cache information close 

De l’anglais intensif, mais pas partout

Après consultations, la ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport, Marie Malavoy, a indiqué mercredi que l’anglais intensif sera déployé dans les écoles primaires du Québec, mais « pas mur à mur ». La ministre annoncera sous peu les détails de cette implantation. Le chef libéral intérimaire, Jean-Marc Fournier, s’est réjoui, jugeant que le Parti québécois reconnaît que les jeunes Québécois ont le droit « de pouvoir parler anglais et d’avoir le monde à s’offrir ».

1 commentaire
  • Marie-France Legault - Inscrit 7 février 2013 14 h 18

    Enfin...elle a compris...

    une seule langue dans le monde actuel de 2013, c'est un handicap, une faiblesse et une vision tronquée de la réalité.
    Pour les bilingues, il y a de l'avenir, des promotions, un niveau de vie supérieur.

    On peur savoir plusieurs langues sans perdre son IDENTITÉ...on ne la perd pas comme on perd son chapeau...quoi qu'en pensent les tenants de l'unilinguisme mur à mur...