Le PLQ ne veut pas de Lino Zambito

Après avoir éclaboussé le PLQ et l’ex-ministre Nathalie Normandeau à la commission Charbonneau, Lino Zambito a déposé une demande d’adhésion pour devenir membre du parti le 19 janvier dernier.


Son but ? Il voulait assister au deuxième débat des candidats dans la course à la chefferie du Parti libéral, qui portait sur l’intégrité et la gouvernance. « J’avais des questions à poser aux candidats, je voulais voir c’était quoi leurs intentions, ce qu’ils voulaient changer dans leurs façons de faire à la suite des révélations de la commission Charbonneau », explique Lino Zambito en entrevue au Devoir vendredi, à la suite de révélations de Radio-Canada sur le refus de sa candidature au PLQ.


Il faut, selon lui, faire le « ménage », car « beaucoup d’organisateurs de l’ancienne gang sont encore là ».


N’ayant toujours pas reçu sa carte de membre, c’est finalement à la télévision qu’il a regardé le débat de dimanche. « Impressionné ? À date, non. Ils [les candidats] parlent d’intégrité pour tenter de plaire à l’auditoire, mais ils ne vont pas dans le fond du problème avec de vraies solutions. C’est de la poussière pour être à la mode, parce que c’est à la mode de parler d’intégrité. »

 

Résolution unanime


Dans les jours qui ont suivi, Lino Zambito a reçu une lettre officielle du Parti libéral, l’informant que son adhésion au parti n’était pas souhaitée. « La présente fait suite à la réception de votre demande d’adhésion à titre de membre du Parti libéral du Québec, peut-on lire sur la missive datée du 22 janvier. Celle-ci étant soumise à une période de ballottage de 20 jours, elle a été portée à l’attention du comité exécutif qui, lors d’une rencontre tenue ce jour, a unanimement résolu, en conformité avec la constitution et le règlement du Parti libéral du Québec, de refuser votre demande d’adhésion. »


En entrevue, le directeur des communications du PLQ, Michel Rochette, a convenu que la candidature de Lino Zambito était « un peu exceptionnelle ». Il affirme que « sa compréhension de la politique » ne correspond pas à celle du parti et des militants.


« Pendant des années, au niveau municipal et même provincial, il a tenté d’utiliser le monde politique à ses fins personnelles, pour s’enrichir. Ce sont des choses qui nous ont interpellés et qu’on ne peut pas accepter comme parti politique. » Le parti a remboursé les 5 $ que Lino Zambito avait déboursés pour obtenir sa carte de membre.


Pour Lino Zambito, ce ne fut pas une grande surprise. « C’est correct, c’est leur choix, c’est leur prérogative de le faire. Mais si on prend cette façon de faire de filtrer au Parti libéral, je pense qu’il serait de premier intérêt de faire le ménage auprès de membres actifs aussi. »

À voir en vidéo