Couillard promet le renouveau du PLQ

Jean Charest félicite Philippe Couillard, qui lui succède en tant que chef du Parti libéral du Québec
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Jean Charest félicite Philippe Couillard, qui lui succède en tant que chef du Parti libéral du Québec

Fort d’une victoire sans équivoque, le nouveau chef libéral, Philippe Couillard, a appelé les fédéralistes « de coeur ou de raison » à s’unir au sein du Parti libéral du Québec.

« Aujourd’hui est un début, le début du renouveau du Parti libéral du Québec, le début d’un vaste rassemblement des Québécois. Le Parti libéral est de retour », a lancé Philippe Couillard lors d’une courte allocution après sa nette victoire au premier tour.


Philippe Couillard a recueilli 58,5 % des votes tandis que Pierre Moreau obtenait la deuxième place avec 22 % des votes et que Raymond Bachand fermait la marche avec un score décevant de 19,5 %. Sur une possibilité de 2636 voix, 2377 délégués se sont prévalus de leur droit de vote. Tant Pierre Moreau que Raymond Bachand se sont ralliés au vainqueur, l’assurant de leur collaboration.


« Nous allons constituer dans les meilleurs délais une alternative à ce gouvernement qui est en train d’affaiblir et de diviser le Québec. Il ne faut pas se fier au calendrier. Ce gouvernement n’a pas sept mois, ce gouvernement a plus de 40 ans, ce gouvernement appartient au passé. Sa politique est le ressentiment, la division, le blocage », a lancé le chef libéral devant ses partisans en liesse.


Philippe Couillard n’a pas l’intention de faire son entrée à l’Assemblée nationale rapidement. Être élu député « n’est pas un objectif incontournable », a-t-il indiqué. « Le plus important pour moi, c’est de mobiliser le parti, trouver des candidats partout au Québec et rassembler les militants dans une nouvelle direction. »


Dans les prochaines semaines, il fera une tournée du Québec et préparera des rencontres régionales qui doivent aboutir, au printemps 2014, à un grand congrès d’orientation. Cet échéancier est incertain et pourrait être contrecarré par le déclenchement d’élections. « Ne nous méprenons pas : le calendrier électoral peut jouer un rôle là-dedans et changer ça », a-t-il prévenu.


Dans son discours, dimanche avant la tenue du vote, Philippe Couillard a réitéré son souhait que le Québec signe la Constitution canadienne alors que le Canada célébrera, en 2017, le 150e anniversaire de sa fondation. « Je ne peux pas concevoir que l’on puisse s’investir en politique québécoise et choisir le Canada sans le désir de voir le Québec réintégrer un jour la famille canadienne. On ne peut pas vouer à l’oubli un enjeu aussi fort sur le plan des symboles que l’absence de la signature du Québec au bas de la loi maîtresse du Canada. »


Au cours d’une mêlée de presse après le scrutin, Jean Charest a tiqué à la simple mention de la Constitution. La priorité doit être l’économie, a-t-il soutenu. « C’est ce qui rend tout le reste possible. » Devant les journalistes, Philippe Couillard a précisé que signer la Constitution n’était pas « une priorité quotidienne. La priorité quotidienne des Québécois demeure l’économie, l’emploi et la création de la richesse ».


La surprise Bachand


En terminant dernier, Raymond Bachand a causé la seule véritable surprise de la journée. Pour l’ancien ministre des Finances, la défaite est amère. Certains diront que la greffe de l’ancien lévesquiste au Parti libéral n’a pas pris. Au bord des larmes, l’ex-ministre de la Culture et des Communications, Christine St-Pierre, un des premiers élus à accorder son appui à Raymond Bachand, a indiqué que les seuls scénarios envisagés, c’était une deuxième place ; au deuxième tour, l’équipe Bachand aurait fait campagne auprès des partisans de Pierre Moreau. « Voir qu’on est en troisième, ça, c’est la surprise totale. […] C’est sûr que c’est très, très décevant et je pense que Raymond est certainement très blessé. C’est un homme excessivement sensible. » Elle souhaite que Raymond Bachand reste député, du moins jusqu’aux prochaines élections. C’est d’ailleurs un engagement qu’il avait pris durant la course.


Même si les clans Bachand et Moreau ont exploité la controverse entourant les liens qui unissaient Philippe Couillard et l’ancien directeur du Centre universitaire de santé de McGill (CUSM), Arthur Porter, les députés qui faisaient partie des camps adverses estiment aujourd’hui que ces liens ne seront pas un handicap pour le nouveau chef. C’est le cas de Christine St-Pierre, qui a dit n’avoir jamais eu de doute sur l’intégrité de Philippe Couillard, et aussi du député de Viau, Emmanuel Dubourg.


Pour les partisans du vainqueur, le spectre de Porter ne le poursuivra pas. « L’histoire de M. Porter, on en a entendu parler tous les jours, ou à peu près, pendant la campagne. Pour moi, c’est derrière nous cette chose-là et M. Couillard a dit là-dessus ce qu’il avait à dire », croit le député de Rivière-du-Loup-Témiscouata, Jean D’Amour.


Dans le camp de Pierre Moreau, la défaite n’a pas été déshonorante, estiment ses partisans. « Je souhaitais, dans cette campagne-là, qu’il y ait quand même une course, qu’il n’y ait pas un couronnement. Il y a eu une course. Ç’a permis certainement à la population de découvrir Pierre Moreau. Il ressort de cette expérience comme étant quelqu’un de très valable sur le plan des communications », a fait valoir l’ancien ministre du Développement durable, Pierre Arcand. Pour plusieurs militants, Pierre Moreau fut celui des trois candidats qui a fait le meilleur discours dimanche.


Tout en félicitant pour la forme Philippe Couillard, le ministre responsable des Institutions démocratiques et de la Participation citoyenne, Bernard Drainville, croit que le nouveau chef libéral doit rejeter l’héritage des neuf dernières années du gouvernement Charest. « Il doit se dissocier de la corruption, de la dette, de la mauvaise gestion », a-t-il avancé. Il a invité M. Couillard « à travailler avec nous pour nettoyer les dégâts qu’ils nous ont laissés » et collaborer à « l’opération de redressement » entreprise par le gouvernement Marois.


Sur la question constitutionnelle, Bernard Drainville a exigé du chef libéral qu’il précise « à quelles conditions, il veut livrer la signature du Québec au bas de la Constitution. »

71 commentaires
  • Bernard Gervais - Inscrit 18 mars 2013 00 h 31

    Cirque libéral

    Un vrai cirque finalement que cette course à la direction du PLQ dont le gagnant était déjà connu d'avance !

    Surtout hier quand, avant que les délégués puissent voter, les trois candidats ont promis de faire preuve d'intégrité ! Autrement dit, une façon indirecte pour eux d'admettre que cela était loin d'être une priorité quand ils étaient ministres du gouvernement Charest.

    De plus, entendre Couillard (le nouveau chef) prendre un tel engagement quand on pense aussi à ce qu'on a appris récemment - et ce n'est sans doute pas fini - au sujet de ses liens avec ce cher Dr Porter !

    Heureusement toutefois que les électeurs ne sont pas dupes et sauront, dans une très vaste majorité, qu'une telle promesse - surtout venant des libéraux - n'est que de la poudre aux yeux !

    • Pierre Lefebvre - Inscrit 18 mars 2013 06 h 03

      «les électeurs ne sont pas dupes» Y croyez-vous vraiment ?

      Le bon docteur va manquer de vaccins contre la rage pour faire disparaitre la ligne de pensé de son prédécesseur qui disait qu'il fallait «haïr» l'opposition.

    • Gabriel Bruneau-Langlois - Inscrit 18 mars 2013 08 h 27

      "Heureusement toutefois que les électeurs ne sont pas dupes"

      Le PLQ a été au pouvoir pendant 9 ans...

    • David Kristal - Inscrit 18 mars 2013 10 h 58

      Etes-vous sure? Apres 9 ans au pouvoir et toute la corruption qu'on a vu, ils ont obtenu 40 siege ..... "les électeurs ne sont pas dupes" hmm....

    • Louka Paradis - Inscrit 18 mars 2013 12 h 32

      Malheureusement, les électeurs inconditionnels du PLQ préfèrent se boucher le nez et voter malgré la corruption mise à jour par les récentes révélations et scandales que voter pour un autre parti qui ne leur garantit pas des privilèges qu'ils croient acquis pour toujours; et cela, même aux dépens des intérêts de la majorité des Québécois.
      Louka Paradis, Gatineau

    • Jacques Boulanger - Inscrit 18 mars 2013 17 h 00

      Désolé de vous décevoir M. Gervais, mais il est enfantin de duper les électeurs. Il suffit de brandir la menace séparatisse et le tour est joué. Ça fait au moins depuis 50 ans que ça marche et ça continue.

    • André Desgagnes - Inscrit 18 mars 2013 17 h 53

      Voulez-vous bien me dire de quoi exactement est accusé l'honorable dr Couillard?
      Je sais que vous ne serez pas en mesure de me répondre,mais il y a une chose que vous pouvez faire c'est d'arrêter votre sallissage.

    • Simon White - Inscrit 18 mars 2013 19 h 09

      Madame Paradis;

      Un peu de positivisme SVP. Votre haine ne vous mènera nulle part.

      Admirer plutôt les bons coups de Madame Marois et du PQ depuis Septembre ...

      Le Québec d'aujourd'hui est divisé en deux selon les dernières élections ... donc difficile de parler pour la majorité des Québecois, ne croyez-vous pas?

    • Louise Lefebvre - Inscrite 18 mars 2013 21 h 47

      Attention le parti libéral est comme une secte, la plupart des adeptes ont de la difficulté à se libérer!

      Pour ma part, je souhaite que M. Couillard, comme un vrai médecin, ait une vision de développement économique en accord avec la protection de l'environnement et de la santé des citoyens et qu'il saura appuyer le gouvernement en place qui essaie de travailler dans ce sens.

      Le mois d'avril, mois du cancer, est une belle occasion pour affirmer haut et fort que la pollution responsable de tous ces cancers, ça suffit et qu'il est temps de prendre des moyens pour la stopper et faire le ménage...et ceci dans tous les sens du mot cancer!

    • Louka Paradis - Inscrit 18 mars 2013 22 h 45

      à M. Grenier : Il n'y a aucune haine dans mes propos, mais de la lucidité. La haine est plutôt issue du décodage qu'en fait le récepteur. Ça s'appelle de la projection. Par ailleurs, le Québec n'est pas divisé en 2, erreur mon cher Watson... il y a 4 partis à l'Assemblée nationale et un parti qui n'a pas de représentant pour le moment. Le monde n'est pas blanc ou noir...
      Louka Paradis, Gatineau

  • Jean-François - Abonné 18 mars 2013 00 h 40

    le renouveau?

    Quand ton directeur de campagne est Sam Hamad et que tu auras comme devoir de le récompenser, tu es mal parti pour le renouveau!

    Bienvenue comme chef du Parti Libéral Mr. Couillard...

    Vous êtes juste leur nouveau Mouton en Chef.

    Pour être cédible, vous auriez dû demander à Jean Charest de quitter votre tribune et dire que ce parti a commis des erreurs. Chose que vos "militants" n'ont jamais pu faire en 30 ans.L'arrogance et la partisanerie etant leur leitmotiv.

    Le seul chef Libéral qui aurait pu être digne dêtre avec vous ce soir si vous voulez vraiment faire du changement et représenter le vrai parti Libéral au sens de l'histoire est Jean Lesage. Pour le reste, on peux repasser!

    Je suis un péquiste déçu je dois l'avouer, mais un gouvernement qui recule n'est pas nécessairement un signe de faiblesse... C'est tout de même mieux que de se donner des tappes dans le dos quand on fait les pire conneries!

    Avec cette "vieille gang" de l'ère Charest comme principaux partenaires, votre crédibilité est déjà à 0.

    Ce n'est pas dans ce parti là que vous allez changer quoi que ce soit car votre base est vide d'idéaux, de rêve, de vécu....

    Ce ne sont surement vos membres, à la culture Quebecor, qui vont faire le Québec de demain avec une vision nouvelle et ouverte.

    Soyez donc franc... Vous ne changerez rien car votre parti ne le permets pas.

    • Solange Bolduc - Inscrite 18 mars 2013 09 h 20

      Justement M. Malette, en écrivant mon commentaire je cherchais justement le nom de Sam Hamad, cet homme qui me répugne presque autant, sinon plus que Fournier!

      Couillard entouré de ces belles têtes d'affiche ! Ce sont eux qui font reculer le Québec !

    • Dominic Lamontagne - Inscrit 18 mars 2013 12 h 53

      Qu'a fait Sam Hamad pour vous répugner autant??

      En passant, il avait raison quand Patrick Lagacé l'a confronté et lui a fait perdre sa crédibilité...

    • Raymond Saint-Arnaud - Abonné 18 mars 2013 14 h 04

      Attendez que la Commission Charbonneau aille fouiller dans les dossiers de Transport Québec, où a oeuvré M Hamad.

  • Frédéric La Brie - Inscrit 18 mars 2013 00 h 51

    Quoi?

    Devant les journalistes, Philippe Couillard a précisé que signer la Constitution n’était pas « une priorité quotidienne. La priorité quotidienne des Québécois demeure l’économie, l’emploi et la création de la richesse ».

    Mais comment les croires apres être devenu une des province les pauvres du Canada sous leur règnes... Des fédéralistes qui ont profiter de leur passage pour vendre a rabais nos ressources et daugmenter de 50% la dette de la province... Bravo! Mais je crois qu'on va devoir passer notre tour...

    • François Lauzon - Inscrit 18 mars 2013 13 h 07

      Toujours la sacro-sainte économie qui va tout réguler, tout régler.

      Il ne faut surtout pas oublier que lorsqu'on crée de la richesse, c'est habituellement pour les riches.

  • Gilles St-Pierre - Abonné 18 mars 2013 03 h 18

    Quel spectacle !

    On se croirait à Hollywood, que du bonheur à revendre au parti Libéral mais comme dit la chanson "On fait tous du show-business".
    Alors bravo gang de bouffons mais où donc vous trouvez tout cet argent pour vos congrès et votre poudre aux yeux ? Ce que j'ai hâte que la commission Charbonneau fasse la lumière sur le parti Libéral et leurs amis, je m'attend à voir la cerise sur le sundae mais il ne faut pas rire, ces personnages grotesques existent vraiment et le pire, c'est qu'ils ont une clientèle qui leur sont fidèles quoiqu'il en soit.
    Vive la démocratie et son monde d'illusions.

  • Marcel Bernier - Inscrit 18 mars 2013 04 h 34

    Jamais!

    Et pourquoi donc devrions-nous rejoindre la grande famille canadienne sinon pour nous renier nous-mêmes comme peuple français en Amérique (loi sur la clarté, cour suprême canadian, etc.).
    Jamais monsieur Couillard! Votre chien est mort. Et nous n'oublions pas que votre parti est corrompu à l'os.

    • Louka Paradis - Inscrit 18 mars 2013 16 h 16

      Il s'est déjà bien entendu avec Harper qui l'a nommé au SCRS : ce n'est pas rien ! Qu'ont-ils donc mijoté pour 2017 à propos de la Constitution ? Harper aimerait tellement passer à l'histoire : s'il était celui qui ramènerait le Québec dans le giron du Canada ??? Sans doute le Québec y perdrait-il des plumes et abandonnerait-il les revendications minimales défendues par Bourrassa, mais que ne ferait-on pas pour de bons petits tranferts fédéraux...
      Louka Paradis, Gatineau

    • André Desgagnes - Inscrit 18 mars 2013 18 h 16

      M.Bernier,je comprend votre déception dans le sens que tj pas d'éclaboussure à la commission Charbonneau,en c'qui concerne le PLQ.Le témoin d'auj....ne nous à rien appris de nouveau sauf qu'il est un séparatiste.