Pont Champlain - Train léger: Québec compte sur l’aide du fédéral

Nicolas Girard
Photo: La Presse canadienne (photo) Jacques Boissinot Nicolas Girard

Pressé par Ottawa de soumettre avant juin la solution privilégiée en matière de transport en commun pour le futur pont, Québec a examiné trois scénarios. Celui du système léger sur rail (SLR) serait le plus prometteur en matière d’efficacité et de confort pour les passagers, selon les mises à jour des études datant de 2007. Lors d’une rencontre de travail du Bureau des partenaires du pont Champlain vendredi dernier, le ministre québécois des Transports, Sylvain Gaudreault, a indiqué que cet enjeu était une priorité du gouvernement, rapportait lundi La Presse.


S’il est efficace, le SLR est également coûteux, constate l’Agence métropolitaine de Montréal (AMT) qui évalue à une somme de 1,4 à 2 milliards les investissements nécessaires.

 

Des précédents


Le nouveau p.-d.g. de l’AMT, Nicolas Girard, estime qu’Ottawa devra apporter sa contribution. En décembre 2012, le gouvernement fédéral avait annoncé qu’il verserait 600 millions pour le projet de train léger de la ville d’Ottawa. Auparavant, il avait consenti une contribution de 450 millions pour le Canada Line de Vancouver.


« Il nous semble normal, compte tenu des précédents qu’il y a eu à Ottawa et à Vancouver, qu’il y ait une contribution fédérale à un projet aussi important dans la grande région métropolitaine pour le pont le plus achalandé au Canada », a soutenu M. Girard lors d’un entretien téléphonique lundi. Jusqu’à maintenant, le gouvernement fédéral s’est abstenu de tout engagement à cet effet, se bornant à dire que le péage prévu sur le pont servirait à payer la construction du pont selon un mode de partenariat public-privé.


À l’heure actuelle, ce sont les autobus qui font navette entre la Rive-Sud et Montréal, mais les possibilités de croissance sont limitées. « En pointe du matin, il y a un autobus toutes les 25 secondes qui circule sur la voie réservée, ce qui représente 22 000 déplacements le matin. Sur le pont Champlain, un déplacement sur deux se fait en transport collectif », a expliqué M. Girard.

 

De sept à huit stations


Le scénario examiné par l’AMT prévoit de sept à huit stations entre le secteur de la gare Centrale, à Montréal, et le Quartier Dix30, à Brossard. Le SLR passerait par le quartier Pointe-Saint-Charles pour s’engager dans l’axe des rues Wellington et Peel vers le quartier Bonaventure.


Le nouveau tracé du SLR sur le territoire montréalais devra être précisé, estime le maire du Sud-Ouest, Benoit Dorais : « Ça pourrait être une excellente idée, mais il faudra voir l’analyse plus fine du projet. L’important pour l’arrondissement du Sud-Ouest, c’est de trouver au plus vite une solution alternative aux 1700 autobus actuels. » La Ville de Montréal avait envisagé de faire rouler un tramway dans ce secteur, mais le projet ne figure plus dans ses priorités.


Pour sa part, Transports Canada a indiqué qu’il était « prématuré de parler des modes de péages ou de l’utilisation des fonds générés ».

À voir en vidéo