Hydro-Québec, Loto-Québec et la SAQ devront apporter leur contribution

Québec – Pour atteindre l’équilibre budgétaire, le gouvernement abolit 2000 postes à Hydro-Québec et demande à Loto-Québec de faire le plein de nouveaux joueurs.


Au total, trois sociétés d’État sont invitées à générer 290 millions de dollars en revenus supplémentaires à partir de l’an prochain. Ces sommes seront affectées au « retour à l’équilibre budgétaire » et à « son maintien ».


Hydro-Québec est de loin la société d’État qui est la plus sollicitée. À elle seule, elle doit aller chercher 225 millions principalement dans une réduction par attrition de 2000 postes. Pendant la campagne, la Coalition avenir Québec (CAQ) avait recommandé qu’on en élimine deux fois plus. Actuellement, 22 500 personnes y travaillent.


Le gouvernement dit réagir ainsi à la baisse des dividendes de la société d’État, qui ont chuté de 225 millions en raison de la baisse des tarifs d’électricité. « Cette baisse serait également observée au cours des années suivantes », précise le plan budgétaire. Le gouvernement assure que ces contraintes ne doivent pas se traduire par des hausses de tarifs.


Plus de joueurs


Loto-Québec devra elle aussi générer plus de revenus (50 millions de dollars), mais en faisant le plein de clients. Le gouvernement note que la part des joueurs qui sortent du giron de Loto-Québec a augmenté ces dernières années. « Ça peut être le jeu sur Internet ou carrément le jeu illégal », a expliqué le ministre des Finances mardi.


Depuis 2002, la part de ces adeptes est passée de 17,1 % à 31,8 %, plaide-t-on. De son côté, Loto-Québec a vu sa part de marché passer de 82,9 % à 68,2 %.


Pour y arriver, Québec assouplit notamment les règles entourant l’emplacement des vidéo-pokers. Le nombre d’appareils en circulation n’augmentera pas (il reste à 12 000), mais le nombre de machines par exploitant pourra augmenter.


Le gouvernement justifie sa décision en soulignant que le pourcentage de joueurs pathologiques au Québec est inférieur à la moyenne canadienne.


L’an dernier, Loto-Québec a versé 1,2 milliard à l’État québécois, mais le gouvernement souligne que cette somme s’élevait à 1,5 milliard en 2005-2006.


Les demandes à l’endroit de la Société des alcools du Québec (SAQ) sont plus vagues. Pour 2013-2014, on attend de la SAQ qu’elle génère 15 millions de plus, principalement en améliorant sa performance. Aux Finances, on explique que la SAQ a déjà diminué ses dépenses depuis 2005 et on table sur la poursuite de ces efforts.


Par ailleurs, le gouvernement serre la vis aux sociétés d’État. Dans son discours, le ministre a annoncé que le vérificateur général du Québec pourra « désormais effectuer une vérification d’optimisation des ressources dans les entreprises du gouvernement et leurs filiales ».