Le PQ veut faire voter les jeunes à l’école même

Québec – Le gouvernement Marois propose un nouveau projet de loi visant à permettre aux jeunes de voter dans les établissements collégiaux et universitaires. Pour Léo Bureau-Blouin, une telle disposition permettrait de faire du « raccrochage » auprès des jeunes « décrocheurs démocratiques ».

« Le taux de participation des jeunes aux différentes élections a chuté de manière importante à travers le temps : alors que 64 % des 18-24 ans se prévalaient de leur droit de vote au milieu des années 80, ils ont été moins de 36 % à le faire en 2008 », a précisé le jeune adjoint parlementaire de la première ministre, en point de presse vendredi.


Bien que le taux de participation des jeunes aux dernières élections n’ait pas encore été comptabilisé et qu’il soit pour l’instant impossible de quantifier l’impact d’une telle mesure sur les prochaines élections, le gouvernement croit que son projet de loi 13 a une incidence sur le vote. « Ça envoie un signal fort à l’ensemble de la société québécoise qu’on souhaite favoriser des taux de participation forts aux prochaines élections », a ajouté Léo Bureau-Blouin.


Le projet de loi sera discuté au comité consultatif du Directeur général des élections à la prochaine session parlementaire. Il devrait être adopté par la suite puisqu’il bénéficie, pour l’instant du moins, de l’appui de la CAQ et de Québec solidaire, ce qui donnerait au gouvernement la majorité nécessaire.


« L’espoir que nous avons, c’est que tous les partis politiques, y compris et surtout le Parti libéral, l’appuieront. Je dis “surtout” parce qu’effectivement, par le passé, ils étaient contre », a soutenu le ministre des Institutions démocratiques, Bernard Drainville.


Rappelons que le PLQ s’était opposé, l’été dernier, à la proposition du DGE d’implanter des bureaux de scrutin dans les cégeps et les universités, comme demandé par les associations étudiantes. Maintenant que l’élection sur fond de crise étudiante est passée, on peut s’attendre à ce qu’il reconsidère sa position.


Le gouvernement « souhaite et demande aux administrations collégiales et universitaires d’offrir gratuitement au Directeur général des élections l’accès à l’établissement », a précisé Bernard Drainville. Le projet de loi, tel que proposé, devrait toucher une centaine d’établissements.

4 commentaires
  • - Inscrit 1 décembre 2012 14 h 26

    Le vote en institution collégiales et universitaire.

    C'est le temps de voir si les libéraux et les caquistes ont peur des jeunes!

  • Benoit Toupin - Abonné 1 décembre 2012 19 h 20

    Enfin

    C'était si simple et si évident... Tout ce qui peut favoriser la participation aux scrutins à venir doit être fait.

  • Marie-France Legault - Inscrit 2 décembre 2012 10 h 24

    Il n'est pas question de peur...

    des jeunes, mais de réalisme...Les jeunes sont-ils suffisamment politisés ou sont-ils assez "matures" pour détecter les manipulateurs, les profiteurs de la démocratie? qui leur promettent "mers et mondes" tout en sachant que c'est impossible dans la vraie vie. Ex: la gratuité "mur à mur" dans l'Éducation.

    La "gratuité" est un mythe entretenu par des politiciens québécois. C'est leur "trade mark"...Qui va payer? ça c'est le dernier de leur souci.
    Dans la vraie vie, tout se paye par les citoyens.

    Quand vous achetez il y a la TVQ et la TPS...tout est taxé`cinéma, théâtre, pneus d'hiver etc...
    Alors qu'on arrête de me parler de la mythologie de la gratuité...je ne suis pas une valise...

    • Roxane Bertrand - Abonnée 3 décembre 2012 15 h 07

      Pour ce qui est de prétendre qu'un groupe de citoyen est plus sage qu'un autre pour voter, c'est ....... trop du déjà vu!

      On pourrait dire que les hommes sont plus objectif que les femmes, les universitaire plus instruits, les vieux plus sages, les riches plus réalistes.... ainsi sélectionner ceux qui méritent de voter, les autres étant pas assez ... des gens dont l'opinion est adéquate.

      Oui, dans la vie il n'y a rien de gratuit. La gratuité scolaire est un investissement sociétaire dans le but d'un rendement futur. C'est un choix sociétaire! Ça se défend autant que d'investir dans des routes pour des minières chinoises.