Commission Charbonneau - Lisée doit être rappelé à l’ordre, selon Duchesneau

Québec — Par respect pour la commission Charbonneau, Jean-François Lisée doit être rappelé à l’ordre par Pauline Marois, a soutenu lundi le député de la Coalition avenir Québec (CAQ) Jacques Duchesneau.

Le porte-parole de la CAQ en matière de justice reproche au ministre des Relations internationales d’avoir souhaité publiquement que les procureurs du gouvernement intentent des poursuites contre l’ancien ingénieur Gilles Surprenant, témoin-vedette de la commission d’enquête sur la corruption.


M. Surprenant - qui profite de l’immunité offerte aux témoins - ne peut être poursuivi sur la base de son témoignage devant la Commission. Mais dans une entrevue télévisée, en fin de semaine, le ministre Lisée, faisant état de son indignation face aux révélations du témoin, a dit espérer que les procureurs puissent utiliser « d’autres preuves » contre lui.


Or, selon M. Duchesneau, la sortie du ministre Lisée constitue « le meilleur moyen » de décourager de nouveaux témoins de se manifester, surtout ceux qui ont « des choses à se reprocher ». « Quel message ça envoie à ceux qui s’apprêtent à venir témoigner ? On leur fait peur […] On n’est pas pour envoyer un message en disant : “si on est capable de vous prendre les culottes à terre, on va le faire et on va vous accuser”. Ça ne fait pas avancer le débat », a dit l’ancien chef de police en entrevue à La Presse canadienne.


Dans une lettre ouverte destinée aux journaux, le député de Saint-Jérôme affirme qu’il est « irresponsable et prématuré » d’évoquer des poursuites contre des témoins à ce stade-ci des procédures. « La Commission commence à peine ses travaux, et la décision de poursuivre des individus devra être prise quand tous les témoins auront été entendus », écrit M. Duchesneau.


« Sans la collaboration de ces témoins et des lanceurs d’alerte, il est presque impossible de démontrer la véracité des faits et des allégations qui circulent depuis des mois, incluant dans les rapports que j’ai préparés », poursuit M. Duchesneau, faisant allusion aux enquêtes qu’il a menées comme dirigeant de l’Unité anticollusion du ministère des Transports et aussi à titre personnel. « Jamais nous n’aurions pu porter un dur coup aux Hell’s Angels sans l’aide de criminels repentis qui, au risque de leur vie, sont venus témoigner contre leurs anciens frères d’armes. C’est le prix à payer pour démanteler les réseaux et livrer les grands criminels à la justice », rappelle-t-il dans sa lettre.


L’intérêt public, selon M. Duchesneau, commande par conséquent de protéger les témoins « qui ont le courage » d’affronter « la vindicte populaire » en étalant au grand jour les manoeuvres et les combines criminelles.


Au sujet de M. Lisée, le député Duchesneau fait remarquer qu’il « n’est plus commentateur » et « n’a pas à se faire le porte-parole de la grogne populaire ». À son avis, la première ministre Pauline Marois doit réprimander son ministre.


Chez les libéraux, le leader parlementaire Robert Dutil a dit voir dans la sortie de M. Lisée contre le témoin Surprenant une nouvelle « péquisterie », c’est-à-dire une réflexion improvisée à haute voix. « M. Lisée n’est peut-être pas au courant que quand tu viens témoigner à une commission comme la commission Charbonneau, tu as l’immunité et ton témoignage ne peut pas être retenu contre toi », a-t-il déclaré.


M. Lisée n’était pas disponible pour donner une entrevue à La Presse canadienne, mais a réagi brièvement aux propos de M. Duchesneau sur son compte Twitter. « Jacques Duchesneau a raison de dire qu’il faut encourager les témoins à parler. Mais il faut être franc : il n’y a pas d’impunité », a-t-il tweeté sans préciser plus avant sa pensée.

8 commentaires
  • Pierre Lefebvre - Inscrit 30 octobre 2012 04 h 56

    Plus tard

    M.Duchaineau, y t'y un souf au Québec qui a pas compri qu'il peut être ratrappé après s'être avancé à la commission, sérieusement-là ? Même Surprenant qui ne semble pas avoir tous ses neuronnes allumé «full time» à vendu sa cabane pour une piastre avant d'y aller ! Le gars nous a volé pendant 20 ans pis y s'est rendu compte seulement jeudi passé que c'était du vol; faut le faire ! Y reste à peu prêt juste ma vieille ex-belle mère qui se demande à quoi ça sert la commission. Crier au loup à toutes les ombres ça à l'air parano et pour se faire du capital politique, ça fait cheap. On se calme. Pour une fois qu'un ministre dit enfin la même chose que le peuple, ça fait du bien. On en a bien besoin après s'être fait mentir pendant des années. Si vous voulez garder votre crédibilité, ne jouez pas le même jeu que les libs !

    • henri -s garneau - Inscrit 30 octobre 2012 12 h 30

      Tout le monde le savait que cette commission n'a aucun pouvoir.. Charest l'a fait parce que la populace l'exigeait mais en la faisant pour faire taire les naïfs il a permis aux bandits à cravate de s'en tirer, Je pense que c'est juste vous qui pensez que cette commission va donner quelque chose. Ils n'ont plus de moyens de les traduire en cours, ils vont tous se battre pour aller témoigner pour avoir l'immunité, faut être naïf monsieur pour penser que cette commission va aider à régler le problème. Elle va prendre la même direction que Bastarache, commission Taylor commission alouette, c-a-d la filière 13. Les policiers n'ont plus de marge de manoeuvre mais ça les péquistes la voulait tellement cette commission, que des allégations, des ouï-dire basta!!!

    • Djosef Bouteu - Inscrit 30 octobre 2012 21 h 23

      De toute évidence monsieur Garneau ne sait pas comment fonctionne une commission d'enquête publique.

      Une personne qui témoigne ne bénéficie pas d'une protection contre des poursuites. Il n'y a que ce qu'elle dit devant la commission qui ne peut servir contre elle devant un tribunal.

      Toutes les preuves restent utilisables sauf le témoignage devant la commission.

      Si des témoins viennent dénoncer devant un tribunal les mêmes agissements d'un accusé, leur témoignage ne sera pas rejeté sous prétexte qu'ils ont dit quelque chose de similaire à la commission.


      Le rôle de la commission est de dévoiler le système de corruption et ensuite de faire des recommendations pour couper les vivres à la mafia et aux ti-namis.

      Le rôle des tribunaux est de juger les cas de fraude, corruption, vol, etc. Les deux sont complémentaires.



      La commission Bastarache était différente et la grande majorité de la population n'a pas été dupe.
      Le juge Bastarache est un juge nommé avec un post-it «libéral» et un donnateur au Parti libéral qui devait enquêter sur les ingérances indues dans la nomination des juges sous la gouverne libérale. Méchant conflit d'intérêt!

      Comme mauvaise foi et désinformation, vous êtes donc champion.

    • Mario Leblanc - Inscrit 30 octobre 2012 22 h 09

      Si il y a quelqu'un qui pense que Jacques Duchesneau joue le même jeu que les Libéraux, c'est qu'il n'a rien compris!

    • Mario Leblanc - Inscrit 30 octobre 2012 23 h 27

      Ceux qui pensent que Jacques Duchesneau joue le même jeu que les libéraux, ils n'ont rien compris!

      Ceux qui pensent que les bandits ne peuvent pas être traduits en Cour et aller en prison parce qu'ils ont témoigné devant la Commission Charbonneau, ils n'ont rien compris non plus! Ce n'est pas parce que leur témoignage ne peut pas être utilisé contre eux qu'ils vont tous éviter d'aller en prison. Les policiers ont sûrement d'autres preuves pour prouver la culpabilité de plusieurs d'entre eux. Mais probablement que le juge sera plus clément envers ceux qui auront collaboré avec la Commission Charbonneau.

    • Pierre Lefebvre - Inscrit 31 octobre 2012 05 h 02

      M. Garneau, je ne veux pas vous prendre à partie. 23 de mes interventions n'ont pas passés parce qu'ils étaient trop virulent même s'ils ne visaient personne en particulier. Alors, je ne vais que rajouter ceci. La commission n'est pas là pour attraper des bandits, elle est là pour nous faire découvrir un système. Pour les bandits, il y a effectivement la police, l'upac, marteau et les autres qui commencent à prendre leur rôle au sérieux dernièrement avec les rafles actuelles. Le truc est de ne pas faire passer tous les tordus à la télé, un par groupe suffi emplement pour nous faire connaitre les autres. Lisez et écoutez les réactions multiples qui viennent de partout, auriez-vous la même réaction du peuple, (la seule entité qui compte à la fin) si tout ce qu'on entend n'était pas déployé devant les yeux de tous ? L'information est la seule arme contre la colusion et la corruption, c'est pas avec la police seule qu'on aurait ça ! Si vous êtes de Mtl ou de Laval, allez-vous encore voter pour les maires actuels l'an prochain ? Si j'y demeurais, je donnerais bien la chance à quelqu'un d'autre qui me prometterais de faire le ménage. Voilà à quoi sert la commission !
      Dénigrer le peuple, c'est se déniger soi-même !

      Entendu à l'assemblé nationale hier : « Je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites, mais je vais me battre à mort pour que vous ayez le droit de le dire !» Voltaire.

  • Claudette Boisvert - Abonnée 30 octobre 2012 12 h 22

    Monsieur Lisée, n'en rajoutez pas.

    Monsieur Jean-François Lisée

    Amateurisme?
    Ou désir de faire taire les futurs témoins, selon certains?
    À choisir.

    Poliment dit:
    SVP, n'en rajoutez pas
    C. B.

  • Céline A. Massicotte - Inscrite 30 octobre 2012 14 h 50

    M. Garneau... Pourquoi?

    Je trouve un peu ratoureux pour ne pas dire plus que la liste des commissions que vous citez pour corroborer vos propos inexact soit aussi courte et hors sujet...

    Lors de la commission Gomerey je me souviens très bien que certains de ceux qui ont comparu comme témoin ont été poursuivis pour des faits non inclus dans leurs propos, dont un qui a publié sa biographie dernièrement et tente de se refaire une nouvelle vie. Pourquoi ne parlez-vous pas non plus de la commission Moisan?

    Il est facile de faire mentir l'histoire... mais l'histoire reste l'histoire.