Commission Charbonneau: André Morrow s'explique au sujet d'une facture

André Morrow, président de Morrow Communications.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir André Morrow, président de Morrow Communications.

La commission Charbonneau a interrompu le témoignage de Bernard Trépanier pour donner à André Morrow le privilège de s'expliquer au sujet d'une facture de 75 000 $ payée par SNC-Lavalin lors de la campagne de 2005.

Il s'est écoulé moins de deux semaines entre le témoignage d'Yves Cadotte, vice-président de SNC-Lavalin, où il a été question de cette facture litigieuse, et celui de M. Morrow.

À titre de comparaison, l'ex-maire Gérald Tremblay attend depuis cinq mois de pouvoir s'expliquer sur les révélations fracassantes de Martin Dumont, selon lequel il était au courant de l'existence de la double comptabilité au sein d'Union Montréal. Le témoignage de M. Dumont a accéléré la débâcle de M. Tremblay, forcé de démissionner le 5 novembre dernier.

M. Morrow est consterné par le témoignage d'Yves Cadotte. Le vice-président de SNC-Lavalin a dit qu'il avait payé en deux tranches les 200 000 $ réclamés par Bernard Trépanier lors de la campagne de 2005. Incapable de trouver plus que 125 000 $ en argent liquide, il avait acquitté une facture de 75 000 $ de Morrow Communications pour du travail électoral réalisé pour le compte d'Union Montréal. «C'est une fausse facture», a reconnu M. Cadotte.

M. Trépanier a déclaré pour sa part qu'il n'avait jamais exigé d'Yves Cadotte qu'il paie la facture de Morrow. M. Cadotte lui avait cependant parlé de cette demande, a précisé «Monsieur 3 %.»

Union Montréal avait fait appel aux services de Morrow Communications pour la campagne de 2005, a confirmé l'agent officiel, Marc Deschamps. Toutes les factures avaient été payées par la formation, a-t-il dit.

Morrow consterné

André Morrow est consterné par ces révélations qu'il a apprises «en même temps que tout le monde» en écoutant la commission Charbonneau. «Je suis tombé à terre. Ça ne m'a pas été présenté de cette façon-là, a-t-il expliqué. Si j'avais été au courant, je me serais levé, et je serais parti.»

M. Morrow est un bon ami de Pierre Anctil, un vice-président chez SNC-Lavalin qui est un militant libéral de longue date, tout comme lui. Selon ses explications, il a reçu les 75 000 $ à titre d'honoraires professionnels pour SNC-Lavalin. La firme de génie-conseil avait retenu ses services pour la période du 1er février au 31 décembre 2005, afin de développer des projets à venir.

De son propre aveu, M. Morrow a fait «peu ou pas de travail» pour obtenir son cachet. Le contrat a été négocié en novembre 2005, en pleine campagne électorale, et il est antidaté de neuf mois.

M. Morrow n'y voit rien d'anormal.

Détails à venir
11 commentaires
  • gaston bergeron - Abonné 28 mars 2013 11 h 50

    Allons donc

    Il fut payé à l'avance 75 000 $ (c'est pas des pinottes!) sans l'avoir demandé, pour un « travail non déterminé à faire » -fût-il fait, on ne saura pas- dans un certain futur... Toujours est-il que ce brave M. Moreau, de coeur très « libéral » en affaires comme dans la vie sans doute, n'a jamais su ni voulu savoir ou comprendre pourquoi on lui proposait un pareil arrangement tarabiscoté qui lui tombait du ciel.

    • Jacques Boulanger - Inscrit 28 mars 2013 16 h 39

      Bon alors là, il faut cesser de parler de fausses factures (termes inventés par des journalistes gauchistes et séparatisses). Il faut parler de paiement actualisé d'une facture prévisionnelle pour des services qui seront potentiellement rendus dans le futur. Y me semble que c'est assez clair. Faut vraiment avoir l'esprit tordu pour voir de la magouille là où il n'y a que limpidité.

  • Gilles Théberge - Abonné 28 mars 2013 12 h 56

    Ben voyons!


    Comment vous dites ça? Morrow s'explique au sujet d'une facture...?! Moi je ne trouve pas qu'il ait expliqué quoi que ce soit. Il a baragouiné des tentatives d'explications en les assaisonnant de raisonnements, disons abscons.

    Il n'a pas pu expliquer la teneur de sa déclaration écrite à la Commission. Et surtout il est en parfaite contradiction avec le témoignage de celui qui a précédé et provoqué le sien.

    La partie la plus consternante de son témoignage c'est justement quand il se dit «consterné». Moi ce qui me consterne c'est justement sa consternation.

    Il nous prends soit pour des imbéciles soit pour des valises. Une des retombées intéressantes de sa présence dans ce débat, c'est que collatéralement ça nous aura débarassé d'une partie de la présence «objective et neutre» de l'analyse politique de sa conjointe, à nos frais, sur les ondes publiques. Et enfin on commence à parler du parti libéral.

  • André Lefebvre - Inscrit 28 mars 2013 13 h 27

    Logique

    Le témoignage de M. Morrow fournit les infos suivantes:

    1)Il a produit une facture ayant une fausse date (antidatée de neuf mois) d'un montant de 75,000$ pour des travaux futurs jamais exécutés.
    2) Cette facture fut payée la même semaine où l'entente fut faite. Donc on paie d'avance des travaux qui ne seront jamais faits.
    3) Tous les travaux faits pour Union Montréal, selon lui, furent tous facturés et payés.

    A) Si M. Morrow a toujours ce 75,000$ dans son compte en banque, comment M. Cadotte peut-il dire que l'argent s'est rendu à Union Montréal?
    B) Si cette facture de 75,000$ n'a pas passé par les mains de M. Trépanier, comment continuer de dire que M. Trépanier est le "grand argentier" ou le "Bag man" d'Union Montréal?
    D) Si la facture est prédatée de neuf mois, comment peut-on parler d'un dû pour des travaux "futurs" pour lesquels il ne reste que deux mois de disponible? Février à décembre donne 11 mois.

    Je suis beaucoup plus "consterné" que M. Morrow ait pu l'être; je dois dire.

    André Lefebvre

  • Jacques Boulanger - Inscrit 28 mars 2013 13 h 40

    La réelle politique

    M. Morrow n'y voit rien d'anormal parce que c'est comme ça que ÇA fonctionne dans les affaires et dans un parti d'affairistes. Pots-de-vin, récompenses, retours d'ascenseur, traficotage, magouillage et j'en passe. Au PLQ, ÇA, ça s'appelle faire de la politique.

  • Normand Chaput - Inscrit 28 mars 2013 15 h 39

    clown

    Il se dit victime d'un stratagème qui lui a rapporté 75000$ sans rien faire.
    Pour un faiseur d'image, mettons que ce n'est pas trop fort.