Un attentat qui fait le tour du monde

Pauline Marois interrompue dans son discours par l’intervention de ses gardes du corps : des images qui ont fait le tour du Web.
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Pauline Marois interrompue dans son discours par l’intervention de ses gardes du corps : des images qui ont fait le tour du Web.

Paris — À de rares exceptions près, la plupart des médias internationaux s’apprêtaient mardi soir à traiter des résultats de l’élection québécoise sur le mode mineur. C’était sans compter l’attentat commis par Richard Henry Bain vers minuit au Métropolis, qui a soudainement propulsé la nouvelle autour du monde. Dans les minutes qui ont suivi la fusillade, la photo de Pauline Marois flanquée de policiers de la Sûreté du Québec s’est retrouvée à la une de centaines de sites Internet sur les cinq continents. Mais c’était pour disparaître aussitôt dans le flux de l’actualité.

Plusieurs grands quotidiens européens ont cependant rendu compte de façon plus détaillée des résultats de l’élection. En France, toute la journée, les télévisions et les radios ont consacré des entrevues et des reportages à l’événement. Les chaînes d’information LCI et France 24 ont organisé des tables rondes sur les résultats du scrutin, alors que TV5 Monde (Europe) diffusait une émission spéciale d’une heure.


Les médias français ont mis l’accent sur la courte victoire de Pauline Marois et le retour des indépendantistes au gouvernement. La correspondante du quotidien Le Monde parle d’une « victoire étriquée ». Selon Anne Pélouas « les résultats laissent un goût amer aux trois formations qui dominent désormais le paysage politique de la province francophone du Canada ». Le site Internet du quotidien brosse par ailleurs un portrait élogieux de la première première ministre du Québec.


Pour Le Figaro, la victoire de Pauline Marois est « en demi-teinte ». Le quotidien de droite souligne que, « en dépit des sourires bon teint, la victoire est amère pour Pauline Marois ». La presse française, qui avait suivi avec un intérêt peu commun le conflit des droits de scolarité, n’a pas manqué de souligner son effet sur la défaite de Jean Charest. Selon le site d’information continue Mediapart, qui a récemment consacré une série d’articles au conflit étudiant, ce dernier « a permis au PQ de prendre fait et cause pour les jeunes, et ainsi en retirer un bénéfice électoral ».

 

Conflits linguistiques


« Il faut anticiper de nouvelles tensions avec Ottawa », écrit El Periodico. Habitué aux conflits de la Catalogne avec Madrid, le quotidien en catalan publié à Barcelone mentionne la volonté de Pauline Marois de créer une citoyenneté québécoise.


De l’autre côté de la Manche, le quotidien de gauche The Guardian a remarqué que dans son discours, Pauline Marois a « souligné l’importance de la langue française pour l’avenir de la province et qu’elle s’est adressée en anglais aux anglophones du Québec, promettant de les protéger et de forger un futur commun avec eux, comme avec les Premières Nations ». Le quotidien de Bruxelles Le Soir, habitué aux conflits linguistiques, met de son côté l’accent sur le fait que « certains membres de la communauté anglophone de [sic] Québec craignent que l’arrivée au pouvoir des indépendantistes puisse avoir des conséquences négatives sur leur statut ».


Convention démocrate oblige, la nouvelle a été moins traitée dans la presse américaine. Le correspondant à Ottawa du New York Times écrit que Pauline Marois veut « limiter encore plus l’accès aux cégeps [junior colleges] de la province ». Mais il prétend aussi qu’elle veut « bannir les vêtements à connotation religieuse comme le voile et la burqa », sans préciser que cette mesure ne concernerait que les fonctionnaires.

3 commentaires
  • Rodrigue Guimont - Inscrit 6 septembre 2012 14 h 38

    Nos Anglos sont-ils devenus fous?

    Les commentaires racistes et haineux émanant du Canada anglais pullulent sur le Web.

    L’Écosse va tenir son referendum sur son indépendance d’ici 2 ans (automne 2014). A-t-vu des angryanglo tenir des propos racistes à l’endroit du gouvernement écossais comme on en voit présentement au Canada anglais suite à l’élection de Madame Marois? Bien sûr, les Anglais souhaitent que l’Écosse demeure au sein de la Grande Bretagne, mais tout se fait dans le calme, personne n’envisage d’attenter à la vie du Premier ministre pour éviter un referendum. Personne non plus ne l’injure en le traitant de pute ou de chien d’écossais!

    Les anglophones de Montréal doivent calmer leurs concitoyens complètement déchainés par la haine. Ce comportement est intolérable et doit être dénoncé.

  • Rodolfo Hernandez - Inscrit 7 septembre 2012 18 h 28

    Fou ou terroriste?

    C'est drôle, dans aucun média on parle du terroriste qui a tué une personne et blessé une autre, et qui avait clairement l'intention de tuer la première ministre du Québec et probablement plusieurs autres personnes. On veut nous faire croire que le type était fou, alors qu'il avait plus de 20 armes chez lui, un camion militaire et autres armes, mais non, il n'est pas terroriste, il est fou! par contre on a accusait les étudiants de terroristes quand il ont lancé une bombe fumigène sans blesser personne, deux poids deux mesures dans le media?

  • Donald Bordeleau - Abonné 10 septembre 2012 11 h 28

    Ne pas jouer sur les mots, c'était un attentat planifié.

    La dernière campagne électorale aura laissé des traces comme le ‘’Bashing’’ contre les Québécois par les journaux anglophones dont les blogues montraient des propos haineux. Ou encore un parti politique qui prévoyaient des troubles pour 5 ans si le Parti Québécois était élu.
    Il faut se rappeler du journal The Gazette du 25 avril 1859 qui a demandé aux Tories de manifester leur opposition au bill d’indemnité et l’adoption de la Responsabilité Ministérielle qui permit l’élection de francophone au parlement.
    Le même jour devant l’action des émeutiers le parlement est incendié. L’armée a laissé faire et n’a pas intervenu. L’année 1849 a été nommée l’année de la terreur à Montréal.
    On se rend compte encore aujourd’hui qu’il existe encore des Orangistes à l’esprit déranger. Ce qui dérange, c’est que cet individu dit qu’il écrivait à Monsieur Jean Charest.
    Un bain de sang a été évité par le sacrifice d’un homme et le courage d’un autre homme qui a été blessé.
    Un seul journaliste, soit Monsieur Jeff Simpson a pris la défense pédagogique du peuple Québécois réputé dysfonctionnel. De vouloir protéger sa langue 153 ans plus tard, rend t’il un peuple illégal. Il faut savoir que l’anglais au Québec n’a jamais été en danger malgré ce qu’en disent les médias anglophones.
    http://www.lapresse.ca/debats/chroniques/yves-bois

    http://ville.montreal.qc.ca/portal/page?_pageid=24,3090359&_dad=portal&_schema=PORTAL
    http://www.hebdosregionaux.ca/laurentides/2012/09/