Un ancien organisateur libéral invite à voter pour la CAQ

Jean-Paul Boily, un militant libéral de longue date, tourne le dos à M. Charest.
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Jean-Paul Boily, un militant libéral de longue date, tourne le dos à M. Charest.

L'étau se resserre sur le Parti libéral de Jean Charest. Après l'érosion du vote anglophone vers la Coalition avenir Québec, un ancien organisateur libéral invite à voter pour le parti de François Legault.

Jean-Paul Boily, un militant libéral de longue date, tourne le dos à M. Charest. «Voter libéral à la prochaine élection serait, pour moi, un gaspillage qui ne servirait qu'à diviser le vote fédéraliste au profit des indépendantistes», a-t-il entre autres dit au journal Le Soleil.

M. Boily évoque «l'usure du pouvoir». «Les gens veulent du changement. Je ne fais pas la politique de l'autruche. Je vois que le Parti libéral glisse lentement», a-t-il dit au Soleil.

Le chef libéral a tenté tant bien que mal de cacher l'impact de cette fronde en martelant que les électeurs n'ont que deux autres choix — un parti qui refuse de dévoiler ses échéances référendaires et une coalition aux positionnements flous sur la question nationale.

M. Charest a néanmoins reconnu, mardi, qu'il ne sous-estimait pas ses adversaires politiques, mais il espère que les électeurs mesurent les choix qui s'offrent à eux.

La CAQ chez les anglophones

La CAQ profite quant à elle de cette rivalité qui lui donne un certain avantage sur le terrain. Le candidat Gérard Deltell dit constater que plusieurs se rallient, tant les anglophones que les libéraux qui ne se reconnaissent plus dans leur parti.

Du côté des souverainistes, le torchon brûle entre les partis qui se disputent chacun la plus grande ferveur nationale.

Le chef Jean-Martin Aussant, estime qu'Option nationale demeure la formation la plus claire et affirmée sur cette question. Selon lui, ses adversaires tergiversent avec une assemblée constituante à l'objectif imprécis pour Québec solidaire et un référendum dans un horizon vague pour le Parti québécois.

À voir en vidéo