Guerre de mots à la Santé

Le ministre de la Santé, Réjean Hébert
Photo: La Presse canadienne (photo) Jacques Boissinot Le ministre de la Santé, Réjean Hébert

« Incompétent total » et « théoricien ». Voilà les termes utilisés par le député libéral Yves Bolduc pour parler de son successeur comme ministre de la Santé, le Dr Réjean Hébert, qu’il accuse « d’attaquer directement les soins aux patients » en voulant retarder, sinon annuler des projets d’immobilisation. « Il est inacceptable que le ministre coupe directement dans les budgets des hôpitaux et retarde des investissements nécessaires dans un réseau qui en a grandement besoin », a déclaré mardi le Dr Bolduc, avant d’être sermonné par le président de l’Assemblée, qui réclame à raison un peu de respect et de dignité.

Selon le ministre de la Santé, les projets immobiliers dont il est question auraient été annoncés dans un contexte pré-électoral, « sans s’assurer au préalable que les budgets étaient au rendez-vous et que c’était inscrit au plan d’immobilisation ». Ces projets, qui représentent plusieurs milliards d’investissements dans les infrastructures jugées vétustes, ne seraient pas appuyés « par aucun dossier au niveau du ministère ». Le ministre Hébert se défend toutefois de vouloir couper dans les services et pénaliser les populations des régions touchées. Il parle plutôt d’une mise sur la glace, le temps que soit déposé le premier budget du gouvernement (le 20 novembre prochain), de connaître l’enveloppe d’immobilisation disponible, puis de « prioriser, avec les agences, les projets dans chacune des régions du Québec ». Cependant, « il n’y a pas de remise en question du projet du CHUM, ni de celui du Centre de santé universitaire de McGill ou de Sainte-Justine, déjà comptabilisés dans le plan quinquennal d’immobilisation », précise le Dr Hébert. « On parle d’autres projets, qui sont… plus en amont du processus », ajoute le ministre de la Santé, sans toutefois préciser lesquels, décevant les journalistes et s’attirant de nouveau les foudres du Dr Bolduc.


Le député libéral est revenu en effet à la charge en citant le cas du Centre hospitalier d’Alma, dont les dirigeants craignent que les travaux d’agrandissement de l’urgence en cours soient retardés, sinon reportés aux calendes grecques. « C’est une urgence qui a besoin d’être rénovée ! C’est une des urgences les plus fonctionnelles et une des meilleures au Québec, au niveau des temps d’attente, au niveau du volume, mais c’est une urgence qui a besoin d’être rénovée », plaide Yves Bolduc. Si le projet ne se concrétise pas, ce sera « l’hécatombe dans la région », s’indigne-t-il en exhibant à preuve un article publié par Le Quotidien. Sans vouloir contester la vétusté des lieux, non plus nier le besoin de nouveaux investissements, je ne peux m’empêcher de constater, une fois de plus, que l’hôpital d’Alma démontre que le bon fonctionnement de notre système de santé et sa capacité de répondre aux besoins de la population ne semblent pas dépendre de la qualité des infrastructures. Peut-être de celles des gestionnaires, des cliniciens, des professionnels… ?


Mais cette évidence ne semble pas sauter aux yeux des débatteurs qui poursuivent leurs échanges qui, me semble-t-il, tournent en rond (mais je suis ici pour rapporter, non commenter) l’un (Bolduc) qui attaque, accusateur, hargneux, irrespectueux aussi et doublement rappelé à l’ordre par le président de l’Assemblée ; l’autre (Hébert) prudent, posé, poli, mais aussi théoricien, pire, livresque ! Car « lorsque vous écoutez ces réponses-là, c’est des réponses de livres », nous informe Yves Bolduc, avant d’ajouter que Réjean Hébert va jusqu’à prendre des notes, comme un étudiant, lorsqu’il visite les établissements de santé ! J’en suis horrifiée, et aussi honteuse, car j’ai aussi cette mauvaise habitude d’écrire pour me souvenir, et aussi celle de consulter les livres, l’espoir (naïf peut-être) de découvrir dans les mots des autres une ou deux vérités qui m’auraient échappé. Peut-être suis-je, moi aussi, incompétente et théoricienne, ne puis-je m’empêcher de penser en jetant un oeil au crucifix, qui trône encore au-dessus de l’Assemblée, et qui a peut-être oublié, ce jour-là, d’inspirer nos élus qui ne parlent que d’argent, de budgets et d’infrastructures.


J’aurais aimé m’élever un peu plus haut avec eux… peut-être une autre fois !

16 commentaires
  • Pierre Lefebvre - Inscrit 14 novembre 2012 06 h 11

    Alma

    $10 millions pour un stationnement devant l'aggrandissement d'une aile de l'hôpital d'Alma ! Moi, je sort de ma retraite pis je m'en va dans le pavage, c'est payant pas pour rire ! M'en va en faire des parkings, pis les malades vont pouvoir stationner leurs autos en toutes quiétudes pendant qu'ils vont attendre pendant des jours assis sur une chaise droite dans une salle d'attente des fois que quelqu'un daigne prendre les présences avant qu'ils meurent ! Un ancien ministre de la santé, docteur en asphalte ! Je suis transporté !!!
    Question : y as-tu assez de chars à Alma pour remplir ce parking là ?

    • Paul Toutant - Abonné 14 novembre 2012 08 h 02

      Vous avez tout faux, monsieur Lefebvre: les patients vont attendre leur tour bien assis dans leur char, dans le beau parking neuf, o'u ils pourront aussi ecouter la radio, vu que lire des livres est mal vu par les notables. Si vous partez votre compagnie de pavage, je veux en faire partie!

    • Pierre Lefebvre - Inscrit 15 novembre 2012 04 h 10

      Va falloir aller s'enregistrer à l'AMF qui vont bientôt ouvrir les zones. Louisbourg est à vendre, ils ont les meilleurs employés, ce serait bon de ramasser ça avant les étrangés. C'est gros par exemple ! Peut-être s'arranger avec les autres contracteurs pour se le séparer en morceaux ?

  • François Dugal - Inscrit 14 novembre 2012 09 h 05

    «Ma première priorité»

    «Ma première priorité, c'est la santé», disait Jean Charest en 2003.
    C'était il y a neuf ans; ben coudonc ...

    • Cyr Guillaume - Inscrit 14 novembre 2012 14 h 59

      Oui coudonc, au salaire caché de 75000$ par année, aux nominations partisannes de juges aux postes-clés, à la corruption dans le mondre de la construction, de l'aide à son frère au niveau fédéral, du financement des écoles confessionelles irrespectueuses de nos lois, du financement au CUSM assimilateur de francophones, d'une hause de droits de scolarité radicale, et quoi d'autre déja? Ah oui j'oubliais le meilleur, la poursuite pour le petit montant de 700000$ et plus de Marc Bellemare, parce qu'il a osé être honnête, se tenir debout et dire la vérité devant tous.

    • Pierre Lefebvre - Inscrit 17 novembre 2012 08 h 52

      Il n'a pas menti. Mais il faut comprendre ce qu'il dit réellement .
      «Ma première priorité, c'est la santé»
      Voilà ! Pas les malades ! C'est clair.
      Les malades ? Connais pas !

  • Jean Lapointe - Abonné 14 novembre 2012 09 h 20

    La stratégie des Libéraux du PLQ.


    On dirait bien que les libéraux ont décidé d'adopter comme stratégie de faire passer les ministres du gouvernement Marois pour des incompétents.

    Il faut vraiment qu'ils soient à court d'arguments pour s'en prendre à eux de cette façon-là d'autant plus, qu'à leur place moi, j'aurais une petite gêne à sous-entendre qu'eux ils avaient de bien meilleurs ministres qu e les ministres actuels.

    Auraient-ils oublié par hasard les nombreuses manifestations du printemps?

    C'était par centaines de milliers que les Québécois ont manifesté contre eux.

    Ils ne pouvaient quand même pas tous avoir tort.

    Ils n'ont décidément pas tiré les leçons de leur échec.

    Il serait pourtant temps qu'ils le fassent s'ils veulent sincèrement retrouver un peu la confiance des Québécois.

    • Cyr Guillaume - Inscrit 14 novembre 2012 14 h 55

      Effectivement leur arrogance commune ne cessera donc jamais de m'étonner! Il faut croire qu'ils auront un très long séjour dans l'opposition, et je l'espère même dans la seconde opoosition si jamais ils décident de faire tomber le gouvernement de Mme Marois, avant le temps. Je n'aime pas vraiment la CAQ non plus, mais je les préfèrent en opposition que les libéraux arrogants et rancuniers. Et puis avec ce qu'on comprends sur l'industrie de la construction(corruption,etc), il ne me surprendrait guère d'apprendre plus tard que M.Bolduc tente de cacher quelque chose de suspect. Franchement ils n'ont plus aucune crédibilité pour les 10 ans à venir, au minimun ces libéraux!

    • Pierre Lefebvre - Inscrit 15 novembre 2012 04 h 16

      Et j'apprécierais que Legault ne calque pas trop la méthode haineuse et dénigrante enseignée pas John James à la chambre. C'est le défaut dans sa cuirasse, pas de personnalité !

  • Marie-M Vallée - Inscrite 14 novembre 2012 10 h 17

    Le néant

    Le député Bolduc et ses confrères et consoeurs libéraux sont comme les Surprenant, Leclerc, Vézina, Themens et autres à venir. Ils n'ont aucune conscience, aucune morale, aucune éthique. Rien ! Que le néant !

    Ne nous surprenons plus maintenant qu'ils aient été si silencieux au temps de John James. Ils adoraient tous le veau d'or. Et le veau d'or se trouvait, entre autres, dans un stationnement à l'hôpital d'Alma.

    En plus, nous pouvons constater que l'ancien ministre du veau d'or est un grossier personnage.

    • Pierre Lefebvre - Inscrit 15 novembre 2012 04 h 20

      Il a du se pratiquer des heures devant le mirroir à faire le mauvais. Pas eu l'air si brave quand le président l'a ramené à l'ordre !

  • Pierre Schneider - Inscrit 14 novembre 2012 10 h 24

    Déchirer sa chemise sur une hypothèse

    Un journal publie une nouvelle spéculative sur d'hypothétiques décisions du gouvernement et tout le monde est monté aux barricades mardi. Radio, télé, Assemblée nationale, on a pu entendre hurler la meute...tout cela sans savoir au juste quelles mesures entendait prendre le gouvernement.

    On ne pourrait pas respirer un peu par le nez plutôt que de faire dans la comedia del arte ?

    • Pierre Lefebvre - Inscrit 15 novembre 2012 04 h 29

      Les journalistes sont à l'affut de toutes polémiques. Ils sniffent du sang, cherchent la bête noire et deviennent aggressifs par le fait même. Ça fait trop longtemps qu'ils se font endormir par l'ancien gouvernement. Maintenant la meute est à l'hallalie. Ça va leur prendre un peu de temps pour se calmer et redevenir objectifs. C'est pas terminé encore.