Perquisition de l'UPAC au CUSM

Le CUSM est le pendant anglophone du CHUM. Les deux hôpitaux sont présentement en chantier ce qui implique une multitude de contrats de construction.
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Le CUSM est le pendant anglophone du CHUM. Les deux hôpitaux sont présentement en chantier ce qui implique une multitude de contrats de construction.

Le Centre universitaire de santé McGill vient de confirmer que l'opération policière en cours dans ses bureaux concerne le processus d'attribution du contrat de partenariat public-privé associé au site Glen.

Le chantier de construction du nouvel hôpital situé sur le campus Glen aux abords de l'échangeur Turcot est sous la responsabilité de SNC-Lavalin au sein du Groupe immobilier santé McGill (GISM). La firme de génie-conseil a obtenu le contrat de PPP en juillet 2010.

Ainsi, SNC-Lavalin conçoit, construit, finance l'hôpital du campus Glen. La construction doit se terminer en 2014. Dès lors, le GISM doit entretenir l'édifice pendant 30 ans.

L'administration du CUSM affirme qu'elle «collabore entièrement avec les enquêteurs et n'a aucun commentaire supplémentaire pour l'instant». Une dizaine de policiers de l'escouade Marteau rattachée à l'Unité permanente anticorruption (UPAC) perquisitionnent depuis 8 heures mardi matin aux bureaux administratifs du CUSM, rue Guy.

Très peu d'information a filtré jusqu'à présent. L'UPAC se borne à confirmer que cette opération est en lien avec une enquête présentement en cours sur la corruption. Des témoins sont présentement rencontrés.

Le CUSM est le pendant anglophone du CHUM. Les deux hôpitaux sont présentement en chantier ce qui implique une multitude de contrats de construction.

Par ailleurs, on se rappellera que le directeur général du CUSM, Arthur T. Porter, a quitté ses fonctions en décembre 2011 à la suite d'une certaine controverse le concernant. Alors qu'il occupait le poste de direction du CUSM, M. Porter présidait le Comité de surveillance des activités de renseignement de sécurité, un  organisme indépendant chargé de surveiller les services secrets canadiens (SCRS). Durant la même période, M. Porter avait fondé un centre de cancérologie aux Bahamas.

Le Devoir


2 commentaires
  • André Giasson - Inscrit 18 septembre 2012 10 h 48

    Et le docteur Cameron?

    C`est quand meme inusite de penser que depuis les experiences des annees 70 je crois,on devrait avoir compris que McGill n`est pas necessairement l`intitution designee pour surveiller les activites du (SCRS).
    Andre de Calgary.

  • Tony Tremblay - Abonné 18 septembre 2012 12 h 11

    Et le QG du SCRS?...

    Peut-être que je me trompe, mais n'est-ce pas SNC-Lavallin qui a également obtenu le contrat pour la construction du QG du SCRS à Ottawa?

    Un drôle de concours de circonstances...