Les ambulanciers s'entendent avec Québec

Sans contrat de travail depuis 2010, les ambulanciers en grève menaçaient d'accroître les moyens de pression à défaut d'un déblocage dans les pourparlers.
Photo: François Pesant - Le Devoir Sans contrat de travail depuis 2010, les ambulanciers en grève menaçaient d'accroître les moyens de pression à défaut d'un déblocage dans les pourparlers.

Québec — Québec et les ambulanciers ont conclu une entente de principe vendredi après trois jours de négociations intensives à Québec.

L'entente «respecte les objectifs» que s'était fixés la partie syndicale, a confié une représentante de la CSN vendredi en fin d'après-midi, sans donner plus de détails.

En grève depuis le 24 décembre, les 2500 ambulanciers syndiqués membres de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN) exigeaient une bonification de leur régime de retraite. Ils réclamaient aussi la réduction d'un certain nombre d'échelons salariaux inférieurs.

L'entente de principe avec les représentants du gouvernement sera soumise dans les prochains jours aux instances pour approbation par les syndiqués.

Sans contrat de travail depuis 2010, les ambulanciers en grève menaçaient d'accroître les moyens de pression à défaut d'un déblocage dans les pourparlers.

Les quelques dizaines d'ambulanciers qui prenaient part à une manifestation vendredi à Québec affichaient un optimisme prudent sur la possibilité d'en arriver à une entente avant la fin de semaine.

De leur côté, les 1700 ambulanciers syndiqués à la FTQ ont aussi conclu une entente de principe avec le gouvernement et les employeurs.

Fait à noter, les ambulanciers syndiqués à la FTQ n'exerçaient pas de moyens de pression, contrairement à ceux de la CSN.

Ils avaient débrayé légalement durant trois semaines, au mois d'août dernier. Ils avaient conclu une entente de principe avec la partie patronale, mais cette entente avait été rejetée par les membres.

Ils avaient donc cessé les moyens de pression, puisque les négociations avaient repris et de façon soutenue. «Nous, depuis le 24 décembre, on n'a jamais arrêté les discussions. On en a eues le 24 décembre très tard; on en a eues d'autres le 27, 28 et 29 décembre et toute la semaine», a relaté en entrevue Benoit Cowel, président de la Fraternité des travailleurs du préhospitalier, section locale 592.

Il estime avoir réalisé des gains sur le régime de retraite, les heures supplémentaires et le nombre d'échelons de l'échelle salariale, qui passera de 16 à 14 d'ici deux ans.

Bien qu'il ne s'agisse pas de la première entente de principe à être soumise aux membres, M. Cowel se montre optimiste. «On est très confiant, parce qu'on a atteint nos objectifs.»

L'entente de principe devrait être soumise aux membres d'ici «deux à trois semaines», selon M. Cowel.

Les 1700 paramédics affiliés à la FTQ travaillent dans Lanaudière, en Montérégie, en Gaspésie, Charlevoix, Abitibi, dans le Centre-du-Québec et à Trois-Rivières.

LE COURRIER DE LA COLLINE

Nouvelle infolettre

Chaque jeudi, l'équipe du Devoir à Québec résume l'essentiel de la semaine parlementaire. Retrouvez aussi la note de Michel David, notre chroniqueur politique. Inscrivez-vous, c'est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.