Gentilly-2: une vérification indépendante sera menée auprès d’Hydro-Québec

Québec — Le gouvernement procédera à une vérification indépendante chez Hydro-Québec. De façon unanime, les parlementaires ont voté jeudi pour la motion de la CAQ en vue de faire la lumière « sur les agissements de l’ancien gouvernement libéral et de la direction d’Hydro-Québec » au sujet de la réfection de la centrale Gentilly-2.


La proposition originale, présentée par François Bonnardel, faisait plutôt mention d’une « enquête indépendante ». Mais le gouvernement a proposé de remplacer le mot « enquête » par « vérification ».


Pour le député de Granby, il s’agissait d’un compromis acceptable. « C’est important, la décision d’aujourd’hui, s’est réjoui François Bonnardel en point de presse à l’issue du vote. C’est un dossier qui est toujours truffé de demi-vérités, de contradictions, qui est additionné d’une culture du secret chez Hydro-Québec. »


Celui qui se décrit comme étant « le spécialiste des demandes d’accès à l’information chez Hydro-Québec » espère que les vérificateurs iront interroger le p.-d.g. d’Hydro-Québec, Thierry Vandal, de même que le sous-ministre des Ressources naturelles, qui siège au conseil d’administration de la société d’État, et l’ancien ministre Clément Gignac, aujourd’hui vice-président principal chez Industrielle Alliance.


À la surprise de plusieurs, le Parti libéral a voté en faveur de la motion. En point de presse, la veille, le chef par intérim Jean-Marc Fournier avait affirmé qu’il ne voyait « aucun problème » à accepter cette idée, précisant néanmoins que « le vérificateur pourrait très bien faire ça » et qu’il n’était pas nécessaire de créer une nouvelle instance pour cette enquête.


Cette motion de la CAQ faisait suite à un article du Devoir qui révélait, plus tôt cette semaine, que dès mai 2012 Hydro-Québec avait envoyé un avis à Énergie atomique du Canada limitée (EACL), l’informant de la suspension des travaux de réfection et de l’encaissement de la caution de 75 millions, estimant qu’EACL n’était plus en mesure d’effectuer les travaux.