Gentilly-2: la commission parlementaire pourrait reprendre ses travaux

Québec — Interrompue dans le désordre, la commission parlementaire sur le déclassement de la centrale nucléaire Gentilly-2 de Bécancour pourrait reprendre ses travaux et présenter enfin son rapport.


Pour autant que les débats soient respectueux et le climat serein, la commission devrait terminer son mandat, a dit la ministre des Ressources naturelles, Martine Ouellet, jeudi.


Des échanges informels en ce sens auront lieu dans les prochains jours entre la partie ministérielle et des représentants de l’opposition, a indiqué Shirley Bishop, directrice des communications au cabinet de la première ministre Pauline Marois.


Les discussions porteront sur la possibilité de présenter une motion à l’Assemblée nationale dans l’espoir de remettre la commission sur les rails.


La commission a pris fin abruptement le 19 février à la suite d’une séance de travail au cours de laquelle la députée libérale de Trois-Rivières, Danielle St-Amand, s’est emportée contre la ministre Ouellet. Reprochant à la ministre de faire preuve de « mépris et d’arrogance », la députée lui a lancé nombre d’insultes.


Les membres péquistes de la commission ont invoqué ce climat malsain pour quitter la table, sans achever le rapport qui devait être remis à l’Assemblée nationale au plus tard le 21 février.


Si les échanges attendus dans les prochains jours s’avèrent fructueux, l’Assemblée nationale pourra toutefois donner son aval pour que les travaux soient menés à terme.