Québec solidaire influence le gouvernement Marois, selon Khadir

Après avoir prêté les serments d'usage au Salon rouge de l'Assemblée nationale, Françoise David et Amir Khadir ont salué les décisions prises jusqu'ici par le Parti québécois au pouvoir.
Photo: La Presse canadienne (photo) Jacques Boissinot Après avoir prêté les serments d'usage au Salon rouge de l'Assemblée nationale, Françoise David et Amir Khadir ont salué les décisions prises jusqu'ici par le Parti québécois au pouvoir.
Après avoir prêté les serments d'usage au Salon rouge de l'Assemblée nationale – où le drapeau du Canada avait été retiré – les deux porte-parole de la formation de gauche, Amir Khadir et Françoise David, ont salué les décisions prises jusqu'ici par le Parti québécois au pouvoir.

Ils ont assuré le gouvernement de Pauline Marois de leur appui dans un bon nombre de dossiers, notamment sur les hausses d'impôt rétroactives réservées aux nantis.

La rétroactivité de la hausse «ne gêne pas du tout» Québec solidaire, a dit Mme David, qui estime «logique» de refiler à la charge des plus riches le manque à gagner qu'entraînera l'abolition de la contribution santé promise par le Parti québécois.

Sur cet enjeu comme pour d'autres, l'influence de Québec solidaire sur le nouveau gouvernement est palpable, s'est réjoui de son côté M. Khadir.

«Il suffit de voir les orientations récentes prises par le gouvernement et nous en sommes parfaitement heureux: la hausse d'impôt des très riches à qui on demande de rencontrer leurs responsabilités, le moratoire sur les gaz de schiste, l'abandon de l'amiante et du nucléaire et enfin la réforme de l'industrie minière», a-t-il énuméré.

Le parti de gauche espère étendre encore davantage son influence sur le gouvernement au cours des prochains mois, entre autres sur la question des droits de scolarité.

Québec solidaire est un parti qui prône la gratuité scolaire, a rappelé Mme David, qui a défait Nicolas Girard, une grosse pointure du Parti québécois, dans la circonscription de Gouin le 4 septembre.


Par Martin Ouellet

À voir en vidéo