Le PLQ en troisième place pour la première fois en 145 ans?

Jean Charest va-t-il conduire son parti à une défaite historique, lui qui espère toujours obtenir un quatrième mandat?
Photo: La Presse canadienne (photo) Paul Chiasson Jean Charest va-t-il conduire son parti à une défaite historique, lui qui espère toujours obtenir un quatrième mandat?

Pour le Parti libéral du Québec, le plus ancien du système politique québécois, la campagne actuelle, totalement imprévisible, pourrait se terminer en cauchemar, soit par une troisième place.

Le scénario catastrophe demeure en effet possible (comme tous les autres, d’ailleurs). Ce serait le pire score de son histoire en 145 ans. Le PLQ avait « eu de mauvais résultats dans les années 1940 et 1950. De petits tiers partis avaient obtenu des pourcentages de vote importants. N’empêche, le PLQ avait toujours été deuxième », rappelle le professeur émérite de l’Université Laval Vincent Lemieux, qui a publié plusieurs livres sur l’histoire de la formation politique.

Jusqu’à maintenant, les sondages ont tous placé le PLQ deuxième (à part la firme Forum Research, qui l’estimait en première place cette semaine), mais la conjoncture et les tendances sont tellement défavorables au PLQ que le pire pourrait survenir. « Ça m’étonnerait, mais tout est possible », confie le politologue Louis Massicotte de l’Université Laval.

 

Vote franco et anglo en baisse


Dans le vote francophone, le PLQ serait actuellement à son plus bas, à 19 % - du moins selon le dernier coup de sonde de Léger Marketing. Une baisse du vote anglophone est aussi détectable. Il est passé selon le dernier Léger de 81 à 62 %, alors que les intentions de vote pour la Coalition avenir Québec ont monté. Certaines voix de la communauté anglophone, dont l’ancien fondateur du Parti Égalité Robert Libman, ont d’ailleurs carrément proposé de voter pour la CAQ. Le milliardaire Stephen Jarislowsky s’est aussi dit « très attiré » par le nouveau parti.


« On courtise les anglophones depuis la naissance de la Coalition, rappelle un stratège de la CAQ. Il y a eu beaucoup d’engouement dès le départ, on a senti l’opportunité et on a entretenu le mouvement même si on a bougé dans les sondages. » Cette source caquiste rappelle que l’élection partielle dans Argenteuil ce printemps a permis de « voir un effet de vase communicant. Les libéraux ont perdu parce qu’on a divisé leur vote. On est allé chercher le vote refuge antisouverainiste ».


Au sein de la CAQ, on dit ne pas s’attendre à arracher des circonscriptions anglophones de l’ouest de l’île. Mais on pense qu’il serait possible de causer quelques surprises dans des endroits où la clientèle anglophone ne représente pas la majorité, tout en étant présente.


Les nombreuses sorties de Jean Charest pour décrire François Legault comme un souverainiste caché - bien qu’il ait clairement dit qu’il voterait non à un référendum durant la campagne - peuvent dans les circonstances être interprétées comme un « signal d’alarme » indiquant que la campagne libérale ne va pas bien, selon le politologue Jean-Herman Guay.


« C’est un rappel à l’ordre aux électeurs libéraux qui sont tentés par la CAQ, estime le professeur de l’Université de Sherbrooke. On agite ce vieux débat de la crainte d’un référendum pour dire aux fédéralistes : attention, ne jouez pas avec le feu. À mon sens, c’est signe qu’ils craignent de perdre des morceaux auprès de leur clientèle cible. Et ça ressemble à un signe de panique », dit-il.


Autre signe ? Vendredi matin, à Saint-Hyacinthe, Jean Charest s’est livré à un mea culpa : il s’est accusé de ne pas avoir assez défendu la communauté anglophone, « qui est importante, qui fait partie intégrante du Québec […] et dont nous sommes fiers », lorsque la revue L’actualité « a fait des raccourcis » à son sujet dans une série cet hiver. « On aurait peut-être pu parler avec plus d’empressement de cette communauté au lieu de laisser passer », s’est-il excusé.

 

Une boîte à surprise


Directeur exécutif de la Chaire de recherche sur la démocratie et les institutions parlementaires, l’ancien conseiller adéquiste Éric Montigny rappelle que le vote libéral a toujours pu bénéficier d’un plancher de sièges dans le clivage habituel fédéraliste-souverainiste. Mais si une autre sorte de clivage s’installe, davantage axé sur l’opposition gauche-droite, les règles vont changer. « Politiciens et appareils politiques devront comprendre que le sport a changé. C’est comme si l’on passait du hockey au baseball ! »


Partant de là, tout peut survenir. Et si la CAQ continue sa progression dans les sondages, un effet « boule de neige » accentuant le mouvement pourrait brouiller encore plus les cartes, souligne la sociologue Claire Durand, spécialiste des méthodes de sondage.


Dans une recherche récente, Mme Durand a situé à 13 % le nombre d’électeurs qui votent pour un autre parti que celui qu’ils identifient dans les sondages (l’étude portait sur trois élections récentes au Québec). On les appelle des « swingers ». Et ces électeurs « ont deux fois plus tendance à dire que les sondages ont influencé leur vote », dit Mme Durand. « Ce sont des gens souvent très intéressés par la politique, qui regardent les sondages et s’alignent dessus pour un vote stratégique », indique-t-elle.


Jean-Herman Guay souligne justement que les appels au vote stratégique sont intervenus très tôt dans la campagne actuelle. Ce qui « rend complexe l’analyse des sondages, dit-il. C’est l’effet pervers de notre système électoral, on met de côté ses convictions pour voter pour son deuxième choix. Ça peut fausser les données des sondages et accentuer des phénomènes. »


Jean-Herman Guay croit dans ce contexte qu’un « effet boule de neige » semblable à ce qui s’est passé en avril et mai 2011 au Québec est tout à fait possible. « Mais encore faut-il que M. Legault joue bien ses cartes, qu’il n’y ait pas trop de controverses comme celle sur le financement de Jacques Duchesneau. Pour qu’un mouvement ascendant suscite un grand enthousiasme populaire, il faut bien le mener, comme Jack Layton l’a fait l’an dernier. »

 

Nouvelle carte


S’ajoute à cet effet d’imprévisibilité la nouvelle carte électorale nouvelle, qui a modifié près de 90 frontières de circonscriptions. Certaines d’entre elles, qui semblaient acquises, changeront de mains. Selon des coups de sonde, le libéral Pierre Paradis, élu depuis 1981, éprouverait des difficultés dans Brome-Missisquoi.


Bref : encore beaucoup de flou à quelque 10 jours du scrutin. Les caquistes se disent en coulisse certains que les libéraux « paniquent » et que le mouvement qui est senti sur le terrain prendra de l’ampleur. Mais la ligne d’arrivée est encore loin, rappelle M. Guay. « M. Charest n’a pas fait de mauvais débat, ça pourrait l’aider. Et il est possible aussi que plusieurs électeurs soient un peu gênés de dire qu’ils voteront libéral à cause de toutes les allégations de corruption, et que M. Charest puisse profiter d’une bonne prime à l’urne le jour du scrutin… »

LE COURRIER DE LA COLLINE

Nouvelle infolettre

Chaque jeudi, l'équipe du Devoir à Québec résume l'essentiel de la semaine parlementaire. Retrouvez aussi la note de Michel David, notre chroniqueur politique. Inscrivez-vous, c'est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

32 commentaires
  • Yves Côté - Abonné 25 août 2012 02 h 32

    Rayer de la carte...

    Une seule réponse est quant à moi envisageable pour montrer aux politiques le véritable désir des Québécois : rayer le PLQ de la carte.
    Ainsi tous comprendront qu'ils n'ont plus intérêt à les prendre pour des imbéciles qui sont prêts à payer pour que leurs représentants et les ti-z'amis se gavent...
    Le dernier mot appartient au peuple et nul politicien ne derait l'oublier. Il y a bien assez de candidats vallables dans les autres partis pour qu'un seul véritable vote libre aille aux Libéraux.

    Vive le Québec libre des Libéraux !

  • maxime belley - Inscrit 25 août 2012 05 h 04

    non

    Charest sera élu majoritaire que ça plaie ou non. Le Québec élierait Youppy s'il s présenterait en politique, pourvu qu'i se montre fort devant les jeunes.

    • Solange Bolduc - Inscrite 25 août 2012 12 h 01

      Je ne serais pas surprise du tout!

    • Réal Nadeau - Inscrit 25 août 2012 15 h 43

      Je comprends votre réaction .
      Charest a tellement manipulé les Québécois au sujet des Associations étudiantes, avec la complicité conciente ou non des médias (sauf Le Devoir).
      Il a provoqué les étudiants (loi 78,appuyée par la CAQ).De plus,il leur a tendu un piège en étirant le conflit jusqu'au déclenchement d'une campagne électorale coïncidant avec la rentrée étudiante. Il anticipait du grabuge afin de les accuser et de se présenter comme champion de la loi et l'ordre et, ainsi, gagner facilement des votes.
      Mais, fûtés, ces jeunes! Ils ont repris pacifiquement leurs cours évitant le piège de Charest et rendant inopérante la loi 12 (78).
      Bravo aux jeunes! Beaucoup de Québécois vous apprécient!Spécialement le parti Québécois.

  • Danielle Drouin - Inscrite 25 août 2012 05 h 29

    Attention à Charest

    Je pense encore que Charest pourrait former un gouvernement minoritaire. Si 13% votent pour un autre parti que celui qu'ils ont nommé dans un sondage, tout peut arriver. Lui ou Legault, c'est du pareil au même. Hausses pour écraser davantage la classe moyenne, enrichir les riches et endetter la province. Je m'arrête ici, il y aurait encore plus à dire.

  • Gisèle Filion - Inscrite 25 août 2012 06 h 39

    PLQ: pas dans la course? Bonne nouvelle!

    Je rêve d'un gouvernement PQ avec une opposition QS et/ou CAQ.
    Quant au Parti Libéral, s'il n'est plus dans la course, qu'il s'en prenne à ses Charest, Tomassi, Courhcesnes, Normandeau, etc. et à ses post-it jaunes. Trop c'est trop! Et depuis trop longtemps.

  • Gisèle Filion - Inscrite 25 août 2012 06 h 39

    PLQ: pas dans la course? Bonne nouvelle!

    Je rêve d'un gouvernement PQ avec une opposition QS et/ou CAQ.
    Quant au Parti Libéral, s'il n'est plus dans la course, qu'il s'en prenne à ses Charest, Tomassi, Courhcesnes, Normandeau, etc. et à ses post-it jaunes. Trop c'est trop! Et depuis trop longtemps.