Commission parlementaire - Daniel Breton veut échapper à sa comparution

Québec — Le député péquiste Daniel Breton tente d’échapper à la comparution devant une commission parlementaire.

Dans une lettre rendue publique vendredi, l’ex-ministre de l’Environnement se questionne sur la « pertinence » de cette convocation et affirme que le mandat de la commission « semble prendre des allures de tribunal ».


Rappelons que l’opposition veut faire la lumière sur la visite de M. Breton au Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE), le 24 octobre dernier. Les libéraux accusent l’ex-ministre d’ingérence dans un organisme quasi judiciaire.


Jusqu’à maintenant, c’est le successeur de M. Breton à l’Environnement, Yves-François Blanchet, qui a comparu devant la commission, mais les partis d’opposition ont par la suite transmis une convocation au bouillant député péquiste pour l’entendre.


M. Breton a répondu vendredi à la présidente de la commission des transports et de l’environnement, Fatima Houda-Pépin. Dans sa lettre, il estime qu’il a démenti les accusations d’ingérence. Il soutient aussi que les commissaires du BAPE ont confirmé devant les membres de la commission qu’il s’agissait d’une visite de courtoisie.


Il rappelle que le mandat de la commission en est un de contrôle parlementaire visant un membre de l’exécutif, alors qu’il n’est plus ministre.


L’opposition libérale a réagi à la lettre de M. Breton, rappelant qu’elle désire l’entendre en commission.

À voir en vidéo