Le PLQ laisse un trou de 800 millions au PQ

Que de tels dépassements dans les dépenses soient constatés en cours d’année est chose courante, a soutenu Raymond Bachand.
Photo: La Presse canadienne (photo) Jacques Boissinot Que de tels dépassements dans les dépenses soient constatés en cours d’année est chose courante, a soutenu Raymond Bachand.

Les libéraux laissent au nouveau gouvernement péquiste la tâche de résorber un dépassement de l’ordre de 800 millions dans les dépenses publiques pour l’année en cours. C’est ce qu’a révélé, hier, le ministre des Finances, Raymond Bachand, au cours d’un point de presse, son dernier tour de piste devant les médias en tant que titulaire de ce ministère, a-t-il indiqué.

Que de tels dépassements dans les dépenses soient constatés en cours d’année est chose courante, a soutenu Raymond Bachand. « Ce n’est pas différent des autres années. Il y a des années, c’est 600 millions, c’est 500 millions. » L’an dernier, c’était de cet ordre ; cette année, ce sont 800 millions qu’il faut retrancher des dépenses des différents ministères, a-t-il précisé.


Le président ou la présidente du Conseil du trésor doit avoir « une volonté de fer », a fait valoir le ministre. « Ça prend quelqu’un qui est capable de dire non. […] C’est la seule façon de contrôler l’augmentation des dépenses du gouvernement du Québec. » En ce sens, Raymond Bachand a voulu rendre hommage à Michelle Courchesne, qui a assumé la présidence du Conseil du trésor au cours des deux dernières années.


Pour l’année 2012-2013, le dernier budget Bachand projetait de contenir la hausse des dépenses de programmes à 2 % et le déficit à 1,5 milliard, ce qui comprend une provision pour éventualités de 300 millions.


Raymond Bachand juge que les finances publiques du Québec sont maîtrisées. Il demande d’ailleurs au Parti québécois de maintenir le cap sur l’équilibre budgétaire. « Je souhaite la meilleure chance du monde à Nicolas Marceau si c’est lui [le prochain ministre des Finances] — je présume que ce sera lui — et je lui offre toute ma collaboration. Et on a une relation de courtoisie, tous les deux, qui détonne sur la relation qui existe à l’Assemblée nationale », a-t-il dit. « J’espère pouvoir continuer à débattre avec lui, sans que ça soit personnel. Et, avec Nicolas Marceau, c’est possible. »


Selon les données préliminaires que le ministère des Finances a publiées au début de juillet, le déficit de l’État pour 2011-2012 sera d’un peu moins de 3 milliards, contre une prévision de 3,3 milliards. Tout indique que la provision pour éventualités de 300 millions ne sera pas entamée. Les dépenses de programmes n’ont crû que de 2,3 %, s’est réjoui Raymond Bachand, alors qu’au budget figurait une hausse de 2 %.


Course au leadership: toujours en réflexion


Raymond Bachand n’a toujours pas décidé s’il se lançait ou non dans la course à la chefferie du Parti libéral du Québec. L’entrée en scène possible de Philippe Couillard n’est pas un facteur dans sa décision ; l’important, ce sont les appuis sur lesquels il peut compter, a-t-il fait savoir. « J’ai un intérêt, a-t-il confirmé. Mais, comme je vous dis, il faut que cet intérêt-là soit partagé par de nombreux collègues. C’est ce que je suis en train d’évaluer. »


Pour Raymond Bachand, le prochain chef du PLQ soit être « un rassembleur » capable d’atténuer les divisions entre les citoyens. « Il faut qu’il y ait plus d’harmonie au Québec. Il faut rassembler les gens. On a été trop divisés au cours des dernières années. » Il s’est dit tout à fait d’accord avec Lucien Bouchard, qui abonde dans ce sens. « On peut être en désaccord les uns avec les autres sans s’insulter personnellement. On a eu trop de ça au cours des dernières années et les citoyens ont le droit d’avoir un débat public de qualité pour faire leur choix. »


Par ailleurs, on sait maintenant que Lise Thériault ne sera pas de la course puisqu’elle agira comme leader parlementaire adjointe de l’opposition officielle au sein de l’équipe constituée par le chef libéral intérimaire, Jean-Marc Fournier.


Elle a songé à se porter candidate et elle a mesuré ses appuis auprès de ses collègues. « J’ai regardé aussi beaucoup sur le terrain », a-t-elle dit. Ministre du Travail dans le dernier gouvernement Charest, Lise Thériault s’est distinguée par sa fermeté à l’égard de certaines centrales syndicales, notamment la FTQ.


À ses yeux, la participation d’une femme à la course à la chefferie du Parti libéral n’est pas essentielle. « Ce que ça prend, c’est les meilleurs candidats. Ce n’est pas une question d’hommes ou de femmes. »


Jeudi, Jean-Marc Fournier a dévoilé son équipe : Robert Dutil devient le leader parlementaire de l’opposition officielle, secondé par Lise Thériault. Laurent Lessard déloge Lucie Charlebois comme whip du parti, alors que cette dernière se retrouve whip adjointe. Enfin, Geoffrey Kelly préside le caucus des députés.


Si Jean-Marc Fournier, à titre de chef intérimaire, se doit de conserver une neutralité absolue dans la course à la chefferie, les membres de sa garde rapprochée pourront accorder leur appui à l’un ou l’autre des candidats, a-t-il précisé.

À voir en vidéo