Visite en Écosse: Marois et Salmond font une déclaration commune

La déclaration écrite précise que le Québec et l'Écosse souhaitent collaborer sur les questions des énergies propres et de la lutte aux changements climatiques. On fait également mention d'une volonté de resserrer les liens commerciaux entre les deux États.

Les deux leaders souverainistes ont en outre tenu à rappeler que seuls les peuples du Québec et de l'Écosse décideront de leurs destinées respectives.

Ensemble, mais séparés?

Malgré cette déclaration, le cabinet de M. Salmond a tout fait pour minimiser l'importance de l'événement. Une porte-parole, Aileen Easton, a indiqué que la rencontre en était une de «courtoisie» et que «plusieurs autres» du genre étaient prévues dans la journée. De plus, les médias québécois n'ont eu aucun accès au leader indépendantiste mardi. À aucun moment les deux politiciens n'ont-ils été vus ensemble publiquement.

Interrogée à ce sujet, Mme Marois a rejeté le blâme sur le protocole du Parlement écossais. Or, rien n'empêcherait les deux politiciens de tenir une conférence de presse conjointe à l'extérieur du parlement.

Le chef du Parti national écossais doit tenir à l'automne 2014 un référendum sur l'avenir de la nation au sein du Royaume-Uni. Or, tout au plus 30 % des Écossais, selon les sondages, sont favorables à la souveraineté.

Pour Alex Salmond, s'afficher publiquement avec la chef d'un parti qui a perdu deux référendums sur l'indépendance n'est pas particulièrement intéressant. De plus, l'Écosse ne veut pas s'aliéner le Canada, avec qui elle a des liens historiques profonds.
On est donc encore loin d'un accord de coopération Québec-Écosse, que le ministre des Affaires intergouvernementales et de la Gouvernance souverainiste, Alexandre Cloutier, a évoqué la semaine dernière.

Dans une entrevue accordée lundi au quotidien écossais The Herald, Pauline Marois a déclaré qu'elle allait offrir à M. Salmond les «données» que Québec possède sur le référendum de 1995 afin d'aider l'Écosse à organiser son propre plébiscite.

Des débats similaires

Les débats qui ont actuellement cours en Écosse rappellent ceux qui ont eu lieu au Québec dans les mois précédant le référendum de 1995: libellé de la question, partage de la dette du Royaume-Uni, présence du pays sur la scène internationale. Le parti au pouvoir propose que la question référendaire se lise comme suit: «Acceptez-vous que l'Écosse devienne un pays indépendant?», mais il n'est pas encore acquis que la Commission électorale du Royaume-Uni l'entérinera.

Linda Fabiani, députée du Parti national écossais, a indiqué mardi au cours d'un point de presse avec les médias québécois qu'elle avait trouvé «compliquée» la question du référendum de 1995, qui était la suivante: «Acceptez-vous que le Québec devienne souverain, après avoir offert formellement au Canada un nouveau partenariat économique et politique, dans le cadre du projet de loi sur l'avenir du Québec et de l'entente signée le 12 juin 1995?».

Outre M. Salmond, Pauline Marois a rencontré mardi la vice-présidente du Parlement écossais, Elaine Smith, la chef de l'opposition (Parti travailliste), Johann Lamont, et la directrice du regroupement Festivals Edimburgh, Faith Liddell.

La chef péquiste rentrera au Québec mercredi.

À voir en vidéo