Londres aurait reconnu un Québec indépendant

L’historien Frédéric Bastien en conférence de presse lors du lancement de son essai intitulé La bataille de Londres, lundi à Montréal.
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir L’historien Frédéric Bastien en conférence de presse lors du lancement de son essai intitulé La bataille de Londres, lundi à Montréal.

Ces notes internes décrivent aussi un Québec indépendant comme étant susceptible de « jouer un rôle sérieux au sein de la communauté internationale ».

En plus de la reconnaissance de Londres, le gouvernement du Parti québécois pouvait compter sur une politique de « non-ingérence » de Washington : l’ancien ambassadeur des États-Unis à Ottawa, Ken Curtis, en poste en 1980, indique dans cet essai que les États-Unis devraient s’adapter à « toute décision prise » par les Québécois au sujet de leur avenir.

« Le gouvernement Thatcher était prêt à reconnaître l’indépendance du Québec », a dit Frédéric Bastien au cours d’un point de presse pour le lancement de son livre La bataille de Londres, lundi à Montréal.

L’historien a fouillé durant près de huit ans les archives du Foreign Office, à Londres, pour documenter les dessous du rapatriement de la Constitution par le gouvernement libéral de Pierre Elliott Trudeau, en 1982. L’auteur a mis la main sur des notes confidentielles laissant croire que le Parti québécois de René Lévesque - puis de Jacques Parizeau en 1995 - aurait pu compter sur la reconnaissance du Royaume-Uni à un Québec souverain.

Il s’agit d’une question cruciale pour les gouvernements péquistes successifs, qui ont tous cherché à obtenir des appuis sur la scène internationale. La récolte a été plutôt mince. De l’aveu même des souverainistes, seule la France aurait reconnu un Québec indépendant en 1980 et en 1995.

Il faut désormais ajouter à cela l’appui potentiel de Londres - et peut-être aussi de Washington -, selon Frédéric Bastien. Quatre représentants haut placés du gouvernement britannique, dont un ministre, indiquent dans La bataille de Londres que le gouvernement britannique était prêt à reconnaître l’État québécois. Il s’agit de Martin Berthoud, chef de la division Amérique du Nord au Foreign Office au tournant des années 1980 ; John Rich, consul général à Montréal en 1980 ; John Ford, haut-commissaire à Ottawa à la même époque ; et Malcolm Rifkind, ex-ministre de Margaret Thatcher et secrétaire du Foreign Office sous John Major, au moment du référendum de 1995.

« […]un Québec indépendant pourrait, à mon avis, être un État viable à l’échelle des pays scandinaves et jouer un rôle sérieux au sein de la communauté internationale », écrit le diplomate John Rich dans une note interne datée du 11 mars 1980.

« Quels que puissent être les changements politiques, nos relations commerciales actuelles vont sans doute se maintenir en l’état », écrit pour sa part John Ford, dans une note du 27 mars 1980.

Leur patron de l’époque au Foreign Office à Londres, Martin Berthoud, a confirmé à l’auteur Frédéric Bastien qu’il partageait l’analyse de ses diplomates qui se trouvaient en sol canadien. « Nous pensions effectivement à l’époque que nous accepterions un Québec séparé du Canada », écrit le diplomate britannique, dans un courriel à l’auteur cité dans le livre.

L’ancien ministre Malcolm Rifkind est allé dans le même sens, dans une correspondance avec Frédéric Bastien. L’historien québécois a questionné le politicien britannique sur « l’attitude qu’adopterait son pays en cas de victoire serrée du oui ». « […] dans la tradition diplomatique britannique, reconnaître un gouvernement n’a jamais signifié qu’on approuvait ou soutenait ce gouvernement. Il s’agissait plutôt de reconnaître que ce gouvernement exerçait de facto le pouvoir et que le statut international du pays en question n’était pas contesté », écrit Rifkind.

« C’est pour ces raisons que le Royaume-Uni a été l’un des premiers pays à reconnaître l’Union soviétique dans les années 1920 et la République populaire de Chine à une époque où les États-Unis ne voulaient pas proclamer une telle reconnaissance », ajoute-t-il, dans un courriel du 20 janvier 2008.

 

Adaptation des États-Unis

Ken Curtis, ancien gouverneur du Maine et ambassadeur des États-Unis à Ottawa en 1980, confirme qu’il voyait les choses du même oeil que les diplomates britanniques. « C’était aux Canadiens de régler cette affaire, et j’aurais préféré que le Canada demeure un pays pleinement uni. Mais le maintien de leurs relations avec le Canada exigerait des États-Unis qu’ils s’adaptent à toute décision prise à ce sujet », écrit l’ex-diplomate américain à Frédéric Bastien.

L’historien québécois souligne que la relative sérénité de Londres et de Washington devant une possible sécession du Québec tranche avec les propos alarmistes des libéraux de Pierre Elliott Trudeau, durant la campagne référendaire. « Le gouvernement fédéral présentait la souveraineté du Québec comme un retour à la préhistoire ! », a-t-il dit au Devoir.

À voir en vidéo