Les troupes de Marois survivent à un premier vote de confiance

Québec — Le gouvernement Marois a passé son premier test mercredi, alors qu’il a remporté le vote approuvant sa politique générale contenue dans le discours d’ouverture, un vote dont sa survie dépendait.

La motion a été approuvée par 47 élus péquistes, alors que 44 députés de l’opposition ont voté contre et que les deux élus de Québec solidaire, Françoise David et Amir Khadir, se sont abstenus de voter. Dix-huit des 50 députés libéraux brillaient par leur absence tandis que 7 des 19 élus caquistes avaient également filé à l’anglaise.


Le gouvernement péquiste a dû également affronter six motions de blâme, qui ne mettaient toutefois pas en cause la confiance à son endroit. Elles furent battues par un vote de 49 pour et 44 contre. Le chef de l’opposition officielle, Jean-Marc Fournier, reprochait au gouvernement son « incapacité à mettre fin à l’angoisse fiscale et économique », tandis que le chef caquiste, François Legault, dénonçait son « manque de rigueur et [ses] décisions dogmatiques ».


En après-midi, Québec solidaire a diffusé un premier communiqué pour annoncer qu’il voterait pour le discours d’ouverture, pour ensuite se dédire 20 minutes plus tard en indiquant qu’il s’abstiendrait de voter. En répondant à une question sur le projet de loi créant Pharma Québec, présenté mercredi par QS, le ministre de la Santé et des Services sociaux, Réjean Hébert, a traité les solidaires d’« extrémistes », ce qui « a beaucoup choqué M. Khadir et Mme David », a indiqué leur attaché de presse, Christian Dubois.

À voir en vidéo