Grève étudiante : QS demande une enquête publique sur le travail des policiers

La député de Gouin souligne l'ouverture «encourageante» manifestée par le nouveau ministre de la Sécurité publique, Stéphane Bergeron.
Photo: Archives PC La député de Gouin souligne l'ouverture «encourageante» manifestée par le nouveau ministre de la Sécurité publique, Stéphane Bergeron.

Québec solidaire (QS) exhorte le nouveau gouvernement péquiste
à mettre sur pied une enquête publique sur le travail des policiers pendant les manifestations étudiantes du printemps dernier.

La coporte-parole du parti, Françoise David, a formulé cette requête alors qu'elle participait à la manifestation nationale pour la gratuité scolaire organisée par la CLASSE. Il s'agit d'une nécessité démocratique, indique-t-elle.

QS joint sa voix à celle d'un collectif de 131 enseignants qui ont signé une lettre publiée dans Le Devoir, le 19 septembre, réclamant une enquête indépendante. Ils s'interrogeaient notamment sur les arrestations de masse, les arrestations et détentions arbitraires, présence possible d'agents provocateurs, etc.

Mme David soutient que trop de manifestations ont connu des arrestations arbitraires.

La député de Gouin souligne d'ailleurs l'ouverture «encourageante» manifestée par le nouveau ministre de la Sécurité publique, Stéphane Bergeron. Au cours d'un point de presse, la semaine dernière, M. Bergeron a déclaré que si «les policiers, lors des événements du printemps dernier, ont agi avec tout le professionnalisme requis dans les circonstances (...), on a eu vent de quelques cas particuliers, alors il faudra voir quels gestes on posera pour aller au fond des choses dans ce dossier-là», ajoutant qu'il n'écartait rien.

Reste à savoir si le politicien passera de la parole aux actes, ajoute Mme David.

LE COURRIER DE LA COLLINE

Nouvelle infolettre

Chaque jeudi, l'équipe du Devoir à Québec résume l'essentiel de la semaine parlementaire. Retrouvez aussi la note de Michel David, notre chroniqueur politique. Inscrivez-vous, c'est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

35 commentaires
  • Jean-Philippe Bombay - Inscrit 22 septembre 2012 17 h 32

    Exemple de répression

    En plus de la répression physique, les chefs d'accusation exagérés et les conséquences judiciaires qui viennent avec ont mis et mettent encore des individus dans des situations précaire. Je pense notamment à des conditions imposant le couvre feu à domicile fixe pour une accusation de méfait de moins de 5000$ auquel l'accusation de complot a été ajouté. Tristement, cet exemple n'est qu'un parmi tant d'autres.

  • Michel Lebel - Abonné 22 septembre 2012 17 h 51

    Non à une enquête publique!

    Tenant compte du très grand nombre de manifestations(illégales), il faudrait plutôt féliciter les policiers. Aucun mort, aucun blessé très sérieux. Un résultat quasi miraculeux! Quelques policiers ont perdu les pédales sous le flot d'injures et d'invectives. Sans doute! Mais ça ne mérite pas une enquête publique.

    Michel Lebel

    • Simon Chamberland - Inscrit 22 septembre 2012 19 h 50

      Je vous suggère d'aller dire à Francis Grenier, dont le crime le plus sérieux était de jouer de l'harmonica, que la perte d'un oeil et les souffrances qui vont avec n'est pas une blessure sérieuse.

      Allez donc lui dire ça en pleine face, si vous en avez le courage.

    • Solange Bolduc - Inscrite 23 septembre 2012 11 h 02

      Je ne serai certainement pas la première à constater que les policiers ne font pas toujours bien leur travail. Ils abusent souvent de leur pouvoir, insultent parfois, ou vous méprisent, et leur parti prix devant les mensonges de ceux ou celles qui vous accusent, souvent sans fondement, est l'évidence même! Cette situation a de quoi vous révolter jusqu'à vous en rendre malade! Vous vous sentez impuissant et en colère devant la complicité de certains policiers!

      Ces situations, je crois, existeront encore, car il y aura toujours des policiers qui manqueront d'éthique professionnelle, et qui se serviront de leur pouvoir pour régler des comptes avec la société, voire même avec eux-mêmes! Ce qui déclenche tant de violence de part et d'autre!

      Et c'est dans la nature même du policier de devoir maintenir l'ordre, et pour ce faire il n'a pas nécessairement le temps ou même la formation pour bien effectuer son travail, ou de comprendre vraiment ce qui se passe, alors qu'il aurait souvent la prétention de la comprendre. Donc, quand il se trompe de cible, il ne réalise pas tout le tort qu'il fait à la victime d'attaques mensongèrs !

      Un jour, j'ai déposé une plainte à la Commission de la déontologie policière, à Québec. J'ai eu des résultats positifs. Je ne fais pas confiance à celle de la SPVM, par contre!

      En ce qui concerne une enquête publique sur le travail policier durant le "printemps érable", je demeure un peu sceptique, surtout que je crois que Mme David se sert des jeunes pour faire une pression indue auprès du gouvernement Marois, surtout pour se faire du capital politique.

      Ça L'AMUSE de mettre de l'huile sur le feu de la contestation, ore hier, au lieu d'encourager s jeunes au dialogue avec le Gouvernement, lors du Somment sur l'Éducation, prévu pour dans trois mois !

      La pression qu'elle exerce sur Mme Marois me semble de la pure démagogie. On ne devrait jamais céder à cette pression indue de la part de Mme David !

    • Sylvain Auclair - Abonné 23 septembre 2012 11 h 44

      Si c'est vraiment le cas, la commission qui se tiendra sûrement leur adressera des félicitations.

    • David Kristal - Inscrit 24 septembre 2012 00 h 31

      100% d'accord avec vous.

      Les policiers ont fait un très bon travail ! Il ont respecté aux manifestants même quand la marche était illégal.

  • Yves Claudé - Inscrit 22 septembre 2012 18 h 04

    Une enquête publique … y compris sur les interventions de QS … !

    Une enquête publique sur les interventions des corps policiers lors de la crise étudiante est nécessaire. Cependant, elle n’aurait de sens que si elle portait aussi, entre autres, sur les interventions de Québec solidaire, notamment ses appels répétés à la «désobéissance civile» et les conséquences qui en ont découlé à travers différents faits qu’il importe de documenter avec objectivité.

    Yves Claudé

    • Bernard Gervais - Inscrit 22 septembre 2012 20 h 52

      Justement quelle crédibilité a Mme David pour réclamer un enquête sur la police, elle dont le parti a maintes fois appelé, comme vous l'écrivez, à la désobéissance civile. On voit bien que QS tente à nouveau de se faire du capital politique auprès des manifestants qui continuent de réclamer la gratuité pour les études universitaires.

      Sauf que les choses ont changé. Mme Marois a fait des concessions qui semblent satisfaire un très grand nombre d'étudiants et la plupart des citoyens, de leur côté, commencent a en avoir un peu assez d'entendre parler des revendications de la CLASSE !

    • Louka Paradis - Inscrit 22 septembre 2012 21 h 00

      Contrairement à Mme David, M. Khadir semble avoir compris que la modération a bien meilleure presse : il faut dire que sa fille a payé un prix fort cher pous sa désobéissnce civile avec un casier judiciaire et le discrédit jeté sur toute sa famille. J'aimerais bien que Mme David cesse sa démagogie auprès de jeunes qui n'ont pas d'expérience politique et qui pourraient faire les frais de la popularité que la nouvelle députée veut s'attirer.
      Louka Paradis, Gatineau

    • Simon Chamberland - Inscrit 23 septembre 2012 06 h 41

      Alors là, il ne faut pas compter sur une telle enquête.

      La SQ empêche toute enquête sur le PQ ou le PLQ. Les deux partis retourneront l'ascenseur.

      Si vous désirez inclure le QS, le PLQ sera encore plus farouche, car ils veulent défendre leur alliée David.

    • Patrick Boulanger - Inscrit 23 septembre 2012 11 h 08

      Je ne vois pas pourquoi une enquête publique qui ciblerait uniquement le travail des policiers n'aurait aucun sens! Il est vrai, par contre, que s'intéresser aux causes des bavures policières serait très instructif.

  • Pierre Bourassa - Inscrit 22 septembre 2012 18 h 07

    Enquête publique sur le travail des policiers

    Quelques perles d'archives du travail de certains policiers obéissant aux ordre du PLQ:

    Des élections sur le dos des étudiants seulement M. Charest?
    http://www.youtube.com/watch?v=UmpXMM_I7Hg

  • André Michaud - Inscrit 22 septembre 2012 18 h 09

    mauvaise foi ?

    Mme David a comme moi participé à des dizaines de manifs ( groupes marxistes, syndicats, groupes citoyens..) dans les années 70-80. Des manifs sans violence parce que organisées de façon responsable, avec intinéraire aux policiers et même un propre système d'ordre collaborant avec les policiers pour dépister les fauteurs de troubles, provocateurs, vandales..

    Elle sait bien que c'est le type de manif anarchistes avec jeu du chat et de la souris contre les policiers à travers les rues de Montréal qui a attiré les fauteurs de troubles et créé les conditions gagnantes pour arriver à la violence..

    Le manifs d'En Lutte le groupe marxiste-léniniste dont elle fut membre dans les année 70-80 étaient assez bien organisées pour que je me joigne à eux à quelques occasions. Elle connait pertinement les conditions pour éviter la violence, avec comme prémice la collboration avec les policiers pour débusquer les fauteurs de troubles.

    Maintenat qu'elle est député, elle doit inciter ceux qui manifestent à le faire de façon responsable et dans le respect des concitoyens.

    Trop facile de blâmer ensuite les policiers pour des débordements du à une organisation de broche à foin...

    • Jean-Pierre Grisé - Abonné 22 septembre 2012 22 h 44

      Quand vous parlez d une organisation de broche a foin,est-ce que vous parlez du parti liberal de Jean Charest ? Jean-Pierre Grise

    • Patrick Boulanger - Inscrit 23 septembre 2012 10 h 01

      «Trop facile de blâmer ensuite les policiers pour des débordements du (sic) à une organisation de broche à foin...»?

      Rien ne justifie les bavures policières M. Michaud. Même pas les manifestations mal organisées!

    • Solange Bolduc - Inscrite 23 septembre 2012 11 h 07

      Là, je vous suis, M. Michaud !

    • Raymond Lutz - Inscrit 27 septembre 2012 08 h 00

      M. Michaud, votre long commentaire s'appuie sur une prémisse (maintenant) fausse: la bonne foi des services de l'ordre.

      En effet, que faire lorsque les agents provocateurs sont eux-mêmes des policiers?

      Ne vous souvenez-vous pas également de la GRC et du FLQ? Googlez "Infiltrados RodeaElCongreso video" pour une occurrence récente (avant-hier le 27 septembre) ou bien "Montebello SQ" pour un événement québécois. Les infiltrations des manifesttions importantes sont systématiques, dès lors la mauvaise foi consiste à tenir responsponsables les organisateurs et les participants légitimes des actes de violence.