Réunions au 357C: «Une façon de rester proche des préoccupations des gens», selon Line Beauchamp

Line Beauchamp a indiqué ne pas avoir été invitée à témoigner à la commission Charbonneau, mais qu’elle serait prête à le faire si on le lui demande.
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Line Beauchamp a indiqué ne pas avoir été invitée à témoigner à la commission Charbonneau, mais qu’elle serait prête à le faire si on le lui demande.

L’ancienne vice-première ministre libérale, Line Beauchamp, a indiqué mercredi que c’est à son initiative qu’ont eu lieu les deux rencontres tenues en 2007 au club privé 357C et auxquelles auraient participé l’entrepreneur Paolo Catania, Rosaire Sauriol, de la firme Dessau et l’ex-président du comité exécutif de la Ville de Montréal, Frank Zampino.

«Lesdites rencontres avec des représentants de la Ville de Montréal et des intervenants économiques ont été tenues à ma demande alors que j’étais ministre de la Culture, responsable de la région de Montréal puis ministre de l’Environnement», a expliqué l’ex-ministre par voie de communiqué, mercredi.

Mme Beauchamp affirme que dans le cadre de ses mandats de ministre et de députée, elle avait l’habitude de solliciter des rencontres avec des élus et des représentants des milieux économique, culturel et communautaire. «C’était pour moi une façon de rester proche des préoccupations des gens et d’éviter de me faire reprocher d’être enfermée dans une tour d’ivoire au sein de mes ministères», a-t-elle indiqué.

Le 26 février 2007, Mme Beauchamp et son ex-conjoint Pierre Bibeau, (ancien organisateur et collecteur de fonds pour le parti libéral du Québec) étaient les invités de Rosaire Sauriol, de la firme Dessau, au club 357C du Vieux-Montréal, a-t-on appris mercredi matin lors du témoignage du policier Érick Roy devant la commission Charbonneau. À cette rencontre participaient sept autres personnes parmi lesquelles Frank Zampino, Frank Minicucci (du groupe Mindev et bras droit de Tony Accurso) et Pierre Lavallée (président de la firme BPR).

Line Beauchamp a participé à une autre rencontre le 18 mai 2007 au 357C en présence des mêmes personnes. Mais elle affirme n’avoir rien à se reprocher. «Lors de ces deux rencontres au 357C, les discussions ont été d’ordre général sur la performance économique du Québec et de Montréal, soutient Mme Beauchamp. Quand je me reporte en 2007, je n’avais aucun indice qui m’aurait amenée à conclure que je ne devais pas être à l’écoute du président du comité exécutif de la Ville de Montréal et de dirigeants d’entreprises québécoises.»

En entrevue à Benoît Dutrizac, au 98,5 FM, mercredi midi, Mme Beauchamp a déploré que sa présence au club 357C à deux reprises puisse laisser planer des doutes sur son intégrité. «Ça crée beaucoup d’associations et on dirait que ça crée des coupables par association», a-t-elle dit à l’animateur.

Elle a indiqué ne pas avoir été invitée à témoigner à la commission Charbonneau, mais qu’elle serait prête à le faire si on le lui demande.

Le policier Érick Roy a également révélé que l’ex-député libéral de Lafontaine et adjoint parlementaire du premier ministre, Tony Tomassi, avait lui aussi été invité au chic club 357C. Dans son cas, c’est Paolo Catania qui l’a reçu le 4 février 2008.   
40 commentaires
  • Robert Devault - Inscrit 28 novembre 2012 15 h 23

    Proche des préoccupations des.....

    Analyser la composition de cette table.En voyant chacun des noms,il est tellement évident que ce sont tous des gens soucieux au plus haut point des préoccupations des gens !
    Wow ! Celle-là va surement demeurée dans les annales.
    Comme le disent nos voisins: Come on !
    J'dis ça d'mêmeé

    • Gaston Meilleur - Abonné 28 novembre 2012 16 h 41

      Mais est-ce la faute des députés ou la règle du PM qui demandait 100,000$ de financement de ces derniers... Un manque de jugement des députés...

  • Yves Claudé - Inscrit 28 novembre 2012 15 h 28

    Line Beauchamp défend son intégrité … le citoyen affiche son scepticisme !

    Comme dans le cas de ses déclarations faisant suite à sa démission en tant que ministre de l’éducation, les dénégations et mises au points effectuées par Madame Line Beauchamp relativement à sa présence répétée au “club privé 357C”, cela ne peut manquer de susciter malgré tout de très légitimes interrogations.

    Alors que Madame Line Beauchamp défend son intégrité avec la dernière énergie … le citoyen est par ailleurs en droit d’afficher son scepticisme !

    N’y aurait-il aucune raison pour laquelle le gouvernement Charest et ses ministres se sont obstinés à refuser une Commission d’enquête ?

    Se pourrait-il que le financement du PLQ nous mène, comme celui de certains partis municipaux, vers l’«industrie de la corruption» … pour reprendre le savoureux lapsus de Monsieur Jean Charest ?

    Yves Claudé

    • Yves Claudé - Inscrit 29 novembre 2012 06 h 51

      Les véritables raisons d’une démission ?

      Les explications préformatées de Madame Beauchamp, la main sur le cœur, peinent à passer pour autre chose qu’une posture stratégique.

      N’est-on pas en présence des véritables motifs de la démission de Madame Beauchamp en tant que ministre de l’éducation ?

      Yves Claudé

  • Stanislas Vézina - Inscrit 28 novembre 2012 15 h 43

    Naiveté ou manque de jugement

    Je pense qu'occuper un poste ministre se doit d'éviter de se placer dans une situation mettant en doute son intégrité. Je ne pense pas non plus que la population québécoise croit sa version qui est très inférieure à celle d'une ministre.

    • Fernand Lachaine - Inscrit 28 novembre 2012 20 h 41

      Elle semble aimer la présence d'italiens dans ses sorties hors de sa tour d'ivoire de Québec comme au 357C ET aussi à un petit déjeuner dans un resto italien (dont j'oublie le nom) à Laval.

  • François Lauzon - Inscrit 28 novembre 2012 16 h 05

    Préoccupation$$

    Rester proche des préoccupations de la clique qui se remplit les poches à nos dépens.

  • Gilles Théberge - Abonné 28 novembre 2012 16 h 19

    C'est intéressant

    Madame dit que ces réunions étaient une façon de se rapprocher des gens. For bien. J'aimerais qu'elle nous donne la liste des forums citoyens qu'elle a organisé dans son comté notamment rien que dans le but de pse rapprocher des gens.

    Dont ceux qui votaient pour elle au premier titre. Et pour convaincre les autres qu'elle était la députée de tous et de toutes, et pas seulement celle des entrepreneurs en construction et autres ingénieurs conseil.

    Elle voit vraiment une pognée dans le dos des gens je pense.