PLQ - Moreau veut un débat sur l'avenir des cégeps

Raymond Bachand s'est réjoui de voir ses deux adversaires «se rallier» à plusieurs des idées qu'il a mis de l'avant lors du débat des candidats à la chefferie du Parti libéral du Québec (PLQ), dimanche, mais ces derniers ont formulé quelques suggestions qui risquent de ne pas faire l'unanimité chez les militants.


 
Comme l'a déjà fait le chef de la Coalition avenir Québec avant lui, Pierre Moreau a remis en question la pertinence du réseau collégial québécois. Il a également suggéré de revoir la grille de sélection des immigrants afin de ne plus forcément accorder plus de points à ceux qui maîtrisent le français.
 
De son côté, Philippe Couillard — qui a plutôt fait valoir que les cégeps avaient été un outil formidable pour la scolarisation au Québec — a proposé de faire adopter, au sein du Parti libéral du Québec, un code d'éthique.
 
Échanges cordiaux

La première joute oratoire a donné lieu à des échanges cordiaux entre les trois aspirants, qui étaient invités à débattre sur les thèmes de l'éducation, de l'immigration et au sujet la crise de confiance qui ébranle la formation politique depuis plusieurs mois.
 
Sur la question de la crise étudiante, Philippe Couillard a été le seul à remettre en question l'adoption de la loi 12, qui encadrait les manifestations qui ont secoué le Québec au printemps dernier. Il s'agissait, selon lui, d'une mesure «superflue».
 
Le premier des cinq débats se déroulait au Collège de Maisonneuve, dont les couloirs étaient tapissés d'affiches de l'Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSÉ) appelant au boycott du Sommet sur l'éducation mis sur pied par le gouvernement Marois.
 
Peu avant le débat, l'ex-ministre des Finances Raymond Bachand avait assuré que le ton resterait cordial entre lui et ses deux adversaires, Philippe Couillard et Pierre Moreau — il fait valoir qu'il préférait de loin garder les flèches pour en découdre avec la première ministre Pauline Marois et le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault.
 
Le débat de dimanche se déroulait sous le thème «Comment mieux préparer notre relève». Les quatre autres, dont un en anglais, se tiendront au cours des trois prochaines semaines.
 
Avant dimanche, la course au leadership s'était limitée à des assemblées de militants et à des rencontres régionales. Le congrès à la chefferie se déroulera le 17 mars.

LE COURRIER DE LA COLLINE

Chaque jeudi, l'équipe du Devoir à Québec résume l'essentiel de la semaine parlementaire. Retrouvez aussi la note de Michel David, notre chroniqueur politique. Inscrivez-vous, c'est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

9 commentaires
  • France Marcotte - Inscrite 13 janvier 2013 15 h 59

    Moi je veux un débat sur l'avenir du Québec

    Pleutres!

    Triple-pleutres!

    • France Marcotte - Inscrite 13 janvier 2013 18 h 48

      Hum... triple pleutre, je crois que ça ira.

  • Jacques Boulanger - Inscrit 13 janvier 2013 16 h 30

    Échanges cordiaux

    Je parierais que les trois, économie oblige, partagent le même « spin doctor ». Mais, a mon sens, c'est une erreur. Ils devraient plutôt embaucher un dramaturge, question de mettre un peu de piquant dans leurs ébats.

  • Mario Beauchemin - Abonné 13 janvier 2013 17 h 16

    Pas encore une remise en question du réseau collégial!

    Le Québec exerce une domination absolue sur le paysage canadien en matière d’obtention de diplômes postsecondaires, puisque, grâce principalement aux cégeps, 85 % des jeunes diplômés du secondaire poursuivent des études à ce niveau au Québec. En outre, 70 % des jeunes Québécoises et Québécois de 25 à 29 ans ont acquis un diplôme collégial ou universitaire. Au collégial uniquement, le Québec arrive au premier rang des provinces canadiennes, y compris dans le secteur technique. L’obtention d’un diplôme collégial augmente de 15 % le taux d’emploi de ces jeunes et de 11 % leur rémunération par rapport à celle des diplômés du secondaire. « La très forte concentration de la population québécoise détenant un diplôme collégial contribue significativement à réduire les inégalités sociales parce qu’elle favorise l’expansion de la classe moyenne », écrivait l'économiste Pierre Fortin en 2004, dans le cadre, et bien oui!, du forum sur l'avenir de l'enseignement collégial crée par son collègue Pierre Read!

  • Lydia Anfossi - Inscrite 13 janvier 2013 17 h 51

    Quand ça va bien...

    Remettre en question la pertinence du réseau collégial!!??? C'est ce qui fonctionne le mieux, le réseau collégial au Québec! Au lieu de reconnaître ce que font les Québécois d'original et de créateur , on veut faire comme les autres? Les AMARICAINS? La création du réseau collégial a été un coup de génie pour la démocratisation de l'enseignement supérieur , sa pertinence n'est plus à prouver, regarder la pédagogie, l'innovation et la recherche des collèges et vous verrez que nous n'avons rien à envier aux autres pays!!! Valoriser le réseau collégial serait plus pertinent!!!

  • Gilles Théberge - Abonné 13 janvier 2013 17 h 56

    Comme ils se ressemblent....

    ainsi donc «Comme l'a déjà fait le chef de la Coalition avenir Québec avant lui. Il a également suggéré de revoir la grille de sélection des immigrants afin de ne plus forcément accorder plus de points à ceux qui maîtrisent le français. Pierre Moreau a remis en question la pertinence du réseau collégial québécois.». Of course Pierre, of course. Voulez-vous ben me dire pourquoi on avait pas pensé à ça avant?

    C'est fous comme les caqueteux et les libéreux se ressemblent de plus en plus. Et on dirait que toute leur créativité consiste à trouver des façon de déconstruire les Institutions québécoises, et à nier fondamentalement ce que nous sommes.

    J'en suis presque à souhaiter que Legault à moins que ce ne soit Moreau, prenne le pouvoir. Ils vont créer un tel «bordel» qu'après ça le peuple va devoir se réveiller et les virer une fois pour toutes...

    Quant à Bachand il prendra sa retraite, et Couillard retournera dans les Émirats, enf aisant un crochet par les Bahamas faire un coucou à son «chum» Porter.

    Que c'est donc ennuyant cette coursette...