Gentilly-1 pourrait attendre jusqu’en 2103

Le réacteur expérimental de Gentilly-1 (à droite) a été construit au début des années 1970 et n’aura été opérationnel que 183 jours. La centrale a été mise en dormance au début des années 1980.
Photo: La Presse canadienne (photo) Jacques Boissinot Le réacteur expérimental de Gentilly-1 (à droite) a été construit au début des années 1970 et n’aura été opérationnel que 183 jours. La centrale a été mise en dormance au début des années 1980.

Québec — Québec pourrait avoir de grosses surprises en recevant le plan de déclassement pour la centrale Gentilly-1, en dormance depuis 35 ans. En effet, il a toujours été établi que le démantèlement d’une centrale pouvait se faire dans un horizon de 50 ans après la fermeture. Or, des documents internes d’Énergie atomique du Canada limitée (EACL), obtenus par Le Devoir, montrent qu’il faudra plutôt attendre encore entre 40 et 90 ans pour que débute la phase ultime du démantèlement.

« Il est prévu que Gentilly-1 restera en phase 2, dite phase de dormance, jusqu’en 2053 à 2103 », peut-on lire dans la dernière mise à jour sur l’état des plans de déclassement d’EACL disponible, qui date du 5 janvier 2011.


Le document interne, signé par Peter Elder, directeur général de la Direction de la réglementation du cycle et des installations nucléaire, précise que « l’initiation de la phase 3 sera déterminée selon une analyse de critères de sécurité, de coûts, de bénéfices, de risques et de priorités du moment ». Une fois entrepris, les travaux de déclassement devraient prendre moins de cinq ans.


L’autre point qui doit être pris en considération, comme cela est exprimé dans le document, est la disponibilité du fameux site autorisé d’entreposage sécurisé pour les déchets radioactifs. La Société de gestion des déchets nucléaires (SGDN) devait rendre ce site disponible pour 2050, mais les négociations pour trouver un site convenable avancent très lentement. « De toute évidence, le gouvernement fédéral n’a pas trop confiance qu’il réussira à avoir son site d’entreposage à temps puisqu’il se donne encore 100 ans pour démanteler Gentilly-1 », affirme Jacques Dagenais, membre du comité consultatif du collectif Sortons le Québec du nucléaire.


Chantier-école


Le réacteur expérimental de Gentilly-1 a été construit au début des années 1970 et n’aura été opérationnel que 183 jours. La centrale a été mise en dormance au début des années 1980.


Pendant la commission parlementaire sur Gentilly-2, qui s’est tenue à Québec en janvier dernier, des groupes écologistes ont proposé aux parlementaires de démanteler l’ensemble du complexe nucléaire sur une période de 20 ans, en se servant de Gentilly-1 comme d’un « chantier-école ».


Dans son rapport, rendu public jeudi dernier, la Commission recommandait au gouvernement de faire une « étude de faisabilité pour un déclassement immédiat » de Gentilly-2. La Commission recommandait également « qu’une demande soit adressée au gouvernement fédéral pour un plan de déclassement de la centrale de Gentilly-1 ».

 

Des coûts qui explosent


Outre Gentilly-1, Énergie atomique du Canada limitée condamne également les centrales de Douglas Point et le réacteur expérimental de démonstration, tous deux en Ontario, à une dormance « pour les 50 à 100 prochaines années ».


Ce prolongement de la phase de dormance occasionne des surplus de coûts. Dans une communication en date du 19 mars 2013, Énergie atomique du Canada limitée affirme avoir informé le gouvernement du Canada « que son estimation du passif augmente de 2,4 milliards de dollars » en matière de déclassement et de gestion des déchets nucléaires. La facture, qui s’élevait auparavant à 3,6 milliards, grimpe donc à 6 milliards. Il s’agit d’un changement qui « sera reflété dans les résultats financiers de 2012-2013 du gouvernement », précise EACL.

28 commentaires
  • Jean-Marc Simard - Abonné 2 avril 2013 04 h 53

    Faut pas jouer avec le nucléaire

    Faut pas jouer avec le nucléaire. Ça coûte plus cher que cela rapporte. Pourtant certains politiciens l'ont fait. Pourquoi ? Dans quel but ? Faut croire que les études prospectives des années 70 n'ont pas été très scientifiques. La raison du politicien ignore souvent le coeur du citoyen...

    • Louka Paradis - Inscrit 2 avril 2013 12 h 09

      Ça ne sert à rien de resasser le passé, ce qui est fait est fait et ce le fut avec une autre vision des choses. Il ne faut pas juger les décisions passées seulement avec le regard d'aujourd'hui. Maintenant, pensons à l'avenir : ce qu'on peut observer, c'est que le fédéral met encore des bâtons dans les roues du Québec. Énergie atomique Canada a été privatisé par Harper : pourquoi ? et quel est l'intérêt de faire traîner ce démantèlement ? Voilà des questions cruciales à approfondir pour comprendre toutes les facettes de cet enjeu majeur pour notre avenir.
      Louka Paradis, Gatineau

    • Dominic Lamontagne - Inscrit 2 avril 2013 12 h 43

      Il s'en construit encore aujourd'hui en amerique du nord.... Nous avons simplement besoin d'énergie mais avec le gaz de schiste ??? n'oublier pas que le nucléaire est très écologique malgré l'idée que nos usines sont des bombes à retardement.

  • Léonce Naud - Abonné 2 avril 2013 04 h 54

    Pour quelle raison a-t-on fermé Gentilly-1 ?

    Pour quelle raison a-t-on fermé Gentilly-1 si rapidement après sa mise en service ? N'y aurait-il pas eu un déversement massif de liquide radioactif dans le fleuve à cette époque ? Ce fut assurément un cas de force majeure. Qu'est-ce qui a bien pû se passer pour justifier une fin aussi subite qu'imprévue de cette coûteuse aventure ?

    • Simon Chamberland - Inscrit 2 avril 2013 09 h 12

      Gentilly 1 fut fermée parce que la technologie n'était pas tout-à-fait au point et il manquait d'eau lourde.

      De plus la centrale ne produisait pas à pleine puissance et l'uranium devait être faiblement enrichi, ce qui augmentait les coûts de production.

    • Benoît Gagnon - Inscrit 2 avril 2013 12 h 08

      Peut-être n'en avions-nous simplement pas besoin? La question serait plutôt la suivante : Pour quelle raison a-t-on construit Gentilly-1?

      Là, les spéculations fusent...

    • Léonce Naud - Abonné 2 avril 2013 13 h 05

      @ Simon Chamberland - Après seulement 183 jours ? Vos sources, s.v.p. -

    • Simon Chamberland - Inscrit 2 avril 2013 20 h 52

      M. Naud, mes sources, ce sont mes souvenirs d'une visite effectuée alors que j'étais étudiant au collégial, dans le cadre du cours de physique optique et moderne. Depuis le 11 septembre 2001, il n'y a plus de visites du complexe Gentilly.

      Par contre, Google est votre ami.

  • Gilles Goulet - Inscrit 2 avril 2013 05 h 08

    Qui a eu l'idée stupide de construire ces bombes ? Quelqu'un peu me le dire S.V.P. ? Dans quelle prison finit-il ses jours ?

    • Simon Chamberland - Inscrit 2 avril 2013 16 h 45

      Dans la même prison que ceux qui demandent de l'électricité à bon coût et des méthodes de diagnostic efficace.

  • Djosef Bouteu - Inscrit 2 avril 2013 05 h 32

    ... Les «joies» du nucléaire. La facture n'en finit plus de grimper, encore et encore. Il n'en reste plus beaucoup pour défendre cette cochonnerie.

    Et dire que l'opposition déchirait sa chemise sur la «perte financière» que représente de rayer la centrale G2 des «actifs».

    Le Parti québécois a pris la bonne décision, celle de fermer Gentilly-2 et de mettre fin à la mésaventure nucléaire au Québec. Ou plutôt de paver la voie à la fin de cette mésaventure, vu que ce sont nos petits enfants qui devront finir le travail.

    Tout un boulet à trainer!

    Ça va pas être rose pour nos voisins étatsuniens et canadiens qui se sont enfoncés dans les déchets radioactifs jusqu'aux «coûts». Pour eux ça va même être dur d'avancer.

  • Guy Lafond - Inscrit 2 avril 2013 06 h 45

    Énergie atomique du Canada


    Limitée.

    En tout cas, sûrement pas par ses estimations.

    • Sylvain Auclair - Abonné 2 avril 2013 10 h 16

      Bien sûr que c'est limité. Cest sa responsabilité qui est limitée. Si ça brise, c'est pas eux qui devront payer. C'est nous.