Jodoin - Abonné 4 mai 2013 23 h 12

      Je vous invite à consulter le fichier 384-0004 de Statistique Canada. Vous y apprendriez que le Québec a dépensé 6,1 milliards $ en 2009 en transferts aux entreprises, soit près de trois fois plus que l'Ontario (2,2 milliards $), ce qui représente 54 % des transferts de ce type aux entreprises de toutes les provinces canadiennes (administrations provinciales, dans le fichier). Vous verriez aussi que ces transferts sont à ce niveau d'excès depuis des décennies. Et cela ne tient pas compte de ses dépenses fiscales (crédits d'impôt et autres), ni du coût des contrats de faveur d'Hydro-Québec aux entreprises.

      Alors qui est le pelleteux de dollars aux entreprises? N'est-ce pas sensé de vouloir mettre le holà à cette orgie de dépenses pour les entreprises?

  • Éric Cyr - Inscrit 4 mai 2013 16 h 55

    Ce sont les partis licheux de banques la foutaise.

    C'était de la foutaise de nationaliser l'électricité? Alors pouquoi des parts majoritaires dans les minières qui nous volent serait irréaliste.
    N'avez-vous pas vu Découverte récemment? Pierre Couture, l'ingénieur derrière le moteur-roue est partie prenante du projet de monorail TrensQuébec, trois fois moins cher et bien mieux adapté qu'un TGV. C'est de ça que QS parle.
    La voiture électrique de TeslaMotors fait 425 km sur une charge et 0-100 km/h en 4 secondes!
    Il s'en produit 500 par semaine en ce moment et elles sont toutes vendues! L'électrification des transports est tout à fait réaliste et réalisable en 10 ans, c'est même une urgence climatique!

    • Lisa Hamel - Inscrite 5 mai 2013 06 h 20

      Électrification des transports, bien d'accord. Mais il faut aussi parler de la provenance de l'électricité. Le Québec n'est pas une île. Si l'hydro est utiliséee ici, il n'est pas vendu ailleurs, là où on pourrait éviter du gaz naturel ou de schiste. Donner au Québec l'ambition de mettre au point une véritable stratégie d'énergie renouvelable, où l'énergie est utiliséee intelligement (ex.: ne pas se chauffer à l'électricité), et où un maximum d'énergie fossile est évitée, voici là un projet fort rassembleur, qui pourrait faire de nous un leader sur la scène internationale. Nous avons les ressources, nous avons le génie, il ne manque plus que la volonté.

    • Simon Chamberland - Inscrit 5 mai 2013 08 h 27

      Proposez-vous qu'un gouvernement de QS produise le TrensQuébec et fournisse une Tesla à chaque Québécois ?

      Je n'ai rien contre l'électrification des transports. J'ai moi-même une voiture électrique depuis près d'un an, soit une magnifique Volt bleue, mais plus je lis sur TrensQuébec, plus je suis sceptique. Il serait plus simple de commencer par produire des autobus électriques.

    • Éric Cyr - Inscrit 5 mai 2013 10 h 42

      @Simon_C hamberland
      Et pourquoi pas les deux? Un TrensQuébec et l'ajout graduel d'autobus électriques.

      L'exemple de Tesla c'est pour démontrer que quand une compagnie de voiture s'en donne VRAIMENT la peine, la voiture électrique est de loin supérieure à l'archaïque moteur au pétrole qui pue, qui pète et qui nous tue à petit feu.
      Tesla veut produire 20 000 Model S (et X) par ans pendant 4 ou 5 ans puis aura les moyens de produire le Model C par millions avec des économies d'échelle substancielles à un prix plus abordable pour les citoyens ordinaires.

      En passant, votre magnifique Volt est une hybride. GM faisait mieux il y a 15 ans avec la EV-1 adorée par ses utilisateurs : 200 km dans sa version Ni-MH. Comme la Toyota RAV4-EV et la Nissan Altra-EV de 1999.

      S'ils s'en donnaient la peine, (avec une loi contraignante comme en Californie de la fin du XXème siècle... mettons) les grands fabricants pourraient inonder le marché de petites électriques à 500km d'autonomie autour de 20 000 $ facilement.
      Mais ils sont assis sur leur marché trop lucratif de complexes et inefficaces moteurs à pétrole qu'on doit ajuster, entretenir régulièrement et remplacer souvent.

      Un moteur électrique n'a qu'une seule pièce mobile, il ne chauffe pas est puissant, silencieux et n'émet aucun résidu de quelque nature que ce soit.
      De plus l'électricité est distribuée instantanément, discrètement et silencieusement à peu de frais, éternellement renouvelable.

      Le pétrole lui doit être trouvé et extrait à grands frais, tranporté avec les dangers de dégâts qu'on connait, raffiné en polluant, distribué par citernes qui puent et encombrent les routes et enfin vendu à nous qui payons pour tous ces frais en prenant bien garde de ne pas respirer ce poison.

      Nous sommes très mal informés sur les avantages et les possibilités de l'électricité dans les transports.

    • Simon Chamberland - Inscrit 5 mai 2013 14 h 07

      M. Éric_C yr

      (Voilà, moi aussi je suis capable d'écrire votre nom n'importe comment; précisez donc votre intention initiale en adoptant façon si originale d'écrir les noms)

      Le TrensQuébec n'est, pour l'instant, qu'une série d'animations basée sur des technologies jamais produites à grande échelle et de la pensée magique. L'électrification des bus peut être entammée maintenant.

      Ma Volt est une voiture électrique, avec une petite génératrice qui démarre parfois pour me permettre d'aller plus loin. L'EV1 était une petite 2 places capable de faire, dans des conditions réelles, rarement plus de 120 km. Comparez des comparables.

    • Simon Chamberland - Inscrit 5 mai 2013 19 h 08

      M. Éric_c yr (faudrait bien expliquer en quoi consiste cette impolitesse de modifier les noms des interloccuteurs. Est-ce un code internet d'ados que j'ignore ?)

      Un étape de faisabilité, c'est lorsqu'un prototype fonctionne. Où est situé le prototype de TrensQuébec ?

      Sur un autre sujet, monsieur eric_c (ça serait bien de signaler pourquoi vous déformez mon nom), ma voiture, je n'ai jamais observé 8 L / 100 km. Depuis que je suis propriétaire, la consommation tourne autour de 1,5 L / 100 km, l'hiver ayant beaucoup pénalisé la consommation.

    • Éric Cyr - Inscrit 6 mai 2013 12 h 40

      @Simon_c ou Simon Chamberland
      ..
      Votre Volt est une hybride 4 modes, ne vous déplaise, et contrairement au marketing annoncant une "électrique qui va plus loin", son moteur à essence sert aussi à la propulsion dans certains cas. Ça n'est pas qu'une génératrice. Lorsque les batteries sont à plat et qu'on roule à + de 112 km/h cette voiture dépense autant de pétrole qu'une autre. Au dessus de 8L/100km comme vous le savez simon_c du blog auto LaPresse.
      http://auto.lapresse.ca/actualites/201109/12/01-44