Commission Charbonneau — La lutte à la collusion torpillée par un putsch

Directeur des approvisionnements de 2003 à 2006, Serge Pourreaux est la cheville ouvrière qui a produit la fameuse étude, pas si secrète, sur la collusion.
Photo: Annik MH de Carufel Le Devoir Directeur des approvisionnements de 2003 à 2006, Serge Pourreaux est la cheville ouvrière qui a produit la fameuse étude, pas si secrète, sur la collusion.

La lutte à la collusion à Montréal a été torpillée par un putsch politico-administratif connu et avalisé par l’administration Tremblay-Zampino. D’un ton calme et détaché, l’ancien fonctionnaire Serge Pourreaux a réduit à néant, jeudi à la commission Charbonneau, les explications et dénégations de l’ancien maire Gérald Tremblay, qui disait ignorer l’ampleur de la collusion à Montréal.

Directeur des approvisionnements de 2003 à 2006, M. Pourreaux est la cheville ouvrière qui a produit la fameuse étude, pas si secrète, sur la collusion. Cette étude a fait grand bruit à l’hôtel de ville cet automne. Ignorée pendant huit ans, elle faisait état d’un gonflement du coût des travaux de 30 à 40% à Montréal, où les mêmes entrepreneurs se partageaient les contrats dans une logique de «marché fermé».
 
L’ex maire Tremblay et les membres du comité exécutif ont dit qu’on leur avait caché cette étude. Pourtant, M. Pourreaux se souvient très bien d’avoir présenté le document à M. Tremblay et à trois autres membres du comité exécutif: son président, Frank Zampino, Sammy Forcillo et George Bossé.
 
Fait à souligner, l’ancien directeur général de la Ville, Robert Abdallah, avait déclaré cet automne que le comité exécutif avait été informé en temps utile de l’existence de cette étude et de ses conclusions. Ses explications paraissent plus crédibles aujourd’hui.
 
Un chantier saboté

Le document de 2004 était la pierre d’assise d’une nouvelle stratégie d’optimisation dans l’octroi et le suivi des contrats qui devait permettre des économies annuelles évaluées à 50 millions de dollars par an. Le maire Tremblay était emballé, se souvient M. Pourreaux.
 
Ce travail devait rester confidentiel. Des mesures avaient été prises pour modifier la typographie et le langage des exemplaires du rapport en circulation. Chaque exemplaire était unique, ce qui aurait permis de retracer d’éventuels auteurs de fuites dans les médias. Le but de l’exercice était de corriger les lacunes dans l’octroi des contrats avant qu’elles ne deviennent publiques, en a déduit la juge France Charbonneau.
 
M. Pourreaux a très vite senti que la démarche d’optimisation rencontrait de la résistance, entre autres dans les arrondissements. «Il y avait une forme d’obstruction systématique pour retarder [le projet]», a dit M. Pourreaux. L’ex directeur général adjoint du Service des infrastructures, Yves Provost, lui disait même que son travail était « inutile ».
 
Le chantier d’optimisation, qui devait être lancé en 2006, a été torpillé. Les trois porteurs de dossiers ont tour à tour été écartés. Guy Hébert, qui avait parrainé l’étude à titre de directeur des approvisionnements, a été muté à la direction générale de l’arrondissement de Ville Marie (celui du maire Tremblay, dont il était le protégé). Ses ambitions d’accéder à au poste de directeur général de la Ville étaient déjà connues à l’époque, a dit M. Pourreaux. Il avait intérêt à ne pas faire de vagues.
 
Le successeur de M. Hébert, Robert Cassius de Linval, a suggéré fortement à Serge Pourreaux de prendre sa retraite. Quant à Robert Abdallah, scandalisé par le gonflement des coûts et fier supporter du chantier d’optimisation au départ, il a baissé les bras. En mai 2006, il quittait la Ville.
 
Le chantier d’optimisation était trop avancé pour que la Ville puisse interrompre les travaux. La seule façon de torpiller le projet était de muter les principaux responsables, selon M. Pourreaux. Deux hommes étaient assez puissants à l’hôtel de ville pour mettre le directeur général sur une voie de garage: Frank Zampino et Gérald Tremblay.
 
Avec le recul, M. Pourreaux estime qu’il est retrouvé au centre d’une «collusion politique» et d’une «collusion administrative». «Ça été un putsch», résume-t-il.
 
«C’est la jonction de ces deux éléments qui a fait que M. Abdallah a quitté la Ville», a-t-il enchaîné. L’optimisation «tenait beaucoup à cœur à Robert Abdallah».
 
À quoi bon l’enquête

À la demande du nouveau maire, Michael Applebaum, le Contrôleur général Alain Bond a mené une enquête sur l’opération de camouflage de l’étude de 2004. Son rapport n’a pas été rendu public, mais il a été transmis à l’Unité permanente anticorruption (UPAC). M. Bond a pointé un doigt accusateur en direction de Frank Zampino et Robert Abdallah.
 
À la lumière du témoignage de M. Pourreaux, les preuves d’une opération de camouflage ne sont pas si évidentes. Lorsqu’il a été question de l’étude secrète, cet automne, M. Pourreaux a appelé tout bonnement son ancienne secrétaire pour lui dire où se trouvait le document. Selon lui, l’administration a cherché partout, sauf où se trouvait le rapport.
 
Les démarches entreprises par la conseillère Elsie Lefebvre pour obtenir un exemplaire du rapport, en vertu de la loi sur l’accès à l’information, démontrent aussi qu’il n’était pas si difficile à trouver. Le responsable de l’accès à l’information a mis moins d’une journée à le retracer.
 
Alain Bond, et le directeur général et Guy Hébert, ont cependant court-circuité la démarche de Mme Lefebvre. Lors d’une opération de relations publiques bien planifiée, ils ont donné aux médias une série d’études (incluant celle de 2004) pour faire valoir les bons coups de l’administration Tremblay dans sa longue lutte contre la collusion et la corruption.
 
Vision Montréal a porté plainte à la Commission d’accès à l’information (CAI) pour ce geste qualifié «d’ingérence politique» dans le traitement des demandes d’accès à l’information.
 
M. Pourreaux a enfin décroché une flèche au comité conseil formé par le maire Applebaum pour revoir l’octroi des contrats. Le groupe de travail, présidé par Jacques Léonard, n’a qu’à s’inspirer du chantier d’optimisation. À son avis, 80 % du travail est déjà fait.

LE COURRIER DE LA COLLINE

Chaque jeudi, l'équipe du Devoir à Québec résume l'essentiel de la semaine parlementaire. Retrouvez aussi la note de Michel David, notre chroniqueur politique. Inscrivez-vous, c'est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

15 commentaires
  • Raymond Labelle - Abonné 28 février 2013 13 h 03

    Une bonne nouvelle: des fonctionnaires intègres, ça existe...

    ...il faut quand même se remonter le moral un peu.

    • Michel Bédard - Inscrit 28 février 2013 18 h 32

      Et on l'a encouragé à prendre sa retraite...

  • Carole Dionne - Inscrite 28 février 2013 13 h 06

    Et dire qu'il y en a...

    À Radio-Canada qui crie au meurtre pour ne pas avoir donner la chance au maire Tremblay...

    Nul n'est plus aveugle que celui qui ne veut pas voir. Je me rappelle de certains épisiodes tordues de la Ville de Montréal. L'entourage du maire Tremblay l'envoyait en avant, devant les journalistes car il semblait si naïf que jamais personne n'oserait le condamner. Et lui acceptait.

  • Gilles Théberge - Abonné 28 février 2013 13 h 29

    Comment sera-t-il possible d'en sortir?

    On dirait que plus ça va plus le marécage est profond. Mes meilleurs voeux à madame Charbonneau pour filtrer ces miasme jusqu'à ce quLoxygène redevienne respirable.

    Mais comment la Commission pourra-t-elle réussir à sortir de Môrial pour que l'on puisse avoir une véritable vue d'ensemble, incluant le palier supérieur, dont notamment le régime libéral, les fleurs et les déjeuners des madames entre autres choses.

    Parce que finalement n'est-ce pas qu'on se doute fortement du fait qu'au cours des dix dernières années ce régime libéral a tout fait pour recouvrir cette pourriture d'une épaisse couche de sable de l'oubli?

    • Huguette Durocher - Inscrite 28 février 2013 14 h 51

      À mon humble avis le palier supérieur est peut-être dans les projets d'hôpitaux, d'Universités, auto-routes, garderies, informatisation du système de santé et certaines subventions.
      Huguette Durocher

    • André Lefebvre - Inscrit 28 février 2013 17 h 51

      Cela ne devrait pas être très long, on arrive au maire Tremblay. Prochaine station: subventions provinciales.

      Quant au système de santé, rien ne serait surprenant (sans jeu de mots) puisqu'il est plus de 40% du budget provincial.

      André Lefebvre

    • Michel Bédard - Inscrit 28 février 2013 18 h 40

      @ Mme Durocher. La mafiocratie se retrouve aussi au niveau de l'administration scolaire (primaire et secondaire, les "commissions scolaires"), ce que des fournisseurs de services m'ont rapporté.

  • Carole Dionne - Inscrite 28 février 2013 15 h 21

    J'oubliais Zampino

    Rappelons- nous la conférence de pesse où ce cher M Zampino nous disait qu'après avoir tant donner à la politique municipale, il songeait à sa carrière et à sa famille. Et le maire Tremblay qui applaudissait à tout rompre.

  • Luc Lepage - Abonné 28 février 2013 15 h 27

    Il y a toujours quelqu'un

    Dans toutes les organisations, il y a toujours quelqu'un qui avait vu clair mais qu'on a proprement ignoré parce que trop dérangeant. Dommage, ces gens discrets, compétents, intègres sont nos meilleurs atouts mais se heurtent à l'indifférence. la gabegie et l'appétit de promotion de beaucoup d'autres.