Ouellet dit non au gaz de schiste

«Je ne vois pas le jour où il y aura des technologies qui permettront une exploitation sécuritaire [des gaz de schiste]», a répondu Martine Ouellet, tôt jeudi, quand les journalistes lui ont demandé si la position de son parti était arrêtée pour toujours.
Photo: La Presse canadienne (photo) Jacques Boissinot «Je ne vois pas le jour où il y aura des technologies qui permettront une exploitation sécuritaire [des gaz de schiste]», a répondu Martine Ouellet, tôt jeudi, quand les journalistes lui ont demandé si la position de son parti était arrêtée pour toujours.

La nouvelle ministre des Ressources naturelles n’a pas mis de temps à dire un non catégorique à l’industrie des gaz de schiste.

Nommée mercredi, Martine Ouellet n’a même pas attendu la première séance du Conseil des ministres, jeudi matin, pour donner son opinion : l’exploitation des gaz de schiste par fracturation ne sera jamais sécuritaire, selon elle. Elle a ainsi réservé un enterrement de première classe à la position du gouvernement libéral précédent.


En point de presse, elle a répété que le Parti québécois préconise un moratoire complet sur l’exploration pratiquée par l’industrie et l’exploitation qu’elle vise.


« Je ne vois pas le jour où il y aura des technologies qui permettront une exploitation sécuritaire [des gaz de schiste] », a-t-elle répondu, tôt jeudi, quand les journalistes lui ont demandé si la position de son parti était arrêtée pour toujours.


Et quelles que soient les conclusions de l’évaluation environnementale stratégique qui est en cours, elle n’en démordra pas. Elle a d’ailleurs rappelé qu’elle remet en cause les travaux de ce comité et que sa formation veut les confier au Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE). « Nous avons dénoncé le comité de l’Évaluation environnementale stratégique, où il y a des gens qui sont directement en conflit d’intérêts. Comment vous voulez avoir la confiance de la population quand il y a des gens directement intéressés ? »


Elle a précisé qu’une évaluation environnementale s’impose néanmoins sur les gaz de schiste, pour « documenter » cette question.


Le gouvernement Charest avait une position attentiste sur la question, après avoir été ouvertement favorable à l’industrie. Les libéraux attendaient les résultats de l’évaluation avant d’accorder d’autres permis aux gazières, mais s’opposaient au moratoire demandé par le PQ et les opposants. Mais Martine Ouellet, qui s’est fait connaître pour ses positions environnementalistes de gauche, a donc tiré un trait sur le régime précédent.

 

Risques de contamination


Les gaz de schiste sont un dossier controversé dans la vallée du Saint-Laurent. Plusieurs entreprises détiennent des permis de forage, mais des milliers de citoyens s’opposent à leurs projets. Ils craignent la contamination des sols et des nappes phréatiques.


Actuellement, il n’y a pas de moratoire en place. L’activité des puits qui ont déjà été forés et fracturés continue, mais une évaluation environnementale stratégique est en cours, à la recommandation du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE).


Des travaux d’exploration sont permis, mais sans fracturation hydraulique, un procédé controversé qui fissure la roche par injection d’un fluide sous haute pression, pour avoir accès aux gaz (voir texte ci-dessous). La fracturation hydraulique était autorisée exceptionnellement pendant la durée de l’évaluation environnementale, mais uniquement pour les travaux requis par l’évaluation environnementale, par exemple pour des fins d’acquisition de connaissances scientifiques, c’est-à-dire dans un environnement contrôlé et supervisé.


En mars dernier au Québec, il y avait 31 puits, et 18 avaient déjà été fracturés. L’industrie du gaz de schiste avait dépensé 200 millions au Québec pour divers travaux. L’industrie envisage creuser de 150 à 600 puits par année à compter de 2015.


En décembre 2010, un document du BAPE précisait que des 31 puits inspectés par le ministère des Ressources naturelles et de la Faune (MRNF), 19 laissaient échapper des « émanations de gaz naturel ».


Ces puits, forés depuis 2006, sont répartis dans les trois principales zones ciblées par l’industrie gazière, soit les MRC de Lotbinière, de Bécancour et des Maskoutains.


 
14 commentaires
  • Michel Lebel - Abonné 21 septembre 2012 05 h 57

    Pas de "niaisage"!

    Conclusion: Lucien Bouchard devra se trouver un autre dossier! Comme on peut dire, la nouvelle ministre ne "niaise pas avec la puck"! À suivre. Pas d'action sans réaction!

    • Guy Vanier - Inscrit 21 septembre 2012 07 h 08

      ne vs en faite pas pour notre notre vire vent national, il va se trouver rapidement une autre fiole payante. Pape à Rome peut être........lol
      la noblesse oblige.

    • Claude Desjardins - Abonné 21 septembre 2012 07 h 52

      André Boisclair va réagir. À suivre, comme vous le dites.

  • Paul Rodgers - Inscrit 21 septembre 2012 07 h 05

    La chasse aux prédateurs est ouverte

    "Je ne peux retenir un sourire à l’évocation d’une rencontre entre Lucien Bouchard, ce « Lucide » à la solde de l’Empire Desmarais via Talisman, président du CA de l’Association pétrolière et gazière du Québec, et Daniel Breton.

    On voit mal ce qu’auraient à se dire deux hommes aussi dissemblables, l’un, faux comme un billet de trois dollars, et l’autre, tout d’acier trempé. Breton n’est pas du genre à se laisser impressionner par des effets de toge, c’est le moins qu’on puisse dire..."
    http://www.vigile.net/La-chasse-aux-predateurs-est

  • Paul Rodgers - Inscrit 21 septembre 2012 07 h 10

    Digne héritière de René Lévesque.

    Par ses compétences, sa détermination madame Martine Ouellette se présente tel une héritière naturelle au premier ministère de René Lévesque.

  • Alain Lavallée - Inscrit 21 septembre 2012 08 h 00

    Sage décision

    Sage décision de la ministre Ouellet et du nouveau gouvernement que ce moratoire complet sur les gaz de schistes.

    Actuellement le prix du gaz sur le marché nord américain est très bas. Vraiment rien ne justifie dans les conditions actuelles de vouloir prendre quelque risque environnemental que ce soit.

    La meilleure chose est d'attendre, le gaz reste dans le sol et la population ne subit pas les dégâts de son exploitation polluante (en particulier lorsqu'on recourt à la fracturation hydraulique)

    Le gaz, confiné au sous-sol, ne peut qu'augmenter de valeur et d'autre part des technologies plus appropriées et moins polluantes pourraient éventuellement se développer.

    Qui sait , peut-être que dans 10 ans ou 20 ans la question pourra être réévaluée, à la lumière des progrès technologiques (ou encore d'autres sources d'énergie aurontfait en sorte que nous n,aurons pas besoin de ce gaz... et il restera ... sous-terre)

    Alors le Québec a tout à gagner de ce moratoire. Félicitations pour votre courage Mme Ouellet.

    • henri -s garneau - Inscrit 21 septembre 2012 10 h 02

      le moratoire a été placé par Jean Charest monsieur, elle n'a rien apporté cette dame!

    • Patrick Boulanger - Inscrit 21 septembre 2012 10 h 42

      Réponse à M. Garneau

      Cet article signale qu' «Actuellement, il n’y a pas de moratoire en place. (neuvième paragraphe)»

  • Francois Parent - Inscrit 21 septembre 2012 09 h 00

    La différence

    Le parti Québécois est plus professionnel et voit à tout. Tandis que le parti Libéral ne voit que l'aspect de l'argent et ne respecte pas les autres éléments aussi important. Enfin note santé et environnement n'est plus menacé.