Il y aura une commission parlementaire sur Gentilly-2

Québec déclenchera une commission parlementaire sur le déclassement de la centrale nucléaire Gentilly-2. Bien qu’elle répète qu’il n’est pas question de revenir sur sa décision de fermer la centrale, la ministre des Ressources naturelles, Martine Ouellet, souhaite étudier les impacts de ce déclassement et du plan de diversification économique que son gouvernement propose. À cet effet, elle souhaite entendre Hydro-Québec, les Villes de Bécancour et de Trois-Rivières, de même que les acteurs socio-économiques et groupes environnementaux de la région lors de consultations particulières qui se tiendront les 29 et 30 janvier prochains. Les deux partis d’opposition, qui réclamaient une telle commission depuis le début de la session parlementaire, ont critiqué la lenteur du gouvernement à mettre sur pied la commission, mais ont néanmoins donné leur appui à la motion présentée à la période de questions mardi.

3 commentaires
  • Pierre Lefebvre - Inscrit 14 novembre 2012 06 h 28

    Meeting à Trois-Rivières

    Bon ça a l'air qu'ils n'ont pas compris. Alors invitons tout le monde du coin avec Claude Blanchard comme conférencier pour leur sortir sa phrase célèbre : « Y est 3 heure, on ferme !»
    Meeting terminé !

  • Georges Washington - Inscrit 14 novembre 2012 10 h 01

    Savent-ils compter?

    Moi j'aimerais bien que Martine Ouellet nous explique pourquoi Gentilly-2 à 8,3¢/kWh (coût de production) incluant la réfection et le démantèlement après la période d'opération de 30 ans et 9,4¢/kWh en incluant le profit de HQ, comment Gentilly-2 est considérée comme une perte financière pour le gouvernement alors que HQ achète de l'électricité à 11 et 12¢/kWh aux propriétaires de parcs éoliens sur une période de 25 ans, ce qui représente une perte récurrente d'au moins 1 milliard de dollars annuellement? Et en bout de ligne, les parcs éoliens ne peuvent être comptabilisés comme un actif pour HQ puisqu'ils n'appartiennent pas à la société d'Etat.

    Les parcs éoliens sont un moyen de siphonner l'argent de la société d'Etat vers des intérêts privés et constituent une sorte de privatisation de l'électricité au Québec. Pourtant, personne n'a rien à dire là-dessus au gouvernement.

    Est-ce qu'ils savent compter?

    • Pierre Lefebvre - Inscrit 17 novembre 2012 09 h 00

      Ça sert à quoi de t'acharner sur ta calculatrice pendant que t'es en train d'être empoisonné par les radiations ? Si les éoliennes privées ne font pas notre affaire, on arrête d'en acheter. C'est pas l'un ou l'autre. C'est pas comme si on avait pas d'autres choix !