Commission sur l’assurance-emploi - L’opposition dénonce la nomination de Duceppe

L’ex-chef bloquiste, Gilles Duceppe
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir L’ex-chef bloquiste, Gilles Duceppe

Québec — La nomination de l’ancien chef du Bloc québécois, Gilles Duceppe, à titre de président d’une commission nationale sur l’assurance-emploi a soulevé l’ire de l’opposition.

Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, a sonné une charge virulente contre cette figure de proue du mouvement souverainiste, mercredi, à l’Assemblée nationale. « Ce n’est pas aux contribuables à payer pour réconcilier la première ministre avec Gilles Duceppe. Ce n’est pas le rôle du gouvernement de gérer les chicanes du Parti québécois et de payer pour aller chercher la loyauté des rivaux de la première ministre », a-t-il lancé lors de la période de questions.


La nomination de Gilles Duceppe comme président de cette commission, que Pauline Marois a décrite mercredi comme « une consultation sur la question de l’assurance-emploi », apparaît, aux yeux du chef caquiste, purement partisane. Il l’a assimilée à celle de Nicolas Girard à la tête de l’Agence métropolitaine des transports (AMT) et au salaire à vie auquel André Boisclair a finalement renoncé. « Les nominations partisanes, les Québécois en ont plein leur casque », a proféré François Legault.

 

Agent provocateur


Le chef de l’opposition officielle, Jean-Marc Fournier, perçoit cette nomination comme une « provocation » envers le reste du Canada. « La crédibilité qu’il a, c’est d’être un agent provocateur, a-t-il affirmé dans un point de presse. Au Québec, on s’entend tous pour dire que nos compétences doivent être respectées, on s’entend tous pour dire que les fonds de travailleurs, il faut s’assurer qu’ils puissent être maintenus. Quelle est la stratégie pour y arriver quand on sait qu’on a des partenaires au Canada ? Prendre le séparatiste le plus connu au Canada ? C’est ça, la recette ? »


Pauline Marois juge que Gilles Duceppe est bien placé pour défendre les intérêts du Québec en matière d’assurance-emploi. « S’il y a quelqu’un qui connaît le système fédéral, qui a eu à en débattre, à en discuter, qui a défendu les intérêts du Québec, c’est bien Gilles Duceppe. Et je crois que c’est l’une des personnes les plus compétentes pour faire ce travail-là. »


Le rôle que jouera cette commission n’était pas clair, mercredi, alors que tant les libéraux que les caquistes croyaient qu’elle avait pour objet le programme de formation de main-d’oeuvre contenu dans le dernier budget fédéral. Or, il n’en est rien : cette commission ne portera que sur l’assurance-emploi, a-t-on confirmé.


Le ministre délégué aux Affaires intergouvernementales canadiennes et à la Gouvernance souverainiste, Alexandre Cloutier, n’a pas voulu dissiper le malentendu, indiquant que l’information concernant cette commission ne sera rendue publique que mercredi de la semaine prochaine.


Faculté de synthèse


À Ottawa, le chef du Bloc québécois, Daniel Paillé, a parlé des tournées que Gilles Duceppe entreprendra à la présidence de cette commission ainsi que des experts et des témoins qu’il entendra. « On a une faculté de synthèse qui vient avec le temps et donc, M. Duceppe, après sa carrière ici, a droit à une autre carrière », a fait valoir Daniel Paillé.


Par ailleurs, les députés se sont entendus, au terme d’un débat de deux heures, pour adopter, à l’unanimité, la motion, présentée par les libéraux, sur la formation de la main-d’oeuvre et les fonds de travailleurs. La motion fera l’objet d’un vote jeudi.

 

Avec la collaboration de Marie Vastel

71 commentaires
  • Jean-Marie Francoeur - Inscrit 28 mars 2013 00 h 42

    Quoi de neuf ?

    Il est bien évident que la nomination de Monsieur Duceppe provoque des remous chez les opposants à l'émancipation du Québec. On n'a pas trouvé mieux que de dénoncer cette nomination comme étant partisane.

    Monsieur Duceppe est le meilleur interlocuteur pour cette cause. . Voilà ce qui terrosise le PLQ et la CAQ.

    • Victor Beauchesne - Inscrit 28 mars 2013 07 h 28

      et il va émanciper le Québec un chômeur à la fois !

    • François Robitaille - Inscrit 28 mars 2013 07 h 40

      Je dirais plutôt que Gilles Duceppe s'est fait montré la porte de façon plus que convaincante et que les québécois n'en veulent pas.

    • Pierre Samuel - Inscrit 28 mars 2013 09 h 33

      Tout de même bizarre que l' «émancipation du Québec» (?!?) se doit nécessairement d'utiliser le même «système» favorable aux «p'tits-zamis» tant décrié lorsque le gouvernement décadent de Charest était au pouvoir...

      Si «Duceppe est le meilleur interlocuteur pour cette cause» avec qui réussira-t-il à s'entendre, lui qui a passé son temps à souffler le chaud et le froid pendant ses vingt années passées à Ottawa?

    • Jacques Boulanger - Inscrit 28 mars 2013 09 h 33

      Effectivement. Pourquoi ne pas avoir choisi quelqu'un de plus neutre ? Tiens, la liste du 357c aurait fourni une très bonne liste de candidats. À commencer par Zampino, Catania, Trépanier ... tous de bons et loyaux servants de la « chose publique » et pas séparatisses en plus !

    • Solange Bolduc - Inscrite 28 mars 2013 10 h 56

      M. Robitaille, je crois que vous avez une idée rognée de ce que fut le passage de M. Duceppe au BLOC, ayant reçu pendant des décennies une grande ferveur populaire. Il fut remplacé par le très charismatique chef du NPD, en partie parce que le Québec avait besoin de changement!

      Ce qui ne vous donne pas le droit de falsifier son image, au nom de votre idéologie ou de vos préjugés défavorables, à l'endroit de Duceppe. Ce qu'il a fait, il l'a fait sérieusement avec ses bons et ses moins bons coups, ce qui est humain! Mais il aura été un honnête défenseur de la souveraineté du Québec, sans aucun doute !

      Je vous trouve injuste, par partisanerie ? Dommage.

    • Pierre Samuel - Inscrit 28 mars 2013 11 h 20

      @ Jacques Boulanger:

      Ne surtout pas confondre le PQ de Pauline Marois avec celui fondé par René Lévesque.

      Des révélations faites à la Commission Charbonneau nous informent que leur «virginité» fut passablement écorchée au cours des ans face à la Loi 2 du premier gouvernement péquiste qui devait effectivement mettre fin à la pratique des caisses occultes des partis politiques..

      Moins pires que le PLQ ne signifie pas nécessairement «blancs comme neige» non plus...

    • Normand Carrier - Inscrit 28 mars 2013 11 h 27

      Le PLQ aurait été satisfait avec la nomination d'André Morrow ce qui aurait continué comme dans le bon vieux temps .....

  • Raymond Saint-Arnaud - Abonné 28 mars 2013 00 h 45

    Un homme intègre et respecté

    L'opinion des caquistes et des libéraux rampants sur M Gilles Duceppe et sa nomination à la Commission nationale sur l’assurance-emploi a pour moi une valeur nulle. Leur crédibilité à ce sujet est nulle.

    Bravo à M Duceppe. Il s’est toujours comporté en vrai homme d’État. Son sens des responsabilités, son esprit démocratique et son respect du parlementarisme à Ottawa ont été appréciés de tous. Il jouit d’une très bonne image même au Canada a Ottawa anglais, et parmi les parlementaires du ROC qui lui ont remis un prix de compétence.

    Homme de grande expérience, grand humaniste, franc, ferme, connaissant le Québec sur le bout des doigts, habile politicien capable de contrer les divagations et les astuces plus ou moins catholiques des centralisateurs à tout crin, monsieur Duceppe a une idée précise et articulée de ce qui fera avancer le Québec jusqu’à atteindre son plein potentiel.

    Gilles Duceppe a un dossier sans taches à Ottawa où il a défendu bec et ongle les Québécois malgré les sarcasmes des conservateurs et libéraux. Il n’a jamais eu peur contrairement à la bande de mous à Charest et Couillard qui sont incapables de défendre notre lanque, nos institutions et nos intérêts.

    M Gilles Duceppe dégage une image d’autorité, de droiture, et projette l’image du bon père de famille intègre. Les Québécois peuvent se reconnaître en lui.

    La grande expérience acquise par Gille Duceppe a Ottawa , sa grande capacité de travail et surtout ses convictions sur la nécessité d’un Québec souverain donnent confiance aux Québécois, et justifient amplement sa récente nomination à la Commission nationale sur l’assurance-emploi.

    • Pierre Lefebvre - Inscrit 28 mars 2013 07 h 13

      Belle plume M.Saint-Arnaud.

    • Céline A. Massicotte - Inscrite 28 mars 2013 08 h 33

      À vous lire on croirait que Duceppe est tellement parfait qu'il n'est même pas humain.

      L'humain existe, la perfection humaine, pas encore. En fait elle n'existera jamais. N'empêche qu'il a de bonnes qualités, entre autres c'est un politique né et on ne peut douter de sa ferveur indépendantiste.

      D'ailleurs, dégager, projeter, et ÊTRE, sont parfois bien différents.

    • Louka Paradis - Inscrit 28 mars 2013 09 h 00

      Oui, belle plume et propos fort justes ! Merci.
      Louka Paradis, Gatineau

    • Solange Bolduc - Inscrite 28 mars 2013 10 h 58

      On ne peut dire mieux, M. Saint-Arnaud !

      Merci !

    • Yvon Forget - Abonné 28 mars 2013 11 h 37

      M. Saint-Arnaud, vous avez fait une description fort juste de M.Duceppe. Si les québécois étaient tous capables de reconnaître ceux qui travaillent vraiment pour l'intérêt de leur nation, notre pays serait déjà une réalité. Il est pour moi de la trempe des René Lévesque, Jacques Parizeau, Camille Laurin. Certains québécois ont la mémoire courte et d'autres ne connaissent pas leur histoire. Beaucoup de travail d'information et de formation à faire.

      Yvon Forget

    • Dominic Lamontagne - Inscrit 28 mars 2013 13 h 00


      Duceppe a toujours eues une seule phrase qui lui a donné sa popularité et qui a rassuré les québécois malgré son discours vide, "les valeurs du Québec"

      Pour moi, ça m'en prend plus pour lui donner du crédit. Vous oublier que Duceppe a voté avec les conservateurs quand il étais minoritaire au début de leur mandat pour ensuite les haïrs (lorsqu'il a remarqué sa perte de vitesse dans les sondages...)

    • Solange Bolduc - Inscrite 28 mars 2013 17 h 26

      M. Lamontagne, vous oubliez une chose importante : il arrive parfois, comme parlementaire, que l'on doive appuyer certaines politiques d'un autre parti pour le bien de la majorité ou de ceux que l'on défend. C'est une réalité à laquelle parfois il est bien difficle de se soustraire.

  • Yves Claudé - Inscrit 28 mars 2013 03 h 22

    CAQ et PLQ vs Duceppe : Surenchère dans la prose nauséabonde … ou les Lauréats de la littérature à l’envers !

    Le pitre Legault, renégat devant l’Éternel, se soucie tellement du sort des chômeurs … qu’il s’oublie et s’enivre d’une psychopop qu’il a sans doute plutôt mal digérée : émanations de remugles politiques susceptibles d’indisposer la moindre conscience citoyenne !

    Quant à Jean-Marc Fournier, représentant d’un fond de commerce politique en banqueroute et affecté par une corrosion moralement dévastatrice, il retrouve ses accents les plus détestables du printemps 2012 pour traquer le «séparatiste» ! Très mauvais théâtre dans lequel le plus folâtre des acteurs disponibles a tendance à se confondre avec cet «agent provocateur» qu’il prétend traquer … dans les craques du plancher ! Au suivant !

    Voilà qui est très modérément distrayant ! Camil Samson, au secours !

    Yves Claudé

    • Louka Paradis - Inscrit 28 mars 2013 09 h 10

      M. Fournier refuse d'appuyer la motion présentée par le PQ pour protester contre l'ingérence fédérale dans la juridiction provinciale de la formation de la main-d'oeuvre et, 1 journée après, affirme : «Au Québec, on s’entend tous pour dire que nos compétences doivent être respectées, on s’entend tous pour dire que les fonds de travailleurs, il faut s’assurer qu’ils puissent être maintenus.» Quelle incohérence !quelle girouetterie ! Et à propos de nominations, les 3-4 nominations justifiées du PQ sont très raisonnables comparées à celles du PLQ : http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/politi
      Quant à Legault, souvenons-nous qu'il avait accepté que M.Duchesneau nomme des ministres si la CAQ prenait le pouvoir. Ha !ha ! ha ! quelle bouffonnerie ! M. Duceppe a fait ses preuves et est très apprécié de la population ; c'est ce qui fait verdir de jalousie les partis d'opposition.
      Louka Paradis, Gatineau

    • Bernard Gervais - Inscrit 28 mars 2013 09 h 49

      Une nomination politique ? Certes, mais personne ne pourra nier le fait que, durant toutes les années où il a été au Parlement d'Ottawa comme ancien chef du BQ, M. Duceppe a toujours défendu avec ardeur les intérêts du Québec, que ce soit en ce qui concerne l'assurance-emploi ou dans d'autres dossiers.

      Mais ça, évidemment, les partis d'opposition n'en ont pas parlé hier.

      J'ai entendu la réaction de J.-M. Fournier. Pitoyable d'entendre un élu du PLQ - ce parti, comme on le sait, au sujet duquel nous n'avons pas fini d'en apprendre des belles à la Commission Charbonneau ! - utiliser à nouveau le terme « séparatiste » afin de tenter de dénigrer le gouvernement. Quant aux propos de F. Legault, aucun intérêt.

    • Solange Bolduc - Inscrite 28 mars 2013 11 h 00

      Oh, que je vous suis, M. Claudé, Merci.

  • Pierre Lefebvre - Inscrit 28 mars 2013 05 h 02

    Recette

    Je ne sais pas comment vont réagir les nouveau libéraux québécois ce matin. Parce que à partir de ce matin le parti libéral québécois est un tout nouveau parti, il n'est plus subventionné par son groupe fédéral. Vous allez goûter à la même recette que tous les autres : les effets de la centralisation. Quel porte parole enverrez-vous au «central» pour vous défendre ? Vous en avez pas de Gilles Duceppe vous. John James peut-être ? A moins que vous empruntiez notre cher Amir qui veux faire payer les partis pour leurs «erreurs »passées avec l'argent de nos impôts.

    • Patrick Boulanger - Abonné 28 mars 2013 11 h 25

      « A [sic] moins que vous empruntiez notre cher Amir qui veux faire payer les partis pour leurs «erreurs »passées avec l'argent de nos impôts. (M. Lefebvre) » ?

      Les partis politiques québécois se financent en partie avec des dons privés M. Lefebvre ; ce n'est pas vrai que le financement électoral au Québec est financé à 100% par de l'argent public (impôts, taxes à la consommation, taux d'imposition des entreprises, redevances, etc.).

    • Pierre Lefebvre - Inscrit 30 mars 2013 04 h 49

      Vous n'avez pas entendu parlé de la nouvelle loi sur le financement des partis au Québec ? Vous savez, celle qui parle des dons à $100 max. le reste ce sont nos taxes et impôts qui le paye.

  • Caroline Moreno - Inscrite 28 mars 2013 05 h 33

    Pourquoi pas?

    En espérant que M. Duceppe ne cède pas aux pressions comme André Boisclair avant lui...

    • Céline A. Massicotte - Inscrite 28 mars 2013 07 h 59

      Aucun rapport

      André Boisclair avait été nommé à deux postes différents, il a eu raison d'en laisser tomber un, il s'est montré honnête et intelligent, contrairement à Marois, cette fois là. C'est un peu comme avec l'affaire Breton, vite enterrée.

      Mais bon, personne n'est parfait même pas Duceppe, mais grosso modo c'est une bête poltique, il faut lui donner ça.

    • Sylvain Auclair - Abonné 28 mars 2013 11 h 50

      Monsieur Boisclair n'avait pas été nommé à deux postes. Il a été nommé sous-ministre, je crois, et ce sous-ministre a été nommé délégué. Un député qui est aiussi ministre et qui siège sur deux comités interministériels a-t-il quatre emplois?