Bachand et Couillard réagissent mal à la sortie de Moreau

Québec — La sortie de Pierre Moreau sur l’éthique de Raymond Bachand et de Philippe Couillard a été mal reçue par ces deux candidats à la chefferie du Parti libéral du Québec.


L’attaché de presse de Philippe Couillard, Harold Fortin, a indiqué jeudi que son candidat avait choisi de mener une campagne portant sur les idées plutôt que sur les personnes. « C’est le style politique de M. Couillard », a-t-il livré au Devoir.


« Depuis le début, on parle à des militants, on lance des idées. On le fait d’une manière positive. On ne parle pas des autres candidats à la chefferie », a-t-il fait valoir.


Dans le camp de Raymond Bachand, on cachait mal sa mauvaise humeur. Mais le candidat a décidé de ne pas répliquer.


Dans une entrevue accordée au Devoir, Pierre Moreau estime que sur le plan de l’éthique, tant Philippe Couillard que Raymond Bachand présentent des « aspérités » dont les adversaires politiques feront leurs « choux gras ». Ainsi, les liens d’amitié et d’affaires de Philippe Couillard avec l’ex-patron déchu du Centre universitaire de santé McGill (CUSM), le Dr Arthur Porter, ainsi que l’emploi qu’il s’est négocié alors qu’il était toujours ministre peuvent soulever des doutes. Pour Raymond Bachand, ce sont les relations qu’il a entretenues avec Tony Accurso à titre de président-directeur général du Fonds de solidarité des travailleurs du Québec (FTQ) qui peuvent refaire surface, selon lui.


Les trois candidats auront l’occasion de s’affronter face à face lors des cinq débats; le PLQ a dévoilé jeudi les dates et les thèmes. Le premier débat portera sur l’éducation et aura lieu le 13 janvier à Montréal. Puis, une semaine plus tard se tiendra à Québec un débat sur les questions de gouvernance, d’éthique et de fédéralisme. À Gatineau, le 27 janvier, se déroulera un débat sur la santé et les missions sociales de l’État tandis que le 2 février à Rimouski, les candidats échangeront sur l’économie. En outre, un débat en anglais est prévu le 26 janvier à Montréal.

11 commentaires
  • Donald Bordeleau - Abonné 21 décembre 2012 01 h 57

    Pas de leçons à donner en fait d'éthique

    Lors de la campagne électorale de Pierre Moreau en 2008, son organisateur dans sa circonscription de Châteauguay, Daniel Rochette, était aussi dirigeant de la firme de génie-conseil Genivar, a appris La Presse. La firme Genivar nous a confirmé que, jusqu'en mai 2010, Daniel Rochette a été adjoint au président de la division des infrastructures municipales.
    Daniel Rochette dit «C'est certain que ça a créé tout un réseau de contacts. Ça donne des entrées et c'est plus facile, par exemple, d'inviter des politiciens pour des levées de fonds.»

  • Pierre Lefebvre - Inscrit 21 décembre 2012 05 h 56

    Le passé garant...

    Peut-on croire que maintenant que John James est parti ces trois poulins vont avoir le champs libre d'exprimer ce qu'ils ont retenu toutes ces années malgré leur convictions profondes personnelles ? Que tout ce qu'ils ont dit et fait l'a été sous pression du Cheuf ? Qu'ils sont maintenant sur leur chemin de Damas et que la Lumière les frappe enfin ? Que maintenant qu'ils sont libéré du grand méchant loup ils peuvent enfin nous dire la Vérité ? Qu'à partir de maintenant nous pouvons, non devons, les croire ?

    Puis-je me garder un tout petit doute ? Ou allons-nous encore voter pour le meilleur menteur ?

    Une chance que c'est la fin du monde à soir !

  • Jean Lapointe - Abonné 21 décembre 2012 09 h 28

    Quelles idées?

    «L’attaché de presse de Philippe Couillard, Harold Fortin, a indiqué jeudi que son candidat avait choisi de mener une campagne portant sur les idées plutôt que sur les personnes. « C’est le style politique de M. Couillard », a-t-il livré au Devoir.

    Ce n'est pas quelques idées décousues et déconnectées de la réalité sur le libéralisme dont on a pu prendre connaissance dans Le Devoir récemment qui vont me convaincre que la campagne de monsieur Couillard porte davantage « sur les idées » que sur les personnes.

    On dirait que Philippe Couillard essaye de nous faire croire qu'il a une pensée politique mais, si c'est le cas, on ne peut pas dire que jusqu'à maintenant il s'est beaucoup employé à nous le démontrer.

    C'est plutôt je pense une tentative de sa part de nous faire oublier son passé, lequel présente de nombreuses zones d'ombre.

  • Michel Gagnon - Inscrit 21 décembre 2012 12 h 14

    Gorges chaudes!

    Dire que les Libéraux se plaisent à faire les gorges chaudes lorsque de tels incidents se produisent au PQ. Ils sont bien tranquilles ces jours-ci.
    Pierre Moreau nous montre bien, d'ailleurs, le genre de politicien qu'il est... une sorte de petit Jean-Marc Fournier politicailleur. Par contre, les réactions de Messieurs Couillard et Bachand sont bien drôles. En fait, ils seraient bien embêtés de répondre aux accusations de M. Moreau. Pour ce qui est des «idées» de M. Couillard, je partage entièrement l'opinion de M. Jean Lapointe ci-haut.

  • Jean-Marie Francoeur - Inscrit 21 décembre 2012 13 h 35

    Pas de pardon

    À cause de Couillard, le nouveau CHUM n'existe toujours pas. Sa décision de l'implanter sur St-Denis, où l'on devait RÉNOVER, souvenez-vous, l'hôpital St-Luc, a été muée en démolition pour raisons "économiques". Quelle farce ! Si on avait implanté le CHUM dans Rosement tel que prévu, il serait ouvert depuis 2008. Monsieur agit comme agissent tous les libéraux : Qui s'assemble se ressemble". Il n'est pas digne de confiance. Qu'il retourne faire fortune en Arabie Saoudite, où il était payé au bas mot, 1 million par année, il y a de cela 9 ans, au grand scandale de ses confrères québécois qui sont restés ici pour faire face à la musique.

    • Sylvain Auclair - Abonné 21 décembre 2012 14 h 35

      Dans un comté péquiste? Pas question!