Buonanotte: la plainte originale ne portait pas sur l’italien

Le restaurant Buonanotte, à Montréal, compte deux menus distincts où tous les plats portent leur nom italien, suivi d’une traduction française ou anglaise, ce que l’OQLF permet. Dans ce que l’organisme a avoué être un « excès de zèle », un inspecteur a toutefois blâmé l’établissement pour ce qui semblait être la prédominance de la langue italienne sur le menu.
Photo: La Presse canadienne (photo) Graham Hughes Le restaurant Buonanotte, à Montréal, compte deux menus distincts où tous les plats portent leur nom italien, suivi d’une traduction française ou anglaise, ce que l’OQLF permet. Dans ce que l’organisme a avoué être un « excès de zèle », un inspecteur a toutefois blâmé l’établissement pour ce qui semblait être la prédominance de la langue italienne sur le menu.

L’inspecteur de l’Office québécois de la langue française (OQLF) qui s’est rendu au restaurant Buonanotte a peut-être fait preuve de zèle, mais il a tout de même escamoté l’objet de la plainte sur laquelle il devait enquêter, estime le plaignant à la base de ce qui est devenu le « Pastagate ». Car la plainte portait sur la présence de l’anglais sur un menu, pas de l’italien.

Rejoint par Le Devoir vendredi midi, le plaignant - qui désire garder l’anonymat - a raconté avoir porté plainte parce qu’on lui a présenté un menu rédigé en italien et en anglais lors d’une visite au Buonanotte. « Il n’y avait pas un mot de français », dit-il. Ce n’est pas la présence des pasta, insalata et autres calamari qui l’ont choqué, mais la traduction uniquement anglaise.


Le restaurant compte deux menus distincts où tous les plats portent leur nom italien, suivi d’une traduction française ou anglaise. Or, il semble que l’inspecteur de l’OQLF chargé d’enquêter sur cette plainte se soit fait présenter le menu italo-français lors de sa visite. Son attention a donc été attirée par la présence prédominante de l’italien.


Pour l’auteur de la plainte, le débat qui a été soulevé (la présence sur un menu des spécialités étrangères dans leur langue d’origine) n’était simplement pas le bon. Le plaignant dit avoir déposé quelques plaintes à l’OQLF au fil des ans, dont au moins deux ont forcé des compagnies à réviser leurs publicités. « Je ne comprends pas ce qui s’est passé cette fois-ci », dit-il, visiblement fâché de la tournure des événements.


Dans son communiqué publié le 20 février - au moment où les remontrances de l’OQLF à l’endroit du Buonanotte ont été dévoilées -, l’organisme avait pris la peine de « souligner que l’Office a effectué une enquête à la suite de la réception d’une plainte déposée en bonne et due forme. Conformément à ses procédures, l’Office a communiqué avec l’entreprise pour discuter des mesures correctives appropriées et pour s’entendre sur un échéancier de correction raisonnable. »


L’OQLF reconnaissait du même coup un « excès de zèle » injustifié, la Charte de la langue française comprenant une exception relative aux spécialités étrangères. « Quand on regarde le menu d’un coup d’oeil, on peut penser qu’il y a une prédominance en italien. C’est sur ce réflexe qu’un inspecteur est intervenu. Avant d’envoyer la lettre, une analyse plus approfondie aurait dû être faite », avait expliqué le porte-parole de l’OQLF, Martin Bergeron.

 

Le français d’abord


Mis au courant des propos du plaignant en fin de journée, Martin Bergeron a souligné vendredi qu’un restaurateur peut imprimer et présenter des menus exclusivement anglais, à condition que la version française soit toujours disponible. « Quand on reçoit une plainte et qu’on va vérifier, on demande à voir les menus. Si la version française est disponible, c’est celle que l’on étudie. » Cela même si la plainte porte sur l’autre menu.


M. Bergeron dit qu’il est difficile pour les inspecteurs de savoir dans quelle langue un client a été accueilli. « L’important, c’est qu’un menu soit disponible en français. Le reste relève de la langue de service et d’accueil. »


Les inspections trop minutieuses menées au Buonanotte et dans d’autres restaurants (notamment le Holder) ont incité la ministre responsable de l’application de la Charte de la langue française à demander à l’OQLF une révision des processus d’inspection. Le ministère et l’OQLF ont confirmé lundi qu’ils procéderaient incessamment à cette « vérification du processus de traitement des plaintes ».


Le communiqué publié reconnaissait que « des cas récents parus dans l’actualité indiquent qu’il y a matière à amélioration ». Les résultats de la vérification seront rendus publics d’ici deux semaines.

À voir en vidéo