Charest veut tempérer la soif de changement des électeurs

Jean Charest a tenu à assurer qu'il se plierait à la volonté des Québécois si ces derniers élisaient un gouvernement libéral minoritaire dans deux semaines.
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Jean Charest a tenu à assurer qu'il se plierait à la volonté des Québécois si ces derniers élisaient un gouvernement libéral minoritaire dans deux semaines.

La Prairie — Le chef libéral Jean Charest a mis en garde les électeurs, ce matin, leur rappelant de bien analyser leur choix avant de céder trop rapidement à leur soif de changement. Il a également sévèrement critiqué son rival caquiste, l'accusant de «se foutre» de l'opinion des citoyens.

Avant de faire leur choix, le 4 septembre prochain, les Québécois doivent penser à l'avenir et réfléchir quel changement ils obtiendraient dans les faits, a plaidé M. Charest lors d'un point de presse à La Prairie, en banlieue de Montréal.

«Le changement, c'est quoi? Ça va être Mme Marois, la rue qui va gouverner et des référendums? C'est ça que les Québécois veulent? Et du côté de M. Legault, un homme qui n'est pas fiable, qui change d'idée comme il change de chemise et qui a des solutions simplistes à des problèmes qui sont réels?»

Engagé dans une lutte à trois avec Pauline Marois et François Legault, M. Charest a tenu à assurer qu'il se plierait à la volonté des Québécois si ces derniers élisaient un gouvernement libéral minoritaire dans deux semaines.

«Le résultat du vote le 4 septembre, nous allons l'accepter et on va composer avec le choix que font les Québécois. Contrairement à M. Legault, [dimanche], qui était le seul à dire: "Non, moi je me fous de ce que les Québécois vont décider, on va retourner en élections". Franchement, c'est un manque de respect envers la population», a-t-il lancé.

Financer les PME

Fidèle à son discours depuis le début de la campagne, M. Charest a répété que son parti offrait la stabilité économique, comparativement à ses adversaires qui généreraient instabilité et affrontements.

Le chef libéral a d'ailleurs fait une autre annonce à caractère économique, lundi.
Un gouvernement libéral investirait 750 millions sur cinq ans afin de soutenir les petites et moyennes entreprises (PME) manufacturières québécoises.

M. Charest en a fait l'annonce lors d'une visite dans une entreprise de La Prairie, sur la Rive-Sud de Montréal. Il a souligné que l'industrie manufacturière comptait pour plus de 12 % des emplois au Québec, et que les investissements présentés en ce 20e jour de campagne permettraient aux PME québécoises de «devenir des entreprises de calibre mondial».

Par ailleurs, une enveloppe de 2 milliards sur 10 ans, financée à parts égales entre le public et le privé serait allouée à l'innovation en milieu entrepreneurial.

Legault à L'Assomption, Marois se prépare


Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, amorce la semaine dans sa circonscription de L'Assomption. Discret en début de journée, il a tout de même pris le temps d'inscrire quelques mots sur la plate-forme Twitter, se disant soulagé que son premier débat soit derrière lui.

Pauline Marois, quant à elle, laisse le terrain à ses candidats pour se préparer aux débats face à face qui s'amènent. Son premier adversaire sera Jean Charest, ce soir.

LE COURRIER DE LA COLLINE

Nouvelle infolettre

Chaque jeudi, l'équipe du Devoir à Québec résume l'essentiel de la semaine parlementaire. Retrouvez aussi la note de Michel David, notre chroniqueur politique. Inscrivez-vous, c'est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

15 commentaires
  • François Lauzon - Inscrit 20 août 2012 12 h 30

    L'opinion des citoyens

    Bien mal placé notre John James pour accuser qui que ce soit de "se foutre" de l'opinion des citoyens. M. Charest a fait la sourde oreille pendant combien de temps alors que la population réclamait à grand cris une enquête publique sur la construction.

    • christiane bastien - Inscrite 20 août 2012 16 h 56

      Alleluia !!!!! Bien envoyé !!!!

    • Monique Pilon - Inscrite 20 août 2012 19 h 39

      Bien dit.

  • Jacques Morissette - Abonné 20 août 2012 13 h 37

    Jean Charest n'a aucune leçon à donner à personne.

    Jean Charest se fait l'avocat de quelle cause, sinon la sienne, en conseillant aux citoyens de tempérer leur ardeur de changement. Je trouve que les citoyens ont déjà été assez tempéré en attendant que monsieur donne son avenant de nous annoncer les élections.

  • Louise Collette - Inscrite 20 août 2012 13 h 47

    CHAREST

    Charest dit que Legault se moque des citoyens, eh bien ! ça prend tout un culot pour affirmer ça, venant de lui c'est plutôt loufoque.

    • Monique Pilon - Inscrite 20 août 2012 19 h 41

      C'est pourquoi que je vais voter pour la CAQ ils ne peuvent pas faire pire que les Libéraux, même que peut être qu'ils pourraient faire mieux. Je rêve en couleurs je le sais. mais faut bien rire de temps à autre.

  • Pierre-Alain Cotnoir - Abonné 20 août 2012 13 h 54

    La rue, c'est nous

    Moi, je préfère la rue à Westmount et Sagard. Je préfère le peuple à ceux qui l'exploitent en s'enrichissant à même le bien des autres, en s'appropriant le bien commun. Bref qui veulent notre bien au sens littéral de cette expression. Le peuple est dans la rue.

    Moi, je préfère un Québec souverain qu'un Québec enfermer dans le carcan fédéral. Je préfère que nous puissions être maître de nos choix que ce soit pour le protocole de Kyoto, le registre des armes à feu ou la réhabilitation des jeunes contrevenants au lieu de leur stigmatisation carcérale.

    Charest lui préfère se mettre à genoux tant devant Harper que Desmarais. Il est au service du 1% au lieu de servir 99% de la population du Québec.

    Il sera sanctionné par le peuple qui n'aura plus besoin de descendre dans la rue le 4 septembre pour se faire entendre.

    Bye Bye Charest!

  • Yves Corbeil - Inscrit 20 août 2012 13 h 55

    Le statut quo

    Non Charest, ca c'est surtout pas une option. 9 ans au pouvoir et quel est le bilan. Si il y en a un qui se fout bien des Québecois il est au pouvoir présentement. Quand tu es a l'écoute, tu es dans la rue a discuté avec eux pas cacher derrière des discours creux sans audience pour echangé ou des messages publicitaires cheap a l'endroit des autres.

    Pour ce qui est de l'économie, c'est la performance Canadienne en générale qui a eu l'impact majeure sur notre situation donc on se pète pas les bretelles les Libéraux. Et imaginer un instant l'économie astronomique des dépenses ou nos impots sont utilisés si la collusion et corruption était enrayé, ca va venir à compté de cet automne après les élections que vous avez placé stratégiquement avant Charbonneau mais on n'a pas oublié votre position face à cette commission qui a temps tardé.