Québec solidaire défend sa pertinence en économie

Françoise David s’est adressée aux militants en ouverture du congrès de Québec solidaire vendredi.
Photo: Pedro Ruiz - Le Devoir Françoise David s’est adressée aux militants en ouverture du congrès de Québec solidaire vendredi.

Québec solidaire veut gagner en crédibilité avec un nouveau discours économique. C’est le principal défi que se lance la formation souverainiste de gauche en vue des prochaines élections générales.

« Soyons clairs, les gens nous trouvent sympathiques, ils aiment le grand justicier Khadir, ils ne détestent pas madame David, mais au-delà de la justice sociale, les gens se demandent : est-ce qu’ils ont des propositions pour l’économie ? Que comptent-ils faire pour créer des emplois et pour les régions ? », a soutenu Françoise David devant les quelque 300 militants réunis à l’Université du Québec à Montréal pour l’ouverture du congrès de Québec solidaire, vendredi soir.


Le message qu’elle a envoyé à ses militants est clair : elle veut sortir QS de l’image de « pelleteux de nuages » qui lui colle à la peau.


« Il faut mieux faire connaître nos idées, qui sont audacieuses et de gauche, mais qui sont faisables et réalisables, qui ont été appliquées avec succès ailleurs. Il faut le dire aux gens, les convaincre que c’est possible et il faut le faire d’ici les prochaines élections, en particulier sur le terrain de l’économie. »


À 11 % dans les sondages, Françoise David estime qu’il reste beaucoup de travail à faire d’ici les prochaines élections.


Car malgré la descente du Parti québécois dans les sondages, l’arrivée de Philippe Couillard comme nouveau chef du Parti libéral du Québec inquiète même QS. « Comme François Legault à l’époque, tant qu’ils ne sont pas à l’Assemblée nationale, ils montent dans les sondages. Les gens se disent : ça n’a pas marché avec le Parti québécois, il y a un nouveau au Parti libéral, on l’essaie-tu ? »


Le problème, dit Françoise David, c’est que « les vieilles recettes, ça donne toujours les mêmes résultats, même en changeant de chef ». Et le résultat, ce sont ces partis qui, à l’exception de Québec solidaire qui « résistait à l’envahisseur », sont tous cités à la commission Charbonneau.


D’ici dimanche midi, les militants devront se pencher sur plusieurs questions, dont celle des alliances avec les forces souverainistes. Et malgré les nombreuses critiques qu’elle porte envers le Parti québécois, Françoise David encourage ses membres à « garder entrouverte » la porte. Parce que, après tout, « on ne sait jamais ».

13 commentaires
  • Marcel Bernier - Inscrit 4 mai 2013 05 h 22

    Vous êtes très pertinents...

    Et la population vous apprécie pour la rigueur de vos interventions. La gauche a réussi, autant et sinon plus, dans de nombreux pays, à faire avancer la cause de tous les citoyens et citoyennes, en termes de justice sociale et de dignité humaine.
    On lâche rien!

  • Jean-Pierre Marcoux - Inscrit 4 mai 2013 09 h 46

    Québec Désolidaire

    « Soyons clairs, les gens nous trouvent sympathiques, ils aiment le grand justicier Khadir, ils ne détestent pas madame David...»

    Je souhaiterais corriger cette affirmation par le changement d'une lettre : des gens...

    Car moi, voyez-vous, je ne vous trouve pas du tout sympathiques.

    Par contre, je vous trouve plutôt opportunistes et manipulateurs quand vient le temps de jouer à l'offensé et à l'offusqué face au parti en pouvoir. Vous adoptez rapidement les méthodes des vieux partis pour tirer vos marrons du feu.

    Votre intervention, Madame David, lors du sommet sur l'éducation pour habilement glorifier le mouvement étudiant et discréditer l'effort du gouvernement pour sortir de la crise, m'a fait comprendre que, désormais, du côté des forces progressistes, c'est chacun pour soi.

    Votre manque de vision d'ensemble vous méritera sûrement une médaille de la part du prochain gouvernement de droite.

    Vous et votre conjoint politique pourrez ensuite écrire un livre :
    Comment freiner un mouvement progressiste en disant le promouvoir.

    Déso-déso-déso...

    • Michel Gagnon - Inscrit 4 mai 2013 11 h 01

      Entièrement d'accord avec M. Marcoux. J'ai aussi mentionné, ailleurs, que QS utilise les méthodes des vieux partis qu'il se plait pourtant à critiquer. C'est ce qui l'amène à perdre toute crédibilité.
      Lorsque Mme David dit: «Et le résultat, ce sont ces partis qui, à l’exception de Québec solidaire qui « résistait à l’envahisseur », sont tous cités à la commission Charbonneau», elle fait preuve, à l'instar de son parti, de grande malhonnêteté intellectuelle. C'est évident que les magouilleurs ne s'intéressent pas aux tiers partis. Que son parti exerce le pouvoir pendant quelques années, et on verra s'il n'y aura pas de petits cadavres qui sortiront lors d'une Commission d'enquête. Pensez-vous que la gauche est exempte de magouilleurs?

  • André Michaud - Inscrit 4 mai 2013 10 h 04

    Aucune crédibilité

    Au niveau économie ce parti n'a aucun réalisme, c'est pourquoi aucune personne du milieu économique des affaires ne les soutient. Pour eux il y a les bons syndicats d'un côté et les méchants capitalistes de l'autre côté dont il faut vider les poches !!!

    Leur programme économique est : vidons les poches des gens qui ont réussi et distribuons le tout dans mille et un programmes sociaux , tous indexés , la gratuité scolaire, les fonds de pension gratuits pour tous, etc..

    Ce parti ressemble au Crédit Social de Réal Caouette qui pensait qu'il suffit d'imprimer de l'argent et le distribuer aux démunis.

    Rien pour créer de la richesse dans leurs programmes, seulement des illusions idéologiques.Heureusement jamais les citoyens ne mettront ces gens au pouvoir, ils ont un minimum de gros bon sens.
    Un cul de sac qui ferait se multiplier la dette (selon eux c'est pas grave d'être endetté de dizaines de milliards..) et laisserait une province dévastée économiquement et fuit de tous les gens d'affaires.

    • Christian Montmarquette - Abonné 4 mai 2013 12 h 14

      «Rien pour créer de la richesse dans leurs programmes, seulement des illusions idéologiques»-André Michaud

      La richesse est «déjà» là.

      Il faut être aveugle pour ne pas la voir dans une société aussi riche que le Québec.

      Le problème, c'est que les gouvernements néolibéraux comme le PQ et le PLQ la laisse se concentrer dans les quelques mêmes poches de privilégiés.

      Commençons par rapatrier les dizaines de milliards perdus dans les paradis fiscaux et imposer les entreprises à leur juste part, et il en restera pas mal plus épais plus pour financer les programmes sociaux.

      Christian Montmarquette
      Québec Solidaire
      Montréal

      .

    • Francis Lévesque - Inscrit 4 mai 2013 13 h 34

      Vous devriez vous informer un peu sur l'économie des autres pays. Là où s'inspire QS pour former leur économie ce sont les pays qui ont le mieux résister aux crises économiques des dernières décénies. Par contre, le PQ et le PLQ qui s'inspirent des É-U, qui est au bord du gouffre économique, et des autres pays de droites sont les pays qui goutent le plus à la crise et qui ont le plus de misère à s'en sortir. Les pays nordiques et l'amérique du sud sont les deux endroits où la gauche est la plus vive et qui ont une économie des plus stable au monde.

      Entre l'économie de gauche qui défend une économie réglementé, stable et sociale et l'économie de droite qui défend l'opportunisme, la maximisation des intérêts individuels à court terme et le fondement de "la guerre de tous contre tous" (le libre marché), je crois que le plus pertinent est facile à voir.

      De plus, entre la gauche aux valeurs républicaines, et la droite aux valeurs puritaines, j'opte pour les valeurs démocratique de l'égalité, liberté fraternité/solidarité de la gauche, au lieu des valeurs religieuses puritaine de la droite qui divise les hommes entre élus et damnés! (Weber)

  • Jean Lapointe - Abonné 4 mai 2013 10 h 57

    Vous n'arriverez pas à « m'embarquer» madame David.

    « Soyons clairs, les gens nous trouvent sympathiques, ils aiment le grand justicier Khadir, ils ne détestent pas madame David, mais au-delà de la justice sociale, les gens se demandent : est-ce qu’ils ont des propositions pour l’économie ?»

    C'est vous qui le dites.

    Moi je ne vous trouve pas dutout sympathiques. Je ne suis pas un vos «disciples».

    Ce qui me déplaît chez vous c'est le fait que vous semblez prendre pour acquis qu' on ne peut pas ne pas vous aimer parce que, vous, vous défendez la justice sociale.

    Vous semblez aussi prendre pour acquis qu'étant donné vos bonnes intentions, on ne peut pas ne pas vous suivre parce que vous seriez nécessairement crédibles.

    C'est comme si, pour vous, les politiques que vous mettez de l' avant sont nécessairement les meilleures et que, si des gens les contestent ou les remettent en question , ce serait parce qu' ils ne vous aiment pas, mais à tort bien sûr, et que s 'ils vous connaissaient mieux ils finiraient par vous aimer eux aussi et à vous suivre.

    Bref, on dirait que vous vous attendez à ce qu' on vous suive aveuglément parce que vous ne pouvez pas être dans l'erreur même en économie, à cause de la «pureté» de vos intentions.

    A mon avis à moi, ce n'est pas de cette façon qu'il est souhaitable de se comporter en démocratie. Il est nécessaire au moins d'être un peu plus modeste.

    Désolé madame David, vous n'arriverez pas à «m'embarquer » en procédant comme vous le faites.











    C'est comme si

  • Fernand Bélair - Inscrit 4 mai 2013 11 h 05

    Du nivellement vers le bas

    On connait tous les effets de la crise actuelle entourant les fonds de retraite; on a peine à encourager les gens à planifier leur avenir sans compter sur les pouvoirs publics. Alors, la trouvaille de Québec Solidaire, c'est de plafonner les cotisations personnelles à un Régime Enregistré Épargne Retraite aux fins d'impôts. Comme ce ne sont que les mieux nantis, dit-on, qui réussissent à épargner un peu pour leurs vieux jours, il vaut mieux que tout le monde soit ramené au minimum en comptant seulement sur le Régime des Rentes du Québec et la Pension de la sécurité de la vieillesse du Canada. Belle pensée égalitaire qui n'encourage pas grand monde à l'effort!