Sondage précongrès - Couillard loin devant

Pierre Moreau, Philippe Couillard et Raymond Bachand briguent la chefferie du Parti libéral.
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Pierre Moreau, Philippe Couillard et Raymond Bachand briguent la chefferie du Parti libéral.

Plus intelligent que ses deux concurrents, plus rassembleur, plus sympathique, meilleur orateur, et surtout mieux placé pour gagner la prochaine élection : si les chiffres disent vrais, Philippe Couillard peut envisager le congrès à la chefferie du Parti libéral du Québec sans une once de stress. Sa domination semble presque totale, à 24 heures du début du congrès.


Selon un coup de sonde de Léger Marketing réalisé pour l’agence QMI (et dont des extraits ont été publiés mercredi), Philippe Couillard caracole ainsi en tête de pratiquement toutes les catégories d’intentions ou de perceptions sondées. Seul Raymond Bachand parvient parfois à maintenir la tête hors de l’eau dans le sillage de l’ancien ministre de la Santé.


Les sondeurs ont demandé à 1216 Québécois leur perception des trois candidats, et ce, dans 17 catégories. Philippe Couillard arrive premier dans 14 d’entre elles, autant au sein de la population en général qu’auprès des électeurs libéraux. Raymond Bachand domine pour sa part la catégorie de celui qui serait le « meilleur pour gérer l’économie ».


Les deux hommes sont au coude à coude sur le plan de l’intégrité - M. Couillard a dû défendre en campagne ses liens avec Arthur Porter, et aussi expliquer son passage au privé en 2008 -, de même que pour savoir « qui tient le plus à ses convictions ». Raymond Bachand fait aussi bien dans la catégorie cherchant à désigner le « plus compétent » des candidats.


Mais ailleurs, Philippe Couillard fait table rase. Les personnes interrogées jugent qu’il serait - et souvent avec des pointages deux ou trois fois plus élevés que pour M. Bachand - le meilleur pour améliorer le système de santé, remporter la prochaine élection, représenter le Québec à l’étranger, défendre les intérêts du Québec et améliorer le système d’éducation.


On le juge aussi meilleur orateur, plus rassembleur, doté d’une plus grande force de caractère, plus attentif aux besoins des plus démunis, plus intelligent, plus sympathique… En somme : l’homme inspire confiance et ferait un meilleur premier ministre, croit-on (deux catégories où il domine aussi, évidemment).


Pierre Moreau ne dépasse légèrement Raymond Bachand que dans les catégories du « plus sympathique » candidat, du meilleur orateur et du plus attentif aux besoins des démunis.

 

Intentions de vote


Cela dit, la bonne performance de Philippe Couillard dans les perceptions ne provoquerait pas pour autant de raz-de-marée dans les intentions de vote - même s’il ferait mieux que MM. Bachand et Moreau.


La première partie du sondage révélait une égalité dans les intentions de vote au provincial. Après répartition, le Parti québécois de Pauline Marois récoltait 31 % d’appuis, un point devant les libéraux sans chef. La Coalition avenir Québec de François Legault obtenait 20 %.


Si Philippe Couillard était le chef des libéraux, le même sondage donnerait toujours 30 % au Parti libéral. Le Parti québécois et la CAQ perdraient chacun un point. Mais avec Raymond Bachand aux commandes, les libéraux reculeraient de cinq points (25 %), huit points derrière le PQ (33 %). Et si Pierre Moreau dirigeait le parti, celui-ci obtiendrait 23 %, à égalité avec la CAQ. Le PQ aurait toujours 33 %.


Le sondage a été réalisé en ligne du 7 au 10 mars auprès de 1216 personnes. Un échantillon probabiliste de cette taille aurait une marge d’erreur de 2,8 % dans 19 cas sur 20.

18 commentaires
  • Fernand Lachaine - Inscrit 15 mars 2013 07 h 10

    WOW

    En avant des deux autres candidats même en ayant comme ami Arthur Porter.
    Ça promet.

    • Philippe-Éric Trudelle - Inscrit 15 mars 2013 11 h 59

      C'est tout à votre honneur de faire des accusations par association. J'imagine que vous êtes un séparatiste, et de la sorte, vous devez pensez comme Parizeau et vous blâmer encore les votes éthniques pour la défaite du référendum de '95.

    • P. Raymond - Inscrit 15 mars 2013 16 h 06

      M. Trudelle, l'association reprochée à ce personnage se trouve plutôt du côté de persistence capital partners, une entreprise qui se présente ainsi: «un fonds de capital d’investissement qui se concentre exclusivement sur les occasions d’affaires qui ont un potentiel de forte croissance dans le domaine des services de santé.»

      Que l'on démissionne d'un poste de ministre de la santé pour devenir associé dans une entreprise ayant une telle mission suscite de sérieux doutes quant à l'orientation que prévoit donner cette personne à la chose publique.

    • Raymond Saint-Arnaud - Abonné 15 mars 2013 19 h 27

      Couillard sera un second JJC. Un autre gras dur qui se cachera le plus possible de la population, et qui fréquentera plutôt ses tinamis.

      Libérons-nous des libéraux!

  • André Savary - Inscrit 15 mars 2013 09 h 10

    Pas compris...

    Faut croire que les libéraux, tout comme les péquiste n'ont rien compris a l'écoeurement généralisé de la population concernant la classe politique... On revient avec les mêmes histoires et les mêmes pas bon...

    Vraiment désolant...

  • Bernard Gervais - Inscrit 15 mars 2013 09 h 46

    Couillard et l'ombre d'Arthur Porter

    Philippe Couillard est peut-être le grand favori de la présente course à la direction du PLQ, mais qu'il en devienne le chef ou pas, cette formation politique plafonne quand même à 30 % dans les intentions de vote.

    C'est sûr, par ailleurs, que M. Couillard aimerait bien que la population ne porte plus attention à ses relations avec le douteux Arthur Porter. Toutefois, si les électeurs oublient de s'y intéresser, on peut être assuré que les autres partis et les médias, eux, continueront d'en parler !

    • Fernand Lachaine - Inscrit 15 mars 2013 13 h 10

      Tout à fait d'accord avec vous.

    • Rodrigue Guimont - Inscrit 15 mars 2013 13 h 26


      Qu’y a-t-il de pire M. Gervais?
      Avoir estimé le Docteur Arthur Porter comme bon nombre de chercheurs et de scientifiques et s’être laissés berner par son «charisme» ou avoir fait partie jusqu’au bout d’un gouvernement qui a fermé les yeux, sinon encouragé ou collaboré, directement ou indirectement à la corruption?

    • Raymond Saint-Arnaud - Abonné 15 mars 2013 19 h 31

      "30 % dans les intentions de vote" pour les libéraux. Avec les 20% du vote quasi rhodésien qu'ils vont chercher chez les Anglos et des Allos, ils n'en mènent pas large chez les Francos. Avec raison.

  • Gilles Théberge - Abonné 15 mars 2013 11 h 47

    Le vrai problème

    Le problème c'est que non seulement ces trois lascars n'inspirent rien, mais pire encore, le parti libéral n'inspire plus rien non plus.

    Alors bonnet bleu, blanc, ou rouge, ça reste un bonnet. Je préfère une tuque, et je ne veux pas de ce bonnet.

    Après les épouvantables années Charest, je me demande bien qui a encore envie d'être libéral?!

  • Christian Richer - Inscrit 15 mars 2013 11 h 48

    aveuglement volontaire et recule

    C'est triste de voir notre peuple encré dans des dogmes ...le vote autant pour les Libéraux que Pq ne fléchi pas sous le 30%...ça veut dire que 60% de la population ne changera pas d,idées et tant que ce dogme perdurera..le Québec vas reculer...et reculer et reculer ...vraiment triste. Il faudrait un moment donner sortir de cette voie sans issue avec un mur au bout.....sinon j'entrevois le futur Québec comme fini...............