Déblocage à l’île d’Orléans

La MRC de L’Île-d’Orléans a convaincu le ministère de la Culture d’investir sur l’île 600 000 $ sur trois ans plutôt que les 900 000 $ prévus. L’argent sert à subventionner les propriétaires de maisons anciennes pour qu’ils en préservent le cachet. Avant que le programme soit bloqué en 2011, certains pouvaient se faire rembourser jusqu’à 40 % des travaux sur leur toiture ou leurs fenêtres.

Or le programme prévoit que les villes participantes ajoutent à la cagnotte l’équivalent de 50 % de la mise du ministère. Les demandes étant nombreuses sur l’île, le préfet Jean-Pierre Turcotte estime que c’est trop par rapport à sa capacité de payer. « Le ministère était prêt à en mettre autant qu’avant. C’est nous autres qui n’étions pas d’accord », soutient-il.

Des deux côtés, on s’attend à signer une entente d’ici quelques semaines. Au cabinet du ministre de la Culture, Maka Kotto, on dit avoir trouvé « un modèle qui respecte la capacité de payer de la MRC ».

La signature de l’entente et le redémarrage du programme sont attendus avec impatience par un collectif de résidants qui ont réalisé des travaux pendant que le programme était gelé. C’est le cas de Louise Fillion, qui a déboursé 40 000 $ pour refaire la toiture de sa maison centenaire.

Depuis quelques mois, le groupe dont elle est la porte-parole multiplie les démarches pour faire débloquer le dossier. Or, selon le préfet, seuls les nouveaux projets seraient soutenus après la signature de l’entente. Mercredi, elle n’arrivait pas à le croire. « Ça va être la déception totale », a-t-elle dit.

À voir en vidéo