Troisième débat du PLQ: Bachand attaque Couillard pour ses liens avec Arthur Porter

« Pendant que nous étions là à combattre la corruption, à faire des lois, qu’est-ce que tu faisais toi ? Tu t’associais avec Arthur Porter », a lancé l’ancien ministre des Finances, Raymond Bachand, s’adressant directement à son rival Philippe Couillard, alors que la salle était partagée entre les applaudissements et les huées.

 

Gardant son flegme, ce dernier a répondu qu’il ne tomberait pas dans le piège en attaquant ses adversaires. « C’est trop facile de nommer des noms et d’établir une culpabilité par association, a-t-il répondu sous les applaudissements nourris des militants réunis pour l’occasion à l’Université Concordia. Je pourrais nommer des noms aussi, mais je ne le ferai pas. Nous sommes tous des libéraux et nous devons regarder vers l’avant, ensemble. »

 

Couillard précise

 

En point de presse, Philippe Couillard s’est dit « surpris » par cette attaque, mais a refusé de « répondre sur le même niveau » et répétant que ce n’était pas sa façon de faire de la politique. Il a néanmoins dû préciser ses liens avec le docteur Porter, qu’il a vu pour la dernière fois au printemps 2012, au cours d’une réception qui avait lieu en son honneur à Montréal.

 

« À ce moment-là, la communauté montréalaise tout entière et des gens de tous les milieux et origines étaient pleins d’admiration pour ce qu’il avait accompli. Alors quel désastre, quelle différence pour lui maintenant, pour moi c’est frappant. Et j’ai hâte que les enquêtes soient terminées. Si quelqu’un a enfreint la loi et a commis des gestes illégaux, il devra en répondre. »

 

Raymond Bachand, lui, a dû répondre de ses attaques que plusieurs ont qualifiées de « coups bas ».

 

« C’est lui qui a lancé la première attaque, une attaque injuste et injustifiée, s’est défendu Raymond Bachand. Alors, j’ai seulement réagi. J’ai des émotions parfois. »

 

Bien qu’il soutienne qu’il n’ait rien avancé qui ne soit pas déjà connu du public, Raymond Bachand en a profité pour répéter son message : « Vous ne vous associez pas à quelqu’un pour partir une compagnie si vous ne le connaissez pas. C’est tout ce que j’ai à dire. »

 

Moreau, le modérateur

 

Pour sa part, Pierre Moreau a tenté de jouer les modérateurs, rappelant sèchement à l’ordre son collègue après le débat. « Raymond, je ne crois pas que ce soit le type de discussion que nous devrions avoir ici. » Il a tenté d’utiliser cela à son avantage : « Nous devrons tous travailler ensemble à partir du 18 mars. Si certains me voient comme un médiateur, c’est peut-être que je suis le gars qui correspond à l’emploi. »

 

Rappelons toutefois que lui-même avait évoqué les possibles squelettes dans le placard de Philippe Couillard en raison de son amitié avec le docteur Porter, lors d’une entrevue avec Le Devoir en décembre dernier.

 

C’est la deuxième fois que Raymond Bachand attaque Philippe Couillard depuis le début de la course. En novembre dernier, il l’avait accusé, sur les ondes de TVA, d’avoir essayé, de « presque faire un putsch ». Philippe Couillard avait exigé des excuses, ce que Raymond Bachand avait refusé de faire, mais les deux hommes avaient convenu qu’il fallait rehausser le niveau des débats et avaient fait la paix publiquement. Il reste deux débats d’ici le vote de mars, dont un à Gatineau dimanche, et un dernier à Rimouski la semaine prochaine.

À voir en vidéo